La platine vinyle – L’alternative au numérique

0
Advertisement / Publicité

This page is also available in / Cette page est également disponible en: English (Anglais)

Aussi appelée table tournante ou tourne-disque, la platine vinyle, inventée autour de 1920, est le successeur du phonographe à cylindre de cire. Depuis, les platines ont beaucoup évolué, que ce soit le système d’entraînement, le galet utilisé jusqu’à la fin des années 1950, l’entraînement par courroie qui est plus répandu sur la plupart des platines haute fidélité (Dual, Oracle, Rega, Thorens, Linn, etc.) et l’entraînement direct que l’on retrouve principalement sur les modèles pour DJ.

La lecture analogique se fait maintenant par l’intermédiaire d’une pointe de lecture en diamant qui suit les reliefs présents dans le sillon. Les mouvements de ce dernier génèrent des signaux électriques grâce à des aimants ou bobines fixées sur un cantilever.

La vitesse de rotation et la stabilité dans le cas des moteurs à courant continu qui sont utilisés avec les entraînements par courroie et direct dépendent de la tension électrique. Les moteurs à courant alternatif ou synchrones, en principe, ne sont pas affectés par les fluctuations de tension, car la vitesse dépend de la fréquence du courant. Ils sont relativement silencieux, particulièrement ceux alimentés en 16 ou 24 volts.

Le bras de lecture, qui guide la pointe de lecture dans le sillon, se présente sous différentes formes, longueurs et matériaux. La friction du système de pivotement horizontal et vertical doit être la plus faible possible. Il doit être léger et rigide et sa fréquence de résonance doit se situer en dehors du spectre audible. Certains modèles sont équipés d’un système d’arrêt automatique ou semi-automatique.

Le montage et le réglage de la cellule et sa pointe de lecture doivent être ajustés avec une grande précision. La hauteur, l’angle, la distance pointe/pivot, la pression ajustée par le poids et la correction de la force centripète (appliquée par un ressort, un poids ou un aimant) peuvent être ajustés à l’aide de gabarits et d’une balance ou d’un système de calibration informatisé tel que celui du Dr Feickert.

Si votre budget est inférieur à 400 $, le CD, le téléchargement ou les services de musique en ligne restent de bonnes options, car les platines bon marché sont souvent faites de matières plastiques vulnérables à l’effet Larsen (rétroaction acoustique) sans parler des bras de lecture et des cellules qui ne sont pas de très bonne qualité.

Les nouvelles platines sont-elles meilleures que les anciennes ? Oui et non. Oui, parce que les bras de lecture, les suspensions de moteur, les cartouches phono et l’isolation sont généralement supérieurs sur les nouveaux modèles.

Non, si vous parvenez à trouver une platine d’occasion de bonne qualité. Je ne recommande pas d’acheter d’un particulier, sauf si vous le connaissez bien. N’oubliez pas que les courroies des platines à entraînement par courroie durent de trois à cinq ans. Après cette période, vous risquez de rencontrer des problèmes parce que les changements de température et d’humidité dessèchent, fissurent et déforment le caoutchouc.

Mario Gagnon est propriétaire de la boutique Audio d’occasion depuis 36 ans ainsi que du site de vente en ligne HIFIPRO.CA . Il est diplômé de l’Institut Teccart et de l’Institut Trebas. Il a collaboré à l’émission Classe Audio à CIBL et il a été coproducteur du chanteur Bob Walsh.

This page is also available in / Cette page est également disponible en: English (Anglais)

Partager:

A propos de l'auteur

Laissez une réponse

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.