Navigation sur: La Scena en ligne

L’année du 70e anniversaire de la mort de Hans Pfitzner (1869-1949) est marquée par le retour d’un concerto pour piano qu’il avait écrit au sommet de sa gloire. Pfitzner, acclamé pour son opéra de 1917, Palestrina, avait livré ce concerto en 1923, avec Walter Gieseking comme soliste. Si Palestrina fait écho au Meistersinger de Wagner, le concerto incline fréquemment vers le si bémol de Brahms – et l’inclination dépend surtout de l’auditeur. La réputation déchue de Pfitzner est parfois attribuée à son écœurante sympathie pour les nazis, mais ce concerto suggère que la faute pourrait être attribuée à quelque chose…

Partager:

Sorel-Tracy, 9 août 2019 – La Maison de la musique de Sorel-Tracy présentera le 7 septembre prochain à l’Église Enfant-Jésus, à 19h30, le Duo Gabriel Pierné, composé du pianiste sorelois Antoine Laporte et de la violoniste Marie-Claire Vaillancourt. Native de Drummondville, Marie-Claire Vaillancourt est une passionnée de musique de chambre, elle a obtenu un Prix avec distinction dans cette discipline lors de son concours du Conservatoire en 2017. Elle est membre fondatrice du Quatuor Andara depuis septembre 2014, ensemble qui l’a fait voyager tant aux États-Unis qu’en Europe. Marie-Claire est violon solo associé de l’Orchestre symphonique de Drummondville depuis 2018…

Partager:

Durant le rigoureux processus de relecture des épreuves pour mon prochain livre, j’avais besoin d’une ambiance musicale qui pourrait m’aider à tenir le rythme sans me distraire par un excès d’inventivité. J’ai pensé : Hindemith, qui d’autre ? Le compositeur allemand, condamné par les nazis comme étant un moderniste dangereux, n’a jamais été qu’un conservateur de nature cérébrale possédant une oreille pour la forme correcte. Exilé à Istanbul, puis à Yale, il a tiré des larmes à ses étudiants en les assaillant de leçons théoriques rigoureuses et d’un nombre incalculable d’exercices techniques cruels censés faire d’eux de meilleurs êtres humains. Le Ludus…

Partager:

La Semaine italienne de Montréal est un événement culturel important qui se déploie à travers la ville depuis maintenant 25 ans. En cette saison estivale, les festivalières et les festivaliers de tous les horizons sont invité-e-s à venir découvrir et célébrer les apports de l’Italie à la culture canadienne par le partage de sa musique, de son art et de sa gastronomie. Au programme cette année: concerts, pièce de théâtre musicale, opéra, festival de films, expositions, cours de cuisine et circuits historiques, pour n’en citer que quelques exemples. La Semaine italienne de Montréal vous attend pour une 26e édition du 9…

Partager:

Un monde à découvrir… sur les ailes de la musique! Montréal, le 5 août 2019 – Faculté de musique. La Faculté de musique de l’Université de Montréal vous révèle les multiples horizons d’une programmation riche et captivante, à l’aube d’une nouvelle saison sous le signe des grands classiques, de la création et des rencontres de prestige. Parcourez en un « clic » les grands rendez-vous 2019-2020 avec : l’Orchestre de l’Université de Montréal l’Atelier d’opéra de l’Université de Montréal le Big Band de l’Université de Montréal l’Ensemble de musique contemporaine de l’UdeM les étudiants-compositeurs de la série Ultrasons l’Observatoire interdisciplinaire…

Partager:

Sally Silver, surnommée « Silver Sally », est décédée en novembre dernier d’un cancer à l’âge de 50 ans. Sa mort a jeté une ombre sur l’opéra britannique, dont elle était une actrice dynamique et très engagée. N’ayant jamais été une diva clinquante, Sally a décroché des rôles dans des opéras divers allant de Haendel à Thomas Adès, en privilégiant le répertoire français. Ce disque posthume – réalisé par Sally, accompagnée de son ami Richard Bonynge, et produit par son mari Jeremy Silver – est un délice du début à la fin. Ce n’est pas seulement l’étincelle qu’elle confère aux airs de…

Partager:

Au fil des ans, le Festival d’opéra de Québec s’est imposé comme un événement incontournable de l’été pour tout amateur d’art lyrique au Québec. Depuis sa première édition en 2011, ce même festival a accueilli plusieurs productions à grand déploiement, dont celle du Tempest de Thomas Adès, mise en scène par Robert Lepage et reprise notamment au Metropolitan Opera de New York. Cette année, l’équipe dirigée par Grégoire Legendre réussit l’exploit de présenter, en première mondiale, la production du Vaisseau fantôme de Wagner, mise en scène par François Girard ; celle-là même qui partira en tournée à New York, Amsterdam et…

Partager:

Nous abordions, la semaine dernière, Mozart en format réduit pour quatre instruments. Comme un malheur ne vient jamais seul… voici une série inédite d’enregistrements de trois symphonies de Haydn transcrites pour piano solo. Qu’est-ce que l’avenir peut encore nous réserver, Wagner à la mandoline ? Deux choses ici sauvent la mise. D’abord, la transcription de Carl David Stegmann (1751-1826), habile et ingénieuse, ouvre l’oreille à des hauteurs jamais vraiment envisagées par le compositeur. Ensuite, l’interprétation du pianiste serbo-américain Ivan Ilić présente une touche de gaieté, d’espièglerie même, qui nous encourage à ne pas prendre la musique classique aussi sérieusement qu’elle s’affiche.…

Partager:

Jean-Michel Blais, Jiajia Li et Anders Muskens figurent parmi les premiers artistes sélectionnés. Calgary, le 22 juillet 2019 — Le Centre national de musique (CNM) recevra de Stingray une contribution de 525 000 $, répartie sur les sept prochaines années, pour soutenir un programme de résidences de musique classique au Studio Bell. Quelques artistes ont déjà été sélectionnés pour aider à lancer le programme durant la deuxième moitié de 2019. Ceux-ci comprennent Jean-Michel Blais, pianiste post-classique montréalais, Jiajia Li, flutiste calgarienne renommée, ainsi qu’Anders Muskens, un musicien d’Edmonton spécialisé dans les claviers historiques. « En tant qu’entreprise canadienne membre de la communauté musicale,…

Partager:

À une époque où les grosses maisons de disques propulsent les vedettes et les marques, les maisons indépendantes ont tout le loisir d’y aller avec le contre-courant, l’excentrique ou le carrément décalé. Quelle personne avertie qui se respecte, par exemple, payerait pour entendre les œuvres orchestrales majeures de Mozart condensées pour convenir à un studio de Brooklyn ou de Lewisham ? Mozart réduit au format poche par ses principaux rivaux Hummel, Cramer et Clementi : est-ce vraiment nécessaire ? Eh bien, oui, oui, oui ! Il est absolument captivant d’entendre le Concerto pour piano en ut majeur, K. 467, joué au piano, à la…

Partager: