Navigation sur: La Scena en ligne

Song of a Nation: The Untold Story of Canada’s National Anthem, de Robert Harris, Toronto: McClelland & Stewart. En grandissant, dans les années 1970, je pensais qu’Ô Canada était l’hymne officiel de notre pays. Beaucoup d’autres s’y sont mépris. Song of a Nation: The Untold Story of Canada’s National Anthem, de Robert Harris, est une biographie et un récit historique merveilleusement écrits qui résonnent et vous touchent au cœur tout en révélant quelques trésors de l’histoire canadienne, que tous les Canadiens et les amateurs de musique pourront probablement apprécier. Cette biographie est celle d’un homme qui « a quitté la maison…

Partager:

Montréal, le 21 mars 2019 – Culture Montréal était présent ce matin au huis clos du Budget 2019-2020, le premier déposé par le gouvernement de la Coalition Avenir Québec. Voici ce qui a retenu notre attention lors de l’analyse des crédits, ainsi que des mesures budgétaires qui auront un impact sur le développement culturel du Québec. Culture Montréal constate que les principaux engagements électoraux formulés par la CAQ tels que repris dans le questionnaire du Réseau des conseils régionaux de la culture du Québec en septembre dernier ont été respectés. Maintien des investissements pour la réalisation du plan d’action de la…

Partager:

La Maison symphonique accueillait vendredi dernier la violoniste Anne-Sophie Mutter et le pianiste Lambert Orkis pour un récital de sonates de Mozart, Debussy, Ravel et Poulenc. L’OSM et Pro Musica ont visé juste en invitant deux grands interprètes de notre temps, qui ont livré un concert vibrant d’émotion et d’intensité. Les deux musiciens collaborent depuis trente ans et ont su forger leur esthétique propre, mais aussi un son aisément reconnaissable, véritable velours où les pianissimos sont autant de caresses duveteuses pour les oreilles. Le jeu de Lambert Orkis peut rappeler Nelson Freire, alliance de la vivacité et d’une infinie délicatesse,…

Partager:

Hétu, Korngold et Britten étaient au programme de ce retour en force du Conservatoire de musique et d’art dramatique du Québec à la Maison symphonique sous la direction de Jacques Lacombe, convoquant un effectif impressionnant de 450 musiciens et choristes. Un programme tout à fait audacieux, tant par son ampleur que par le répertoire qui aura sans doute surpris plus d’un parent dans la salle. Pour autant, le choix de ces pièces nous aura permis d’apprécier autant les solistes invités et les solistes de l’orchestre que le son d’ensemble de l’orchestre et des chœurs, avec la participation des jeunes chanteurs…

Partager:

À première écoute, ces trois concertos pour violon de 1790 ressemblent à ceux de Haydn. On pourrait même croire que le second d’entre eux est de Mozart, si nous ne savions que Mozart n’a écrit que cinq concertos et que ceux-ci sont numérotés de 13 à 15. Qui était donc ce Giornovichi pour écrire de si belle manière, et pourquoi n’avons-nous jamais entendu cette musique auparavant (il s’agit, en effet, d’une première mondiale) ? Giornovichi était, entre autres choses, bien connecté. Croate d’origine, dont le nom peut être mal orthographié d’au moins trente façons différentes, il a été élevé à Palerme,…

Partager:

Claire Guimond et Mathieu Lussier unissent leurs forces pour une saison des plus relevées Pour sa 39e saison, Arion vous présente le fruit de l’extraordinaire collaboration entre Claire Guimond, co-directrice artistique et membre fondateur d’Arion et Mathieu Lussier, co-directeur artistique, chef invité et successeur à la direction artistique dès l’automne 2020. Du 18 octobre 2019 au 17 mai 2020, à la Salle Bourgie du Musée des beaux-arts de Montréal, quatre programmes musicaux vous seront présentés en quatre occasions chacun*. Le public pourra entendre les œuvres de Bach, Telemann, Haendel, Haydn, Mozart et bien d’autres, interprétées par les plus grands artistes d’origine…

Partager:

Dernière semaine de Nous irons cirer nos canons numériques dans un sweatshop portugais, un texte de l’auteur-acteur Maxime Brillon, présenté dans une mise en scène de Justin Laramée. Sortez vos crampons, bravez les trottoirs glacés de la métropole pour attraper ce spectacle réjouissant. Au Théâtre des Écuries, jusqu’au 16 mars. La première mouture de Nous irons cirer nos canons numériques dans un sweatshop portugais, le texte de l’auteur-acteur Maxime Brillon, était une mise en lecture de Justin Laramée, présentée au festival Jamais Lu en 2017. L’été passé, c’est Emanuel Robichaud qui s’attelait à la mise en scène de ce texte intelligent,…

Partager:

Dernier appel pour L’exhibition, un spectacle jouissif qu’Emmanuel Schwartz a présenté dans une première mouture au  FTA (2017) et qu’il montrait il y a de cela quelques semaines à Charleroi/Danses, le Centre chorégraphique de la Fédération Wallonie-Bruxelles. Avec les épatants Benoît Gob et Francis La Haye. À voir jusqu’au samedi 9 mars à 16 :00, au Théâtre La Chapelle. L’histoire? L’auteur comédien et metteur en scène Emmanuel Schwartz bidouille une invention qui permet d’explorer l’inconscient de celui qui la touche: une machine à extraire la pensée, la substantifique moelle. Schwartz décide d’expérimenter son invention avec deux de ses bons amis – son complice danseur…

Partager:

Je suis parvenu, non sans mal, à terminer l’ouvrage de Peter Goddard Gould le magnifique dont la récente traduction par Anne-Marie Regimbald est parue chez Varia. Je me demande encore pour qui a été écrit ce livre. Certes, il est difficile de sortir un énième livre sur le pianiste, il faut du moins avoir les reins solides. Mais cette lecture ne profitera ni au passionné, ni au mélomane ni même au curieux qui souhaite connaître la vedette Gould. Globalement, cet ouvrage est un fouillis décousu et superficiel. Ce que le quatrième de couverture nous vend comme un « riche réseau de…

Partager:

Si vous n’avez pas entendu parler de Grace Williams (1906-1977), ce n’est pas entièrement dû à une vilaine répression machiste : dans les années 1920 les compositrices émergeaient et elles recevaient de forts d’encouragements. D’ailleurs, la compositrice galloise étudiait à Londres avec Ralph Vaughan Williams à peu près au même moment que ses deux consœurs Elizabeth Maconchy et Imogen Holst. Williams était particulièrement amie avec Benjamin Britten, comme en témoignent les lettres conservées. Elle est restée à Londres dans les années 1930 et prenait ostensiblement part à la vie musicale de la ville. Elle a commencé à souffrir de dépression pendant la guerre…

Partager:
1 2 3 92