Nouvelles de l’industrie

0
Singing Valentines / Valentins chantants

This page is also available in / Cette page est également disponible en: English (Anglais)

La Shekumanie frappe le Royaume-Uni

En janvier, le violoncelliste britannique Sheku Kanneh-Mason, âgé de vingt ans, est devenu le premier artiste classique dont l’album figure dans les dix premiers albums des palmarès officiels britanniques. Le violoniste Nigel Kennedy avait atteint ce résultat en 1989 avec un enregistrement des Quatre Saisons de Vivaldi. Kanneh-Mason s’est vu décerner une huitième place avec Elgar, un album de Decca incluant le Concerto pour violoncelle du compositeur.

Le National Schools Symphony Orchestra, un ensemble britannique de formation pour les neuf à dix-neuf ans, fait état d’une augmentation de 69 % des demandes d’inscription pour le violoncelle et d’une augmentation de 26 % pour l’ensemble des demandes. L’école attribue cette hausse à « l’effet Sheku ». Ce n’est pas la première fois que le natif de Nottingham obtient un tel succès. Son premier album, Inspiration, a atteint la 18e place en janvier 2018, puis la 11e place à la suite de sa prestation au mariage du duc et de la duchesse de Sussex. Kanneh-Mason a été nommé membre de l’Ordre de l’Empire britannique lors de la remise des prix 2020. www.shekukannehmason.com

Le Quatuor Molinari atteint l’op. 21

Le 19 janvier dernier, le quatuor Molinari a remporté son 21e prix Opus pour un enregistrement ATMA du compositeur américain John Zorn, qui a su briller dans divers genres musicaux. Le quatuor à cordes de Montréal, qui se consacre au répertoire des XXe et XXIe siècles, trouve d’autres moyens de se faire connaître, entre autres en ayant attiré plus de 200 000 flux en 2019 sur le seul site Spotify, une statistique qui représente 18 200 heures, 88 400 auditeurs dans 78 pays. En novembre et décembre, le quatuor a effectué une tournée en Allemagne, en Serbie, en Macédoine et en Grèce. Il sera à Montréal les 16, 20 et 23 février (dans les maisons de la culture Marie-Uguay, Frontenac et Plateau Mont-Royal) dans une prestation intitulée Musique d’horreur. Les classiques effrayants : Le Quatuor n° 1 de Penderecki (1962), le Quatuor n° 3 de R. Murray Schafer (1981) et les Black Angels de George Crumb (1970). www.quatuormolinari.qc.ca.

La polyvalente Barbara Hannigan

Ce printemps, la célèbre soprano et cheffe d’orchestre canadienne pratiquera ses deux métiers. En effet, au mois d’avril, elle dirige l’Orchestre symphonique de Göteborg, dont elle est la principale cheffe invitée, dans un programme de Berg (Concerto pour violon avec Veronika Eberle), Schoenberg (Friede auf Erden) et Mozart (Requiem). Vous préférez l’entendre en tant que cantatrice ? En mai, elle tient le rôle-titre à Cleveland dans des versions concert de l’opéra inachevé Lulu de Berg. Franz Welser-Möst dirige le Cleveland Orchestra. À Copenhague en avril et à Munich en mai, Barbara Hannigan dirige en plus de chanter. Le programme de l’Orchestre philharmonique de Munich comprend la Quatrième Symphonie de Mahler, qui requiert une soliste soprano dans le finale. Sur une note plus triste, on prévoyait sa présence le 2 février dans une production de Lulu du Staatsoper de Hambourg dirigée par Kent Nagano. Elle s’est retirée en raison de la mort soudaine de sa mère. Mojca Erdmann prend la relève. www.barbarahannigan.com

Kent Nagano, les derniers mois

Après des adieux à Carnegie Hall en tant que directeur musical de l’OSM le 24 mars (la Symphonie n° 13 « Babi Yar » de Chostakovitch) et deux concerts « Éclaté » à Montréal les 27 et 28 mars, Kent Nagano passe le mois d’avril et une grande partie du mois de mai en Allemagne, où il est directeur musical général du Staatsoper de Hambourg et de son orchestre. Au programme : la Troisième Symphonie de Bruckner dans la première version, Parsifal de Wagner, Elektra de Strauss dans une nouvelle production dirigée par le russe Dmitri Tcherniakov, Fidelio de Beethoven ainsi que Saint François d’Assise de Messiaen en version concert dans l’Elbphilharmonie. Les six derniers concerts d’abonnement de l’OSM dirigés par Nagano comprennent un programme choral associant des œuvres de Messiaen au Requiem de Fauré (26, 27 et 28 mai) et à la Deuxième Symphonie « Résurrection » de Mahler (2, 3 et 4 juin). Il ne s’agit pas du dernier hourra avec l’OSM. En effet, Nagano se rendra au Festival de Lanaudière le 31 juillet (Daphnis et Chloé de Ravel) et le 1er août (Das Paradies und die Peri de Schumann). En août, on peut s’attendre à une grande finale dans le cadre de La virée classique OSM, qui n’a pas encore été annoncée. www.osm.ca

