Nouvelles de l’industrie

0

This page is also available in / Cette page est également disponible en: English (Anglais)

Tous à bord – et en ligne

Les diffuseurs de musique classique de Montréal ont publié leurs programmes virtuels presque à l’unisson à la fin octobre, alors que le gouvernement du Québec a prolongé le confinement des salles de concert jusqu’au 23 novembre. L’Orchestre symphonique de Montréal a remplacé un programme substantiel incluant des ressortissants étrangers (y compris des directeurs musicaux potentiels) par six concerts en ligne mettant en vedette des solistes canadiens (tels que la pianiste Angela Hewitt, la soprano Adrianne Pieczonka et la contralto Marie-Nicole Lemieux) et des chefs d’orchestre canadiens ou fréquentant le Canada (Jacques Lacombe, Alexander Shelley et Jean-Marie Zeitouni). Les programmes sont pour la plupart d’une durée d’une heure. Exception intéressante, le concert du 12 janvier est en trois parties et se termine par la Septième Symphonie de Beethoven sous la direction de Zeitouni. Le visionnement dans votre salon coûtera 20 $. La dernière saison de Zeitouni avec I Musici de Montréal comporte six dates provenant en ligne de l’église St-Jax du centre-ville. Le Festival Bach de Montréal propose 15 concerts en diffusion continue, ­commençant par un gala d’orgue à l’oratoire Saint-Joseph le 19 novembre et se terminant par deux représentations coproduites (5 et 6 décembre) par l’Orchestre Métropolitain de la Messe en si mineur de Bach sous la direction de Yannick Nézet-Séguin. L’OM diffuse en ligne son concert du 20 novembre mettant en vedette YNS et le violoncelliste Stéphane Tétreault. Le Ladies’ Morning Musical Club a annulé le concert du violoniste Blake Pouliot le 15 novembre, mais maintient le rendez-vous du 6 décembre avec le Nouveau quatuor à cordes Orford, le violoniste James Ehnes et le pianiste Charles Richard-Hamelin.

Yannick au piano

Séquestré dans sa ville natale, Nézet-Séguin a trouvé le temps de se joindre en tant que pianiste à l’ensemble de chambre Allegra de Montréal pour son 40e gala à la salle Pollack. L’un des moments forts de l’événement virtuel d’octobre a été le mouvement adagio du milieu du Concerto pour piano n°1 de Brahms, réduit par le clarinettiste solo de l’Orchestre Métropolitain Simon Aldrich pour un accompagnement de quatuor à cordes et de clarinette. « Brahms est le compositeur préféré de Yannick », commente Simon Aldrich à environ 50 minutes de la vidéo disponible sur YouTube (www.youtube.com/watch?v=g6y-L3V0O1k) et sur la page Facebook d’Allegra. On peut en dire autant pour lui-même et pour Dorothy Fraiberg, la claviériste d’Allegra. Gardez à l’esprit que YNS a étudié le piano – et non la direction d’orchestre – au Conservatoire de Montréal. Le chef d’orchestre fait également office de maître de cérémonie lors d’une réunion tenue après le concert à la résidence de Mme Fraiberg.

Lohengrin plus tôt que prévu à Leipzig

À la suite de l’annonce faite le 28 octobre par la chancelière allemande Angela Merkel, les théâtres et salles de concert de son pays fermeront le 2 novembre pour le reste du mois. L’opéra de Leipzig a réagi rapidement – en présentant le 1er novembre la première d’une nouvelle production de Lohengrin, initialement prévue pour le 7 novembre. « Quand, si ce n’est pas maintenant ? », demande l’intendant et directeur musical de la compagnie, Ulf Schirmer. Il ne s’agit pas d’une présentation traditionnelle de l’opéra de Wagner, mais d’une version abrégée et adaptée à la COVID-19, jouée en une seule séance. « Dans les coulisses, les machinistes ainsi que les équipes d’éclairage, de son, de maquillage, de costumes et d’accessoires accélèrent tous leurs préparatifs », rapporte la compagnie. Sans parler de l’orchestre du Gewandhaus, qui se produira sur scène plutôt que dans la fosse. Patrick Bialdyga, en remplacement de Katharina Wagner annoncée précédemment, en assure la mise en scène.

