Un Oratorio juste à temps 
pour Noël

0
Advertisement / Publicité

This page is also available in / Cette page est également disponible en: English (Anglais)

Une version complète le 21 novembre de l’Oratorio de Noël de Bach à la Maison symphonique n’est pas une première à Montréal. La série de six cantates – écrites pour être jouées dans autant de messes de Noël à l’Épiphanie – a été donnée à plusieurs reprises au 21e siècle, parfois complète, parfois par groupe de trois ou quatre.

Ce n’est pas un hasard si Alexandra Scheibler, directrice artistique et générale du Festival Bach Montréal, a déménagé de l’Allemagne au Canada en 2001. Belle ville, pensa-t-elle, mais où est l’Oratorio de Noël ?

Advertisement / Publicité

« Vous en avez beaucoup à Hambourg, a déclaré la musicologue et altiste à la Gazette de Montréal en 2005, l’année de la fondation de cette célébration annuelle de tout ce qui concerne J.S.B. Quand je suis arrivée à Montréal, il y avait tellement de musique, mais pas assez de Bach. »

Dire qu’elle a fait quelque chose, c’est peu dire. Le premier Festival Bach a présenté une représentation complète de l’Oratorio de Noël dans deux concerts entrecoupés d’une pause souper. Julian Wachner, alors allié à McGill, a supervisé le projet dans l’église St. Andrew and St. Paul.

L’œuvre n’est pas entendue tous les ans. Il faut faire de la place aux autres superproductions chorales de Bach. Václav Luks, le chef tchèque qui dirigera le 21 novembre, a fait sa première apparition à la Maison symphonique en 2017 à la tête de la puissante Messe en si mineur.

C’était avec Collegium 1704, son propre ensemble d’instruments d’époque de Prague. Cette année, les interprètes sont l’orchestre et la chorale du Festival, réunis à partir de musiciens et d’étudiants talentueux de l’OSM et de l’Orchestre Métropolitain. Des instruments modernes ? Pas de problème.

« L’idée est qu’ils aiment tous ce genre de musique », dit Scheibler. Teresa Wakim, Maarten Engeltjes, Daniel Johannsen et Tobias Berndt – une Américaine, un Hollandais, un Autrichien et un Allemand – sont les solistes.

Nous entendrons les cantates 1, 2, 3 et 6, une sélection qui assure un début et une fin brillants avec des trompettes et des tambours. La deuxième, avec sa subtile Sinfonia, fait figure de « mouvement lent ».

Il y a encore un débat sur la question de savoir si l’Oratorio de Noël doit être entendu comme une seule entité de concert. Bach a écrit les cantates pour des jours de fête distincts. Il a repris de la musique antérieure, y compris des cantates profanes, pour les créer. L’instrumentation varie.

D’autre part, elles ont été exécutées à Leipzig dans une succession assez serrée en 1734-35 (25, 26 et 27 décembre et 1er, 2 et 6 janvier) pour être considérées comme un cycle. Les numéros 1, 3 et 6 sont essentiellement en ré majeur. Alors qu’il peut sembler tiré par les cheveux qu’une « œuvre » comporte 64 mouvements (dont 14 chorales), il y a en fait 68 mouvements dans la Passion selon saint Matthieu.

La popularité évidente de la musique l’emporte sur toutes les objections et fait que, grâce au FBM, elle revient année après année. Juste à temps pour Noël.

L’Oratorio de Noël de Bach est présenté par le Festival Bach Montréal le 21 novembre à 18 h à la Maison symphonique. www.festivalbachmontreal.com

This page is also available in / Cette page est également disponible en: English (Anglais)

Partager:

A propos de l'auteur

Arthur Kaptainis has been a classical music critic since 1986. His articles have appeared in Classical Voice North America and La Scena Musicale as well as Musical Toronto. Arthur holds an MA in musicology from the University of Toronto. From 2019-2021, Arthur was co-editor of La Scena Musicale.

Laissez une réponse

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.