Navigation sur: Romantique

Concert après concert, disque après disque, David Jacques continue de partager avec nous des « histoires de guitares » grâce à sa collection d’instruments. En février, il était accompagné par l’orchestre de chambre I Musici dans un concert en webdiffusion. Le 6 juin, il se produira en solo au Centre d’art La Chapelle, à Québec. Un premier volume était paru l’année dernière, chez ATMA classique. Quatorze guitares y tenaient la vedette. Cette fois, 15 guitares sont présentées dans près d’une trentaine de pièces du XIXe siècle pour les mettre en valeur. Des compositeurs méconnus Parmi les compositeurs sur ce deuxième…

Partager:

Le troisième et dernier concert de l’intégrale des Sonates pour violon et piano de Beethoven, qui avait lieu à la salle Bourgie, était aussi le premier devant public depuis les récentes annonces du gouvernement. Cela faisait 6 mois, presque jour pour jour, qu’il n’y avait plus eu de concerts dans cette salle. 130 personnes étaient présentes, nous dit-on du côté des communications. De nos jours, c’est la définition d’une salle comble. En préambule, la directrice générale et artistique Isolde Lagacé a pris la parole pour souligner l’événement. Elle a rappelé notamment que les deux artistes de la soirée avaient fait,…

Partager:

La plus admirée des dix sonates pour violon de Beethoven est la neuvième, que nous connaissons sous le nom de sonate « à Kreutzer ». Elle pourrait tout aussi logiquement être appelée « à Bridgetower », et l’aurait été si un désaccord malheureux n’était intervenu. George Bridgetower (1778-1860) en a donné la première exécution avec le compositeur au piano et était probablement sur la bonne voie pour en être le dédicataire. Preuve en est une inscription du compositeur sur le manuscrit qui peut se traduire ainsi : « Sonate mulâtre composée pour le mulâtre Bridgetower, grand fou et grand compositeur mulâtre.(1) » Malgré le ton apparemment humoristique,…

Partager:

Les berceuses peuvent rapidement durer plus longtemps qu’on ne l’aurait souhaité. Tous ont entendu chanter le Wiegenlied Brahms lors de leur enfance ou encore le fameux duo de Hansel et Gretel. Une seule écoute est généralement tout ce que je peux supporter de ces bonbons du répertoire. Cependant, la beauté de cette compilation du pianiste français Bertrand Chamayou est qu’elle conduit l’oreille sur des chemins inattendus, négligés ou tout à fait inconnus. Les deux études de Sergei Liapunov sont des gouttes de camomille parfaite. Une cuillerée de Villa-Lobos nous emmène dans une jungle brésilienne beaucoup plus épaisse et plus freudienne que la…

Partager:

Voici les webdiffusions du jour à ne pas manquer ! Pour soumettre vos événements, envoyez un courriel à [email protected] L’Orchestre de chambre de la Montérégie – Concert féérique du temps des Fêtes  Nicolas Ellis et l’Orchestre de chambre de la Montérégie L’Orchestre de chambre de la Montérégie, sous la direction musicale de Nicolas Ellis, accompagné des danseurs de l’École supérieure de ballet du Québec, ont le plaisir de partager gratuitement leur première production en webdiffusion. Cette initiative permet à l’organisation de poursuivre sa mission de donner accès à la musique et aux arts de la scène à un plus grand nombre, de…

Partager:

Son répertoire de prédilection englobe notamment des œuvres de grands compositeurs russes tels Tchaïkovski, Rachmaninov, Chostakovitch, Prokofiev, Moussorgski, Borodine. « C’est dans mon sang. J’ai grandi en Russie avec cette musique », dit le compositeur et chef d’orchestre Airat Ichmouratov. Il admire aussi les romantiques comme Mahler, Strauss, Wagner. « Les compositions de ces grands musiciens allemands m’inspirent énormément », note-t-il. Ce brillant représentant de la nouvelle génération s’inscrit pleinement dans la tendance actuelle parmi de nombreux compositeurs qui trouvent leur inspiration dans les œuvres de la tradition romantique. Charmes de la musique tonale Airat Ichmouratov affirme sa préférence pour la musique tonale,…

Partager:

Les 4 et 5 avril prochains, la Maison de la musique de Sorel-Tracy organise son troisième grand marathon musical. Après Beethoven et Chopin, c’est au tour du Russe Sergueï Rachmaninov d’être célébré avec la présentation de l’intégrale des œuvres pour piano. Renouveler l’ivresse L’an dernier, en mars 2019, le « marathon Chopin » de Sorel-Tracy a laissé un vif souvenir dans les mémoires des privilégiés qui ont pu entendre toute l’œuvre pour piano seul du célèbre compositeur polonais, en l’espace de seulement deux jours. Cet événement a permis à dix-neuf pianistes, de la relève aux figures internationales, de faire découvrir au public…

Partager:

NEW YORK – Il est possible de perdre le sens de la perspective après une soirée consacrée à Bruckner. Le critique en moi invite à la prudence. Meilleure quatrième symphonie en concert que j’ai entendue depuis des mois ! Mon cœur est un peu moins réservé. Le meilleur depuis… eh bien, un bon moment. Certes, le spectacle figure parmi les grands moments de l’histoire de l’Orchestre Métropolitain qui, le 22 novembre dernier, a entamé la troisième étape de sa tournée dans quatre villes américaines en commençant par ses débuts au Carnegie Hall. On peut imaginer une nouvelle blague au sujet…

Partager:

La relation quasi symbiotique entre Félix Mendelssohn et sa sœur aînée, Fanny, relation que j’examine dans mon prochain livre, Genius and Anxiety, était si centrale dans la vie des deux musiciens que Félix a été frappé d’un malaise en apprenant la mort de Fanny. Il est lui-même décédé la même année. Fanny, la première à avoir démontré son talent musical, a été réduite au silence par leur père à l’approche de la puberté pour ne pas détourner l’attention de son petit frère de génie. Puis, dans la trentaine, elle trouve un éditeur et commence, au grand dam de Félix, à…

Partager:

L’année du 70e anniversaire de la mort de Hans Pfitzner (1869-1949) est marquée par le retour d’un concerto pour piano qu’il avait écrit au sommet de sa gloire. Pfitzner, acclamé pour son opéra de 1917, Palestrina, avait livré ce concerto en 1923, avec Walter Gieseking comme soliste. Si Palestrina fait écho au Meistersinger de Wagner, le concerto incline fréquemment vers le si bémol de Brahms – et l’inclination dépend surtout de l’auditeur. La réputation déchue de Pfitzner est parfois attribuée à son écœurante sympathie pour les nazis, mais ce concerto suggère que la faute pourrait être attribuée à quelque chose…

Partager:
1 2 3 7