Un thérémine nouvelle vague

Année non festive à bien des égards, 2020 marque le centenaire de l’invention du thérémine par son homonyme, Léon Thérémine. Cet instrument électronique d’avant-garde – le seul qui ne nécessite pas de contact humain – a connu un succès limité dans les années 1920 et 1930 grâce au talent de Clara Rockmore. L’instrument a connu un certain essor grâce à son utilisation dans les films de science-fiction des années 1950 et à la reprise de la production par Robert Moog, devenu plus tard célèbre pour ses synthétiseurs. Aujourd’hui, la société Moog lance le Claravox Centennial, surnommé « le thérémine Moog le plus polyvalent de l’histoire » en raison de ses modes analogiques et numériques commutables et autres fonctionnalités. Si vous recherchez des « entrées et sorties DIN MIDI, USB et CV pour l’intégration avec les stations de travail audionumériques », la chance vous sourit pour 1 999 $US. www.moogmusic.com

Angela Hewitt : Alerte rouge

La pianiste canadienne, enthousiaste adepte de Facebook, se réjouit de sa décision de transporter (à ses propres frais) un piano Fazioli F278 d’Ottawa pour un concert diffusé sur le web avec l’Orchestre symphonique de Montréal à la Maison symphonique : « J’étais un peu inquiète, ne sachant pas vraiment comment il sonnerait là-bas (chaque salle fait sonner et vibrer chaque instrument différemment), mais dès que j’ai joué quelques notes, le son était juste et étincelant. C’était aussi un très beau son chaud pour le magnifique mouvement lent du Concerto en sol majeur de Ravel. C’est merveilleux de jouer à nouveau avec l’Orchestre symphonique de Montréal et de travailler avec l’excellent chef d’orchestre Jacques Lacombe. Il a fait un travail remarquable. Nous sommes plus éloignés que d’habitude (beaucoup plus) et ils ont construit une extension sur la scène pour nous intégrer, mais ça fonctionne… » Dans une publication ultérieure, Hewitt fournit une autre raison de regarder la diffusion du 10 novembre : « Vous ne devez pas manquer ma robe rouge rétro que j’ai ressortie après un entreposage de 10-15 ans… Maintenant que j’ai perdu 5 kilos, elle me va à nouveau ! Elle m’a été utile lorsque j’ai dû monter sur scène avec le visage couvert. Vous verrez ce que je veux dire. Je n’ai obtenu cet engagement qu’après avoir quitté Londres où se trouve ma garde-robe actuelle, et Ravel, après tout, doit être joué dans une robe rouge. »

Maynard Solomon, 1930-2020

Le producteur de disques américain et biographe est mort à New York le 28 septembre à l’âge de 90 ans. Cofondateur avec son frère Seymour de Vanguard Records, une maison de disques proposant des titres de jazz et de folk ainsi que des titres classiques, Solomon a publié en 1977 une biographie de Beethoven qui s’appuyait sur des spéculations psychanalytiques (notamment la proposition selon laquelle le compositeur en 1801 « se sentait plus sourd que son état réel ne le justifiait à l’époque »). Il a également popularisé l’idée qu’Antonie Brentano (plutôt que la plus largement proposée Josephine Brunsvik) était l’« immortelle bien-aimée » du compositeur. Dans Mozart : A Life (1995), le père Leopold apparaît comme une influence néfaste. Le plus grand exploit académique de Salomon, en 1989, a probablement été « Franz Schubert and the Peacocks of Benvenuto Cellini »”, un article publié dans 19th-Century Music qui dépeignait Schubert comme homosexuel. Bien que les preuves soient loin d’être concluantes, Solomon a produit un classique de ce que l’on appelait autrefois la nouvelle musicologie.

