Orchestre Symphonique de Mississauga : Le Retour après la Covid

0
Advertisement / Publicité

This page is also available in / Cette page est également disponible en: English (Anglais)

Rares sont ceux qui parlent de la pandémie en termes positifs, du moins dans le domaine des arts de la scène, où la dévastation a été quasi universelle.

Seul un aspect de la tâche du directeur musical de l’Orchestre symphonique de Mississauga Denis Mastromonaco a été simplifié par les mesures de confinement : le choix des œuvres à entendre en 2021-22.

« Une part de ce programme se veut une célébration des concerts annulés pendant la pandémie, que nous n’avons tout simplement pas eu l’occasion de jouer  », dit le chef d’orchestre en guise d’explication du mélange de morceaux proposés pour le retour devant public de ­l’orchestre le 20 novembre au Hammerson Hall de Mississauga : L’automne des Quatre saisons de Vivaldi, le finale de la Symphonie n° 5 « La Réforme » de Mendelssohn, l’ouverture des Noces de Figaro de Mozart et la Cinquième Symphonie de Beethoven.

Le deuxième concert de la saison, A Baroque Christmas, le 18 décembre, est également un mélange puissant, avec notamment The Trumpet Shall Sound, I Know That My Redeemer Liveth et une version à chanter tous ensemble de Hallelujah du Messie de Haendel, ainsi que Grosses Herr et d’autres extraits de l’Oratorio de Noël de Bach. La soprano Lauren Estey, le contre-ténor Daniel Taylor et le ­baryton Christopher Dunham sont les solistes.

Des sélections instrumentales sont également proposées, notamment le Concerto de Noël de Corelli, L’hiver de Vivaldi et un autre concerto pour violon de Vivaldi, Il riposo per il S. S. Natale de son opus 6. Le violon solo Corey Gemmell en fait les honneurs.

Un programme populaire Star Wars, le 2 avril, est un orphelin de la COVID dont la présentation était initialement prévue en 2020. Auparavant, le 12 février, l’orchestre célébrera son propre passé opératique récent avec des sélections de Carmen, La Bohème et La Traviata.

La saison s’achèvera le 30 avril par un ­programme intitulé Ole! mettant en vedette la musique d’Espagne et d’Amérique latine. À cette occasion, le mélange comprend des classiques comme Asturias d’Albéniz, El Amor Brujo de Falla, Estancia de Ginastera ainsi que des tangos et de la musique mariachi.

L’Orchestre symphonique de Mississauga, qui célébrera son 50e anniversaire en 2022, est fier de présenter des orchestres complets dans sa maison acoustiquement adaptée du Living Arts Centre de Mississauga. Bien qu’il ne soit pas revenu aux 95 musiciens qui jouaient Mahler et Rachmaninov prépandémie, l’ensemble comptera un nombre tout à fait respectable de 60 musiciens.

Malgré la levée récente des restrictions de capacité en Ontario, la distanciation sera ­toujours nécessaire dans certaines sections du théâtre. Le port du masque est également ­obligatoire pour tous, en tout temps. Cela vaut également pour les cordistes et les percussionnistes sur scène.

On espère, bien sûr, que les fidèles ­auditeurs reviendront après leur hiatus forcé. L’orchestre reçoit un soutien de Mississauga et de l’Ontario, mais les recettes de la billetterie et les revenus gagnés constituent 50 % de son budget – un taux dont la plupart des orchestres ne peuvent que rêver.

A Merry Little Christmas, le 19 décembre, reste un incontournable. Pour avoir une idée du déroulement de cet événement familial, consultez un concert archivé à l’adresse ­suivante : www.mississaugasymphony.ca

This page is also available in / Cette page est également disponible en: English (Anglais)

Partager:

A propos de l'auteur

Arthur Kaptainis has been a classical music critic since 1986. His articles have appeared in Classical Voice North America and La Scena Musicale as well as Musical Toronto. Arthur holds an MA in musicology from the University of Toronto. Since 2019, Arthur is co-editor of La Scena Musicale.

Laissez une réponse

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.