Navigation sur: Avant-garde

En février dernier, lors de la tenue du festival Montréal nouvelles musiques, un ouvrage avait été lancé concernant le phénomène de la musique actuelle. Son auteur, Réjean Beaucage, est un assidu de cette musique depuis très longtemps. Expert aussi en musique savantes, il retrace quelques jalons importants de ce phénomène dans son étude qui collige beaucoup des matériaux déjà publiés sur le sujet, dont plusieurs de ses critiques. L’auteur a bien voulu confier quelques-unes de ses réflexion, question de sonder son point de vue sur le sujet et de cerner quelques débats l’entourant. La Scena Musicale : Après la publication de ton…

Partager:

En complément de l’article paru dans le numéro précédent, voici trois exemples discographiques qui jettent un éclairage supplémentaire sur les termes susdits. Effendi Jazz Lab / Quintessence — Effendi FND 152 Si le jazz « moderne » se veut une musique informée par sa propre histoire, cette nouvelle parution de l’étiquette Effendi en est une belle illustration. Pour le septième album de cet octette, le pianiste Félix Stüssi signe les neuf morceaux, trois d’entre eux étant repris de ses albums antérieurs. Résonant autant aux consonances du jazz que du blues, sa musique propose une certaine ouverture dans la forme, les structures incluant des…

Partager:

Première formation locale dévouée au free jazz, le Quatuor de jazz libre du Québec avait fait tache d’huile durant sa courte existence. Dissous en 1975, cet ensemble radical avait atteint une certaine notoriété, collaborant notamment avec Robert Charlebois. L’ordre du jour culturel de l’époque misait sur le décloisonnement de toutes les pratiques artistiques, suscitant dans sa foulée des rencontres improbables, dont celle entre Charlebois et le QJLQ. Un demi-siècle plus tard, cet épisode se situe au cœur d’un ouvrage intitulé JAZZ LIBRE et ­la ­révolution québécoise. Musique-action, 1967-1975 (M Éditeur). En prévision de la sortie ­prochaine du livre (début mai),…

Partager:

(Extrait : Chapitre 3, pp. 97-100) Par Eric Fillion LE CONCERT-FORUM Ces expériences s’inscrivent dans la suite des concerts-forums que le Jazz libre donne dès l’hiver 1968. La for­mule est simple : en premier, le groupe initie le public au free jazz en proposant de courtes improvisations suivies d’explications portant sur l’histoire de cette musique ; la seconde partie prend la forme d’une causerie pendant laquelle le public est invité à discuter de la portée sociale du jazz ; finalement, la soirée se termine avec une séance d’improvisation collective à laquelle le public est convié. Le Jazz libre donne des concerts-forums aux…

Partager:

En règle générale, les artistes se concentrent sur un champ d’activité bien précis, excluant de ce fait la pratique d’autres disciplines. Travailleurs solitaires, les artistes visuels exposent leurs œuvres en public et non leur personne; comédiens, danseurs et musiciens en revanche sont motivés par ce contact immédiat. Des exceptions, il y en a bien sûr et John Heward en était une. À quelques années de son cinquantenaire de métier dans les arts, ce Montréalais anglophone pure laine a poursuivi une double vocation, l’une d’artiste visuel, l’autre de musicien. Son arrivée dans ces deux mondes s’est toutefois faite sur le tard.…

Partager:

 Montréal, 4 au 13 octobre 2018 par Marc Chénard (avec addendum par Benjamin Goron) Une fois de plus, l’Off Festival de Jazz de Montréal s’est déroulé en un clin d’œil, soit en deux tranches entrecoupées de deux jours de relâche suivant le premier weekend. Retour donc sur quelques faits saillants de cette édition, la dix-neuvième de son histoire. Tout habitué d’un festival, l’Off ou tout autre, apprend avec le temps de ne jamais juger de la valeur d’un événement avant sa tenue. De toute évidence, le dévoilement d’une programmation crée des attentes, parfois élevées, mais déçues après coup, parfois dépassant…

Partager:

par Marc Chénard Troisième programme (Casa del Popolo, samedi 16 ) : Eucalyptus suivi du trio Nicole Mitchell, Tomeka Reid et Mike Reed. S’il y avait un dénominateur commun dans ce troisième rendez-vous, ce serait bien celui du groove, de l’assise rythmique solide au point d’être un peu trop métronomique par endroits. Tel avait été le cas du premier spectacle de la soirée donné par l’ensemble torontois Eucalyptus. La présence de trois percussionnistes était un présage, étayée du reste par le descriptif du programme qui présentait sa démarche comme un amalgame de « rythmes éthiopiens fébriles (…) de tonalité du genre calypso et l’idiosyncrasie du…

Partager:

par Marc Chénard Bon an, mal an, le festival Suoni per il Popolo s’est étalé pendant près de trois semaines ce mois-ci, clôturant sa dix-huitième édition le 18 juin dernier, à trois jours du solstice d’été. On invite les intéressés à lire quelques critiques de spectacles rédigés par notre collaborateur Paul Serralheiro, toutes accessibles en ligne sur la page anglaise de ce site. Depuis son coup d’envoi en 2001, le festival persiste et signe en présentant un éventail de musiques que certains qualifieront d’éclectiques, la plupart situées en marge des courants de musiques dites populaires. Certes moins courues par les masses,…

Partager:

Orchestre national de jazz de Montréal Justin Time JTR 8597-2 Deux ans après sa première sortie sur étiquette Atma, l’ONJ Montréal récidive enfin, cette fois sur Justin Time Records. Le passage de cette formation d’une étiquette classique à une étiquette de jazz est dû en partie à la ­présence de la saxophoniste Christine Jensen, compositrice de la musique de cet album et de deux autres disques de son grand orchestre, produits par cette même maison. Le titre du nouvel opus vend la mèche par rapport au contenu, car il s’agit d’une musique à ­programme qui rend hommage à cinq mentors musicaux…

Partager:

Il vient tout juste de marquer ses 80 ans. À tout seigneur, tout honneur, le trompettiste Guido Basso sera fêté le quatre novembre prochain au cœur même de son quartier de jeunesse : la Petite-Italie. En effet, la Casa d’Italia, organisme culturel unique en son genre (voir ci-desss0us), ­propose une soirée durant laquelle le musicien sera élu dans un nouveau temple de la renommée institué pour saluer des membres émérites de sa communauté. Qui plus est, M. Basso se produira dans sa salle de concert avec le concours de Ron di Lauro, son fils ­spirituel pour ainsi dire, et de l’Altsys Jazz…

Partager:
1 2 3