Fermetures et un certain soulagement

Aussi horrible que soit cet automne pour le secteur des arts au Québec, il n’est pas aussi mauvais qu’il pourrait l’être en dollars et en cents. Le 2 octobre, le premier ministre François Legault et la ministre de la Culture Nathalie Roy ont promis un financement de 50 millions $ pour compenser les diffuseurs d’art pour la perte de vente de billets jusqu’en mars. L’OSM a rapidement publié un communiqué pour les remercier. Sept jours plus tard, l’Opéra de Montréal était sur le point d’obtenir un engagement de 700 000 $ en financement provincial pour explorer les options de production numérique. La compagnie a souligné dans un communiqué de presse que cette subvention se traduira par 900 cachets versés aux artistes et artisans de la production. Après avoir diffusé sur le web une représentation de La Bohème de Puccini de 2017, l’OdM met à disposition son nouveau programme double de La voix humaine et L’hiver attend beaucoup de moi jusqu’au 19 novembre. www.operademontreal.com

Pensées positives à San Francisco

Le Ballet et l’Opéra de San Francisco, comme la plupart des compagnies, ont fermé pour le reste de l’année 2020. Ils ont également accéléré un projet de remplacement de sièges initialement prévu pour l’été prochain afin de profiter de cette période d’arrêt. Une meilleure visibilité, une meilleure ergonomie et un plus grand nombre de sièges pour handicapés sont prévus pour le somptueux War Memorial Opera House datant de 1932 dans le style Beaux-Arts. L’orchestre de l’opéra a accepté des réductions substantielles dans un contrat qui s’étend jusqu’au milieu de l’été 2023. La première représentation prévue, le 25 avril, est celle du Barbier de Séville de Rossini.

Ainsi parlait Zubin Mehta

« Laissons les listes noires au puritanisme américain », a déclaré Zubin Mehta, 84 ans, au Corriere della Sera de Milan. « [James] Levine a été détruit par les médias américains. Domingo a dû quitter l’Opéra de Los Angeles, qui avant lui était sans intérêt. Et tout cela, trente ans plus tard, à cause de plaintes d’artistes déchus. Ils sont bien versés dans la vengeance. » L’ancien directeur musical de l’OSM voit la pandémie du point de vue de celui qui s’est remis complètement d’une opération chirurgicale pour un cancer du rein. « Les théâtres sont parmi les endroits les plus sécuritaires », souligne-t-il. À propos des directeurs d’opéra : certains sont des génies, d’autres sont des casse-pieds (« rompiscatole »). Mehta demande maintenant de rencontrer le directeur avant d’accepter un engagement à l’opéra. Ses concerts de novembre et décembre au moment de mettre sous presse : Otello de Verdi au Teatro del Maggio Musicale Fiorentino (où il est directeur honoraire à vie) et des concerts avec le Philharmonique de Vienne comprenant Also sprach Zarathustra de Strauss.

Cliburn se projette en 2022

La 16e édition du Concours international de piano Van Cliburn a été reportée d’un an, du 2 au 18 juin 2022. « Le Cliburn est là pour aider les jeunes artistes à lancer leur carrière, a déclaré le PDG Jacques Marquis dans une annonce sur Facebook. Nous pourrons faire un meilleur travail et fournir un meilleur soutien à partir de 2022. » Ce report est clairement une bonne nouvelle pour le Concours musical international de Montréal, qui a reporté son édition 2020, consacrée au piano, au 22 mai jusqu’au 2 juin 2021. Les candidats du Cliburn pourront tenter leur chance à Montréal – en supposant, bien entendu, que le coronavirus soit alors sous contrôle. Parmi les autres concours de piano prévus pour le printemps 2021, citons celui de la Reine Elisabeth (mai à Bruxelles) et celui de Géza Anda (mai-juin à Zurich).

