Nouvelles de l’industrie

0
Singing Valentines / Valentins chantants

Bernard Labadie
Bernard Labadie

La Canadian Opera Company a annoncé pour sa saison 2016-2017 une nouvelle mise en scène de Louis Riel d’Harry Somers, en collaboration avec le Centre national des Arts. Créé en 1967 à l’occasion du centenaire du pays, cet opéra canadien sera présenté dans sa nouvelle mouture à sept reprises, du 20 avril au 13 mai 2017, par une troupe principalement canadienne. La compagnie a aussi confirmé la prolongation du mandat de son directeur musical Johannes Debus jusqu’à la saison 2020-2021.

Taras Kulish quitte l’Orchestre de chambre McGill, où il avait assumé les fonctions de directeur général au cours des deux dernières années, pour devenir le nouveau directeur des opérations artistiques du Calgary Opera. M. Kulish a précédemment été directeur artistique et fondateur du Green Mountain Opera Festival au Vermont ainsi que chanteur d’opéra professionnel.

Le critique musical ayant connu la plus longue carrière à temps plein au pays a pris sa retraite. À 84 ans, Claude Gingras a mis fin à 63 ans de collaboration presque exclusive avec le quotidien montréalais La Presse. Craint par bon nombre d’artistes et leurs agents pour ses critiques souvent cinglantes, M. Gingras a aussi ardemment défendu plusieurs artistes québécois, notamment le compositeur Claude Vivier et le chef d’orchestre Yannick Nézet-Séguin.

Le Conseil des arts du Canada et la Financière Sun Life ont annoncé une nouvelle initiative en soutien aux organismes artistiques qui proposent d’offrir gratuitement aux réfugiés syriens l’accès à des concerts ou d’autres manifestations artistiques. Le nouveau programme visant à faciliter l’accueil des réfugiés syriens au Canada démarrera en avril. « Je suis heureuse d’appuyer cette initiative qui permettra aux nouveaux arrivants de découvrir la culture canadienne dans des expériences culturelles et artistiques enrichissantes », a soutenu la ministre du Patrimoine canadien Mélanie Joly, à l’occasion de cette annonce.

Le Concours musical international de Montréal (CMIM) a annoncé la composition du jury de sa prochaine édition consacrée au violon, qui se déroulera du 22 mai au 2 juin. Provenant de sept pays, les jurés sont le Français Pierre Amoyal; le Canadien Boris Brott; Boris Garlitsky, violoniste et professeur russe; Ida Kavafia, violoniste américaine d’origine arménienne;  Mihaela Martin, violoniste et professeure roumaine; Vera Tsu Wei-Ling, violoniste et professeure au Conservatoire central de Beijing; et Kathleen Winkler, violoniste et professeure à la Rice University de Houston.

Le CMIM a aussi récemment annoncé l’ajout de trois nouveaux prix spéciaux pour l’édition de cette année : le prix André-Bachand, d’une valeur de 4000 $, pour la meilleure interprétation d’une œuvre canadienne imposée en demi-finale; une bourse renouvelée de Tourisme Montréal, d’une valeur de 2000 $, pour la meilleure interprétation d’une sonate en demi-finale; et le prix Bach, d’une valeur de 1000 $, offert par le Festival Bach de Montréal pour la meilleure interprétation d’une œuvre de ce compositeur, en plus d’un récital dans le cadre de son festival. Grâce à ces nouveaux prix et bourses, la valeur totale des gains possibles au concours est de 83 000 $.

Bernard Labadie, chef fondateur des Violons du Roy et directeur musical de la Chapelle de Québec, a reçu le prix Samuel de Champlain à Paris, aux côtés du pianiste français Alexandre Tharaud. Créé en 1997 par l’Institut France-Canada, le prix décerné annuellement vise à reconnaître des personnalités canadiennes et françaises ayant joué un rôle important dans leurs publics et cultures respectifs. En décembre, maestro Labadie a effectué un retour remarqué après avoir subi des traitements intensifs contre un lymphome de stade IV et les complications subséquentes. Il célébrera son retour à la tête des Violons du Roy en février avec des concerts à Québec et à Montréal.

