Musique ancienne

0
Musique française à la salle Bourgie

Encore cette année, plusieurs grands noms de la musique ancienne seront de passage à la salle Bourgie. Le répertoire baroque français, dans ce qu’il a de plus intime et raffiné, sera particulièrement à l’honneur. On remarque la présence de Jordi Savall qui revient à la bande originale du film Tous les Matins du monde (16 et 17 février). Les deux représentations affichent malheureusement complet, mais ceux qui n’ont pas de billets pourront néanmoins assister à une projection gratuite du film (9 février) où Gérard Depardieu s’essaie à la viole de gambe et incarne Marin Marais.

Christophe Rousset

Pour fêter le 350e anniversaire de la naissance de François Couperin, la société Arte Musica a convié Christophe Rousset et ses Talents Lyriques à illustrer diverses facettes de l’œuvre du compositeur : on entendra un récital de clavecin accompagné de chorégraphies (21 octobre) et deux concerts anthologies où se mêleront pièces de violes, pièces en trio, airs de cours et musique sacrée (les sublimes Leçons de ténèbres). Ces deux spectacles auront lieu la même journée (20 octobre), et il sera possible de s’entretenir avec Christophe Rousset dans l’intervalle.

Sébastien Daucé

En visite pour la première fois à Montréal, Sébastien Daucé et son ensemble Correspondances, dont les disques remportent tous les suffrages, viendront proposer le 7 décembre la ravissante Pastorale de Noël de Marc-Antoine Charpentier, qu’ils ont enregistrée récemment chez Harmonia Mundi. Voilà une chance unique d’entendre cette œuvre redécouverte par William Christie dans les années 1980. La musique profane de Charpentier sera aussi à l’honneur, puisque l’ensemble Clavecin en concert de Luc Beauséjour propose un divertissement rarement entendu, les Plaisirs de Versailles, suivi de l’opéra Actéon, œuvre de courte durée mais de grande intensité, qui raconte les mésaventures du chasseur coupable d’avoir surpris au bain la déesse Diane et ses nymphes (5 octobre). La mise en scène sera assurée par la chorégraphe et danseuse Marie-Nathalie Lacoursière, qui se spécialise dans ce répertoire.

Enfin, en lien avec la prometteuse exposition Lumineuses enluminures qui se tiendra tout l’automne au Musée des beaux-arts, l’ensemble français Obsidienne et son directeur Emmanuel Bonnardot présentent le 2 décembre un concert intitulé Les anges musiciens, où plus d’une vingtaine d’instruments présents dans l’imagerie du Moyen Âge reprendront vie (vièle, cornemuse, psaltérion, rebec, corne…). www.mbam.qc.ca/salle-bourgie

Bach à l’honneur

Ensemble La Risonanzale

L’intégrale des cantates de Bach, présentée par Arte Musica, entre par ailleurs dans sa cinquième année : trois conférences et huit concerts seront présentés, entre le 30 septembre et le 28 avril. Encore une fois, chaque concert est donné par un ensemble différent (les Idées Heureuses, les Boréades, le Studio de musique ancienne, Caprice…) ce qui permet d’éviter toute routine et de mettre en valeur la diversité d’approche chez les musiciens montréalais qui cultivent ce répertoire. L’ensemble italien La Risonanza, dirigé du clavecin par Fabio Bonizzoni, apportera aussi sa contribution (28 octobre). Du côté des conférences, François Filiatrault propose une réflexion intitulée Usage et symbolique des instruments chez Bach (25 septembre) qui permettra une meilleure compréhension de codes en usage chez le compositeur, mais aussi dans l’ensemble de la musique baroque.  www.mbam.qc.ca/concerts-arte-musica

Masaaki Suzuki
Photo Marco Borggreve

Dans le cadre du Festival Bach de Montréal, qui offre une vingtaine de concert entre le 17 novembre et le 7 décembre, notons la venue le 1er décembre de Masaaki Suzuki, qu’on a souvent vu diriger à Montréal la musique sacrée de Bach. Le chef japonais vient pour la première fois en compagnie de son Bach Collegium et de la soprano Joanna Lunn, non pour participer à l’intégrale des cantates du cantor, mais pour un bouquet d’œuvres instrumentales et de cantates profanes (Bach, mais aussi Haendel, Conti et Telemann). Par ailleurs, la claveciniste Mélisande McNabney et le jeune ensemble Pallade Musica offrent un programme très substantiel le 27 novembre : pas moins de trois concertos pour clavecin de Bach et de la musique de chambre de son aîné Buxtehude. www.festivalbachmontreal.com

Du côté de la relève

On se réjouit de voir toujours présent à Montréal le jeune claveciniste Mark Edwards, premier prix du Concours international de Bruges en 2012, ex æquo avec Jean Rondeau. Edwards, qui joue aussi avec les Boréades de Francis Colpron, a fondé en 2017 l’ensemble Poiesis, en compagnie de la flûtiste Joanna Mardsen. L’ensemble propose trois concerts cette année, dont un récital d’airs de cour français avec la radieuse soprano Andréanne Brisson-Paquin (chapelle Notre-Dame-de-Bon-Secours, 28 septembre) et les Variations Goldberg (chapelle Saint-Louis de l’église Saint-Jean-Baptiste, 21 novembre). On ne voudra pas laisser passer l’occasion d’entendre ce chef-d’œuvre dans le cadre très intime de la chapelle Saint-Louis qui n’offre qu’une soixantaine de places.  www.mark-edwards.ca  |  www.poiesis.ca

Noël à la Visitation

Pour achever l’année, le 9 décembre, Clavecin en concert célèbre Noël dans un lieu magnifique et authentiquement baroque, l’église de la Visitation du Sault-au-Récollet. Le baryton Hugo Laporte, lauréat du grand prix du Concours OSM-Manuvie, a été invité pour la circonstance. Au programme, des noëls français, chantés et joués aux instruments (Charpentier, Delalande, Corrette). Le concert est gratuit, mais il faudra réserver !  www.clavecinenconcert.com 

Partager:

A propos de l'auteur

Laissez une réponse

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.