Navigation sur: Concours musicaux

Melody Ye Yuan et 2 autres violonistes s’ajoutent à la liste des concurrents Montréal, le 15 mai 2019 – À la suite du désistement de William Lee, Stephen Kim et Stella Chen du Concours musical international de Montréal (CMIM), la Canadienne Melody Ye Yuan ainsi que la Coréenne Jung Min Choi et l’Américaine-Coréenne Christine Lim s’ajoutent à la liste de violonistes se présentant à l’édition violon du CMIM, qui aura lieu à Montréal du 27 mai au 5 juin. Les 24 concurrents, âgés de 16 à 28 ans, ont été sélectionnés par un jury préliminaire parmi près de 200 candidatures.…

Partager:

La fonction de juge à un concours international de musique n’est pas une sinécure. Le violoniste Dmitry Sitkovetsky est l’un des heureux élus qui assumeront cette responsabilité dans le cadre du CMIM 2019. Reconnu pour ses transcriptions jouées et enregistrées à travers le monde entier, cet interprète et chef d’expérience est, depuis 2003, le directeur musical de l’Orchestre symphonique de Greensboro. Sa discographie comprend la plupart des concertos pour violon du répertoire classique, dont ceux de Prokofiev, Bartók et Chostakovitch. Il a dirigé de nombreux orchestres dans le monde. « Christiane LeBlanc m’avait invité à participer au dernier concours de violon en…

Partager:

La violoniste Ayana Tsuji a remporté le Concours musical international de Montréal (CMIM) en 2016 et n’a jamais regardé en arrière. Musicienne dès son plus jeune âge, elle a été initiée à la musique par son père. « J’ai commencé à jouer du violon quand j’avais trois ans sous l’influence de mon père, également violoniste. Il a lui aussi commencé à jouer du violon à l’âge de trois ans, alors j’utilisais son violon d’enfant. » Elle admet que son père a été un professeur sévère, mais elle est tout de même reconnaissante de l’impact qu’il a eu sur son jeu et de…

Partager:

par Wah Keung Chan et Alexandre Da Costa L’édition 2019 du Concours musical international de Montréal (CMIM) approche. Prenant les devants, La Scena a écouté vingt-trois des vingt-quatre participants, histoire de prédire les gagnants. Le violoniste franco-russe Fedor Rudin s’est retiré après sa nomination en tant que violon solo de l’Opéra national de Vienne et de l’Orchestre philharmonique de Vienne et nous n’avons pas été informés de son remplaçant durant notre évaluation. Parmi les vingt-quatre violonistes figurent d’illustres lauréats de récents concours internationaux. Lors de notre écoute des enregistrements audio et vidéo disponibles, provenant souvent de concours précédents, nous avons noté…

Partager:

Depuis sa fondation en 2002, le Concours musical international de Montréal rivalise d’audace et d’ingéniosité afin de se démarquer et d’offrir aux concurrents une expérience humaine positive, tout en cherchant à s’ancrer dans la communauté montréalaise. S’il reste un concours avec des règlements stricts, fonctionnant selon des cycles de trois ans où alternent piano, chant et violon, le CMIM offre de nombreuses activités et vitrines en parallèle du concours qui lui donnent des couleurs de festival, ce dont se réjouit la directrice générale et artistique Christiane LeBlanc : « À mon arrivée, je trouvais que ce concours avait été très bien conçu…

Partager:

« Jouer sur un Stradivarius est fascinant pour un musicien, peut susciter des marques d’appréciation chez ses pairs, attirer l’intérêt des médias et alimenter les conversations dans les cercles de la musique classique, dit le violoniste Alexandre Da Costa. Mais, il ne faut pas donner trop d’importance à l’instrument en lui-même, ce n’est qu’un outil. Le plus important, c’est la qualité de la prestation de l’instrumentiste, sa sensibilité artistique. » Le virtuose canadien est bien placé pour soutenir ces propos. Da Costa joue depuis presque vingt ans sur des Stradivarius et reconnaît, bien entendu, la chance qu’il a eue et qu’il a…

Partager:

« Souvent, on utilise pour l’entraînement des jeunes musiciens en vue des concours internationaux une formule qui date de l’après-guerre et de l’époque soviétique et qui consiste à les former comme s’ils étaient des athlètes olympiques, ignorant complètement que ce sont avant tout des artistes. » Le violoniste et chef d’orchestre Alexandre Da Costa ne mâche pas ses mots pour pointer les insuffisances des concours internationaux qui, selon lui, adoptent une approche trop centrée sur l’exécution technique, faisant fi des dimensions artistiques et humaines. Et pourtant, ces dimensions déterminent en grande partie le développement de la carrière internationale des musiciens primés. « La…

Partager:

Véritable célébration de la guitare classique, le Festival et concours international de guitare classique de Montréal convie cette année encore les mélomanes de la métropole. Guitaristes virtuoses, luthiers et conférenciers seront à l’honneur de la dix-septième édition de cette grand-messe de la six cordes. Fondé en 2002 par le guitariste classique et pédagogue Patrick Kearney, le FCIGCM devient rapidement un incontournable sur le circuit des concours internationaux voués à l’instrument. Lorsqu’interrogé sur les raisons qui l’ont poussé à entreprendre un projet d’une telle envergure, Kearney affirme sans détour qu’avant la fondation du festival, le manque de ressources consacrées aux guitaristes…

Partager:

En février dernier, le prix Opus Hommage du Conseil québécois de la musique (CQM) a été décerné à Gilbert Patenaude afin d’honorer l’ensemble de sa carrière. On le connaît pour son engagement envers le chant choral, particulièrement auprès des Petits Chanteurs du Mont-Royal sous sa direction pendant trente-huit ans. C’est avec dévouement et rigueur qu’il s’est acquitté d’une charge pédagogique et musicale soutenue et exigeante, puisqu’à l’enseignement s’ajoutaient, chaque année, plus de quatre-vingts prestations, cérémonies religieuses et autres concerts. Ses réalisations avec les jeunes choristes comptent pas moins de vingt-trois tournées internationales et l’enregistrement d’une douzaine de disques. Il a…

Partager:

La 22e édition des prix Opus a culminé avec le gala du 3 février dernier, lors duquel 30 prix ont été remis aux artistes et organismes du milieu musical québécois. Ces prix viennent récompenser la persévérance et l’excellence de ceux qui œuvrent activement, année après année, pour le rayonnement de la musique québécoise. Sous la direction artistique d’Oriol Tomas et animé par Jocelyn Lebeau, le gala suivi d’un cocktail alliait agréablement chaleur, rigueur et convivialité. La Société d’art vocal de Montréal a défié les pronostics en remportant deux Opus devant les plus prestigieuses institutions, grâce au concert du baryton-basse Gerald Finley…

Partager:
1 2 3 5