Opera’Actuel 2022: nouvelle direction, nouvelles méthodes

0
Advertisement / Publicité

Depuis ce lundi, la compagnie d’opéras contemporains Chants libres organise une semaine de résidence en vue de son grand événement Oper’Actuel 2022. Destinée aux artistes, compositeurs et interprètes impliqués dans le milieu de la musique contemporaine au Canada et à l’international, l’initiative de Chants libres a permis, au fil des ans, à de plus en plus de créateurs de présenter devant public une partie de leur travail en cours de réalisation.

Quelques fois, des extraits deviennent des œuvres complètes. D’autres fois, ils se transforment en autre chose. D’autres fois encore, ils permettent des rencontres. C’est un peu ça, la magie d’Oper’Actuel. Ça permet aux compositeurs et interprètes de jouer, de tester ce qui fonctionne bien, ce qui fonctionne moins bien, de permettre aux jeunes de faire de la musique contemporaine sans se lancer dans des aventures de deux heures avec mise en scène et tout ce qu’une production d’opéra implique. Grâce à ça, on va peut-être aussi donner naissance à des vocations

– Marie-Annick Béliveau, directrice artistique de Chants libres

Au programme de cette 7e édition, qui aura lieu les 27 et 28 août prochains au Théâtre Rouge du Conservatoire de Montréal, des scènes ou extraits d’opéras de Keiko Devaux (Canada), Marco Antonio Pérez-Ramirez (France), Jesse Plessis (Canada), Nicola Straffelini (Italie) et Vytautas Bucionis (Lituanie). Au total, cinq projets en autant de compositeurs et, à chaque fois, un artiste d’une autre discipline pour compléter le travail. Ainsi, une metteure en scène (Marie Brassard) et quatre librettistes (Laurence Saboye, Thomas Ayouti, Carlo Cenini et Caroline Allard) ont collaboré respectivement aux différentes créations. À la liste des participants d’Oper’Actuel s’ajoute le compositeur Tim Brady dont on pourra entendre en avant-première un extrait de l’opéra Backstage at Carnegie Hall (création de l’œuvre intégrale, les 23 et 24 septembre au Théâtre Centaur). « C’est un programme très riche, très varié. Il y en a vraiment pour tous les goûts. Les esthétiques des compositeurs qu’on a choisis vont dans toutes les directions. »

Oper’Actuel, nouvelle formule

Marie-Annick Béliveau

Plusieurs nouveautés sont à souligner dans l’organisation de l’événement. Tout d’abord, Marie-Annick Béliveau mettra pour la première fois en pratique son double rôle de directrice artistique et d’interprète. Dans un article paru plus tôt cette année (voir ici), elle nous faisait déjà part de ses aspirations et de son approche à l’égard de la direction de Chants libres. Spécialiste du répertoire contemporain, la mezzo-soprano interprétera Jailli – mis brujerías, pour voix et clarinette, de Marco Antonio Pérez-Ramirez sur un livret de Laurence Saboye, également chorégraphe et conjointe du compositeur.

Advertisement / Publicité

Mme Béliveau ajoute : « Dans les précédentes éditions, Chants libres demandait à différents ensembles de monter chacun un extrait. Rassembler tous ces ensembles-là voulait dire qu’il y avait beaucoup de gens sur scène. Jusqu’à 50-60 personnes qui se succédaient avec, en plus, des changements de set-up. Désormais, ce sont les mêmes musiciens qui monteront tous les extraits. D’un point de vue logistique, c’est plus simple, mais aussi ça permet d’avoir une atmosphère plus sereine dans le travail et où tous les extraits sont présentés dans les mêmes conditions, les mêmes répétitions. »

Grâce à la présence des mêmes interprètes sur scène et notamment celle de l’Ensemble Paramirabo qui signe ici un partenariat sans précédent avec Chants libres, Marie-Annick Béliveau espère, en outre, que l’attention du public sera davantage portée sur le travail des compositeurs.

Une création prévue en 2024

Chants libres a bien l’intention de continuer à innover dans la méthode. En 2024, la compagnie prévoit une création d’un genre nouveau, inspirée des interactions entre musiciens et artistes autour d’Oper’Actuel. « J’ai envie de trouver de nouveaux processus de création, de composition, qui puissent davantage se faire à travers des laboratoires, ateliers, des résidences. J’ai envie de bâtir de nouvelles formes et façons d’écrire des opéras, » confie Mme Béliveau. L’expérience promet d’être une des plus enrichissantes, aussi bien pour les co-créateurs en amont que pour le public au moment du résultat final.

Trois présentations sont prévues dans le cadre du projet Opér’Actuel, le 27 (14h, 19h30) et le 28 (14h) au Théâtre Rouge du Conservatoire de musique de Montréal. Pour plus de détails sur le programme et les artistes impliqués, visitez le www.chantslibres.org

Partager:

A propos de l'auteur

Justin Bernard est détenteur d’un doctorat en musique de l’Université de Montréal. Ses recherches portent sur la médiation musicale, notamment par le biais des nouveaux outils numériques, ainsi que sur la relation entre opéra et cinéma. Membre de l’Observatoire interdisciplinaire de création et de recherche en musique (OICRM), il a réalisé une série de capsules vidéo éducatives pour l’Orchestre symphonique de Montréal. Justin Bernard est également l’auteur de notes de programme pour le compte de la salle Bourgie du Musée des Beaux-Arts de Montréal et chargé de cours à l’Université de Sherbrooke. Par ailleurs, il anime une émission d’opéra et une chronique musicale à Radio VM (91,3 FM).

Laissez une réponse

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.