Souvenirs du maestro

L’OSM a lancé un appel au grand public pour rendre hommage à Kent Nagano et partager les souvenirs de ses seize années à la tête de l’orchestre. Extrait d’un communiqué de l’orchestre : « Une soirée à la Maison symphonique, un morceau de musique qui fait partie de votre vie, une représentation spéciale, un concert que vous n’oublierez jamais ou même une saison entière. Quel est votre plus beau souvenir de Maestro Nagano ? » Les hommages, y compris les photos et les vidéos, dépassent déjà la centaine. « Merci pour tout le Mahler, sans lequel je serais une personne beaucoup moins heureuse », écrit un fan. « Grâce à votre programmation, j’ai découvert et craqué pour Zemlinsky et Magnard. » (On parle ici d’Alexander Zemlinsky et Albéric Magnard.) Pour ajouter votre contribution, rendez-vous au www.mercimaestro.ca. Vous pouvez partager vos messages sur #mercimaestro.

L’Ensemble Caprice en tournée

Les musiciens de la formation novatrice de Montréal interpréteront le 4 février à la salle Bourgie la reconstitution par Matthias Maute de l’opéra Motezuma de Vivaldi de 1733. En février et avril, le groupe part en tournée, de Seattle à Washington D.C. Il s’arrêtera également à Mankato, Saint Paul, Marshall (tous dans le Minnesota) et Miami. L’intrigue traite de manière fictive de la rencontre en 1519 de l’empereur aztèque Montezuma (dont le nom dans le titre omet le “n”) et d’Hernán Cortés. Maute a engagé un acteur pour jouer les récits du conquistador espagnol. La distribution est composée en majorité de Mexicains et d’Américains. Le projet est une collaboration entre la Bach Society of Minnesota, Early Music Seattle et l’Ensemble Caprice. www.ensemblecaprice.com

Yannick et l’orchestre du Conservatoire en répétition

La Maison symphonique sera ouverte au grand public le 7 février après-midi pour une répétition du poème symphonique Don Juan de Richard Strauss par l’Orchestre symphonique du Conservatoire sous la direction de Yannick Nézet-Séguin. Les portes ouvrent à 13 h 30. La répétition a lieu de 14 h à 16 h. L’entrée est gratuite et aucun billet n’est requis. L’événement souligne une entente de trois ans entre l’Orchestre Métropolitain et le Conservatoire qui se traduira par des cours de maître avec des artistes invités de l’OM et donnera aux étudiants la possibilité d’assister aux répétitions de l’OM. Plus de la moitié des musiciens de l’OM sont des anciens élèves du Conservatoire. YNS a lui-même fréquenté l’institution en tant qu’étudiant en piano.

Un prix pour Alexandra Scheibler

La directrice artistique fondatrice du Festival Bach de Montréal a reçu l’Ordre du mérite de la République fédérale d’Allemagne pour son travail au nom du grand Jean-Sébastien. Officialisée en octobre, la Croix du mérite (Verdienstkreuz) a été remise à Scheibler le 16 janvier à l’Institut Goethe de Montréal. « Je suis profondément reconnaissante à toute l’équipe du festival ainsi qu’à toutes les personnes qui ont soutenu et accompagné le festival de nombreuses façons au cours des dernières années », a-t-elle écrit sur Facebook. La prochaine présentation du festival est un récital du pianiste Lang Lang, qui joue les Variations Goldberg le 29 mai à la Maison symphonique.

Bob Crowley, 1949–2020

Robert (Bob) Crowley, membre de l’OSM depuis 1976 et clarinette solo de 1998 à sa retraite en 2012, est décédé le 18 janvier à Montréal à l’âge de 70 ans. Son décès est dû à une pneumonie, une complication de la maladie d’Alzheimer. Diplômé de l’Eastman School et ayant également étudié avec Robert Marcellus, le chef d’orchestre de Cleveland, Bob était un professionnel accompli qui pouvait interpréter de la musique lyrique ou jazzy avec autant d’aplomb. On peut l’entendre dans deux enregistrements de l’OSM de la Rhapsody in Blue de Gershwin. Son côté lyrique est joliment capturé dans une vidéo YouTube d’une interprétation par Musica Camerata Montréal du troisième mouvement du Sextuor op. 37 de Dohnányi. Bob a enseigné pendant de nombreuses années à l’École de musique Schulich de McGill. Il laisse dans le deuil Yvonne Zacios et ses filles Annie et Emily Crowley.

Traduction par Mélissa Brien et Lise Lafrance

This page is also available in / Cette page est également disponible en: English (Anglais)

Partager:

A propos de l'auteur

Arthur Kaptainis has been a classical music critic since 1986. His articles have appeared in Classical Voice North America and La Scena Musicale as well as Musical Toronto. Arthur holds an MA in musicology from the University of Toronto.

Laissez une réponse

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.