Une controverse supérieure à la moyenne

Philip Ewell, professeur associé au City College de New York qui se décrit comme « un activiste pour la justice raciale, sexuelle et sociale dans le domaine de la théorie musicale », a attiré l’attention en qualifiant Beethoven de « compositeur au-dessus de la moyenne » qui est « soutenu par la suprématie blanche, y compris des qualificatifs tels que génie, maître et chef-d’œuvre ». (Selon Ewell, le mot maître ne peut être dissocié de l’institution de l’esclavage). Tonalité ? « Un exemple typique d’une structure racialisée. » Et ainsi de suite. Les réactions et les débats ont été enflammés et ont semé la discorde. Mais une controverse secondaire a éclaté sur la caractérisation par Ewell (dans un discours en plénière en 2019 à la Society of Music Theory et plus tard dans un article publié sur le site web de la SMT) du théoricien de la musique Heinrich Schenker (1868-1935) comme « un ardent raciste et nationaliste allemand » dont l’approche de l’analyse musicale est par conséquent entachée. Les contributeurs au Journal of Schenkerian Studies n’ont pas été tout à fait unanimes dans leurs éloges. L’un des rédacteurs de la publication, Timothy Jackson, professeur à l’université du Texas du Nord (et ancien de McGill), a écrit : « La dénonciation de Schenker et des schenkériens par Ewell peut être considérée comme faisant partie intégrante du courant beaucoup plus large de l’antisémitisme noir. Étant donné l’histoire du racisme contre les Afro-Américains, il existe aujourd’hui une forte tendance à excuser ou à minimiser ces phénomènes, mais ils sont réels – et toxiques. [N.B. La deuxième phrase est généralement omise par les journalistes qui couvrent la controverse.] Ils se manifestent actuellement de multiples façons, notamment par le type de violence contre les Juifs, les paroles odieuses de certaines chansons hip-hop, etc. » Des centaines de théoriciens de la musique, y compris des praticiens renommés de l’analyse schenkérienne, ont signé une condamnation de la publication. Il faut garder à l’esprit que la théorie musicale se distingue de la musicologie, la première s’intéressant traditionnellement à l’analyse musicale pure, la seconde étant le terrain le plus propice aux études culturelles et aux raisonnements sur la race et le genre.

Apocalypse rebelle à l’Université de Toronto

« En tant que principale institution canadienne de musique classique occidentale et de jazz, la faculté de musique de l’Université de Toronto est fondamentalement engagée dans l’établissement et la perpétuation de ces structures racistes, coloniales et autrement oppressives. » Non, ce n’est pas une déclaration tirée de la page web de l’U de T. Il s’agit d’un extrait d’un « appel à l’action des diplômés » signé par 372 anciens étudiants et adressé le 4 juin au comité de planification académique stratégique de la faculté de musique. La déclaration revendique peut-être un nouveau territoire en incluant la « musique jazz institutionnalisée » en tant que domaine d’activité créative qui « peut perpétuer le traumatisme et l’oppression » – même si le jazz « doit son existence au travail des communautés PANDC ». L’appel aux armes ne vient pas seulement de l’extérieur : « Nous reconnaissons que la théorie musicale nord-américaine a un besoin urgent de prendre conscience de ses racines racistes, anti-Noirs et suprémacistes blanches afin d’évoluer et de se développer », peut-on lire dans une déclaration de la faculté de théorie musicale sur la controverse Heinrich Schenker (voir ci-dessus) qui fait allusion à (mais ne nomme pas) un ancien doyen comme coupable.

Triumvirat d’opéra à Banff

Joel Ivany n’est plus le seul directeur de l’opéra au Banff Centre for Arts and Creativity. Ses nouveaux collègues sont le compositeur Ian Cusson et la soprano Karen Slack. Le premier, identifié comme Métis et Canadien français, « imaginera de nouvelles façons de créer de la musique et de collaborer au sein et entre les cultures indigènes ». La seconde, une Américaine, « se concentrera sur la contribution des compositeurs noirs à la musique classique ». Parmi les missions de M. Cusson figure la création d’un nouvel opéra avec un librettiste issu des communautés PANDC.

L’opéra fait partie de la programmation de Banff depuis les années 1950. Le centre administre le célèbre concours international de quatuors à cordes de Banff. Prochaine édition du BISQC : 2022. Si tout va bien.

Traduction par Mélissa Brien

This page is also available in / Cette page est également disponible en: English (Anglais)

Partager:

A propos de l'auteur

Arthur Kaptainis has been a classical music critic since 1986. His articles have appeared in Classical Voice North America and La Scena Musicale as well as Musical Toronto. Arthur holds an MA in musicology from the University of Toronto. Since 2019, Arthur is co-editor of La Scena Musicale.

Laissez une réponse

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.