William Rowson a été nommé nouveau chef d’orchestre adjoint du Vancouver Symphony Orchestra. Le violoniste, compositeur et chef d’orchestre né en Saskatchewan a étudié au Curtis Institute et dirigé plusieurs ensembles, dont la formation torontoise Talisker Players, l’Orchestre académique national du Canada et Tapestry Opera. Il a aussi dirigé la création mondiale de plus de soixante nouvelles œuvres. M. Rowson succède à Gordon Gerrard, qui deviendra en juillet le directeur musical du Regina Symphony Orchestra.

Au mois d’août, Andrew Gray deviendra le nouveau directeur musical et artistique des Petits Chanteurs du Mont-Royal. Installé à Montréal depuis 2010, M. Gray a commencé comme choriste à la cathédrale de Durham au Royaume-Uni, puis s’est joint aux Swingle Singers. Il succède à Gilbert Patenaude qui prend sa retraite après trente-huit ans à la tête des Petits Chanteurs.

L’École de musique Schulich de l’Université McGill a créé le fonds John Grew en reconnaissance de la contribution à l’école de M. Grew, maintenant professeur émérite. Fondateur et directeur artistique de l’Académie estivale d’orgue de McGill et du Concours international d’orgue du Canada, M. Grew a aidé à créer le programme de musique ancienne de l’école et a occupé le poste de doyen de 1991 à 1996. Le nouveau fonds permettra d’offrir un soutien financier aux étudiants en orgue et en clavecin.

Traduction : Véronique Frenette

Réal La Rochelle, 1937-2015
C’est avec une grande tristesse que l’on a appris à la fin de l’année 2015 le décès, le 27 décembre, de Réal La Rochelle. Critique de cinéma (revues Séquences et 24 images, entre autres), il a aussi enseigné les mystères du 7e art au Cégep Montmorency. Mélomane, il abordait naturellement le cinéma par son versant sonore, trop souvent négligé, et si on lui doit une biographie de Denys Arcand (L’ange exterminateur, Leméac, 2004; augmenté en 2014 d’un deuxième ouvrage consacré au cinéaste Denys Arcand : Mille plateaux, aux Presses de l’Université Laval) on connait aussi ses travaux importants sur la musique et le son.

Fondateur de la Phonothèque du Québec, il en a relaté l’histoire dans Le patrimoine sonore du Québec : la Phonothèque québécoise (livre accompagné d’un disque de Jean-Sébastien Durocher, Triptyque, 2009). Son ouverture d’esprit n’avait d’égale que sa perpétuelle bonne humeur, comme en fait foi son travail sur l’œuvre de Maria Callas (Callas : la diva et le vinyle, Triptyque, 1987, réédité chez Christian Bourgois en 1997 sous le titre Callas : l’opéra du disque), qui l’a amené à collaborer avec l’artiste conceptuel Raymond Gervais, le platiniste Martin Tétreault et le clarinettiste Robert M. Lepage pour le CD Callas : la diva et le vinyle (Ambiances Magnétiques, 1997). C’est aussi son amour de l’opéra qui lui a fait écrire L’opéra du samedi : le Metropolitan à la radio du Québec (Presses de l’Université Laval, 2008). Enfin, c’est peut-être par l’opéra Trouble in Tahiti qu’il a découvert l’œuvre de Leonard Berstein, une autre grande figure à qui il a consacré deux livres (Leonard Bernstein : l’œuvre télévisuelle, aux Presses de l’Université Laval en 2010, et Lenny Bernstein au parc La Fontaine : quàsi una fantasia, chez Triptique en 2010).

Il nous manquera.

 – Réjean Beaucage

Partager:

A propos de l'auteur

Laissez une réponse

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.