Navigation sur: Autochtone

Montréal, le 6 août 2020 – Le Centre des musiciens du monde se prépare à reprendre ses activités ! Il lance sa nouvelle saison sous le signe de l’espoir, avec la série Concerts intimes des quatre coins du monde: des rendez-vous musicaux en direct, gratuits et conviviaux ! Dès le 12 août prochain, la série Concerts intimes des quatre coins du monde proposera, chaque mercredi à 17h, la découverte d’un univers musical différent ; 8 semaines de concerts pour mettre en valeur des musiciens d’exception qui emporteront les mélomanes dans des univers métissés aux racines anciennes. « Depuis des temps immémoriaux,…

Partager:

L’auteur, communicateur et producteur ojibwé Jesse Wente a été nommé président du conseil d’administration du Conseil des arts du Canada, succédant à Pierre Lassonde qui a occupé ce poste au cours des cinq dernières années. Grand défenseur des droits des Autochtones ainsi que de l’art des Premières Nations, des Métis et des Inuits, il est le premier autochtone a tenir ce poste. Jesse Wente est connu pour son travail de chroniqueur à l’émission Metro Morning sur les ondes de la CBC pendant 24 ans. Il a également consacré 11 années au Festival international du film de Toronto (TIFF), dont les sept dernières à…

Partager:

Montréal, le 16 juillet 2019. Plus que jamais, pour sa 29e manifestation, le festival fait battre le cœur de Montréal au diapason de l’âme des peuples autochtones des Amériques et du monde. Grands concerts sur la Place des Festivals, compétition internationale de films et de vidéo, grands événements en arts visuels et médiatiques, gastronomie, colloque, rencontres et poésie. Mille feux s’allument et font rayonner Montréal aux couleurs de ses origines les plus anciennes et annoncent une chaude période d’amitié, de dialogue, de création et de réconciliation. À qui l’avenir ? Les Québécois ont pu enfin avoir un authentique aperçu de…

Partager:

Le documentaire Lepage au Soleil : à l’origine de Kanata, de la cinéaste Hélène Choquette, vient-il clore la tourmente qui a déferlé l’été dernier, des deux côtés de l’Atlantique ? La critique de La Scena. Vous vous souvenez de l’affaire Kanata ? L’été dernier, le projet d’un spectacle sur l’arrivée des Européens chez les peuples des Premières Nations, n’incluant aucun représentant des Premières Nations, est éventé. Le scandale éclate et on accuse Ariane Mnouchkine et Robert Lepage, les créateurs de cette pièce qui n’a pas encore été vue, d’appropriation culturelle. Refusant les débats enflammés, Lepage répète posément qu’il répondra par le biais…

Partager:

Kateri Tekakwitha a longtemps fait partie du programme scolaire québécois. Jeune fille mohawk du XVIIe siècle qui demanda à être baptisée à l’adolescence et a fait vœu de chasteté, elle est devenue en 2012 la première personne autochtone d’Amérique du Nord à être canonisée. Les artistes autochtones lui paient maintenant leur propre forme d’hommage en présentant Saia’tatokénhti: Honoring Saint Kateri, une présentation multimédia de 35 minutes avec musique de la compositrice Odawa Barbara Croall, paroles de l’écrivain mohawk Darren Bonaparte et visuels et chorégraphie par le réalisateur autochtone colombien Alejandro Ronceria. La première le 19 octobre à 19 h 30 à l’église…

Partager:

Nadia Myre Réparer les blessures Née à Montréal en 1974, Nadia Myre est une artiste algonquine membre de la nation anishinabeg de Kitigan Zibi. Elle détient une maîtrise en arts visuels de l’Université Concordia et un diplôme de l’Emily Carr University of Art and Design de Vancouver. Par la sculpture, la vidéo, la création de bandes sonores et la photographie, elle se réapproprie l’histoire et les pratiques ancestrales des Autochtones afin d’en montrer les traces et les blessures, afin aussi de critiquer les abus et le racisme. Son œuvre revisite l’histoire et les luttes des Premières Nations en explorant les…

Partager:

La grande cinéaste, artiste graveure, chanteuse et conteuse d’origine abénaquise Alanis Obomsawin est une artiste autochtone incontournable. Membre de l’Ordre du Canada, grande officière de l’Ordre national du Québec, titulaire de 22 doctorats honoris causa, Alanis Obomsawin est arrivée à l’ONF en 1967 comme consultante pour rapidement passer derrière la caméra et y rester, créant un corpus d’œuvres sans égal. Le chemin de la guérison, le 50e et plus récent film de la prolifique cinéaste, rend compte de l’enrichissement et de l’autonomisation d’une communauté crie du Manitoba grâce à un modèle d’éducation adapté aux jeunes de la communauté. Alanis Obomsawin…

Partager:

La cinéaste Manon Barbeau a longtemps travaillé comme scénariste et réalisatrice pour Télé-Québec et l’Office national du film du Canada (Les enfants du Refus Global, L’armée de l’ombre, etc.). La documentariste n’est pas issue des Premières Nations, mais elle s’y intéresse depuis toujours. C’est au cours d’un tournage avec de jeunes Attikameks qu’elle a pris la mesure de la détresse des jeunes des Premières Nations. Afin de canaliser leurs talents dans des projets cinématographiques et musicaux, Manon Barbeau décide de fonder le Wapikoni mobile, avec l’aide du conseil de la nation attikamek, du conseil des Jeunes des Premières Nations et le…

Partager:

Lui-même issu de la nation innue, André Dudomaine a d’abord cofondé la Semaine de cinéma régional en Abitibi-Témiscamingue, qui allait devenir le Festival international d’Abitibi-Témiscamingue. L’ancien professeur de l’Université Concordia voit aussi en Présence autochtone un pont qui relie les communautés et la ville. Le festival est la preuve que cette relation est fertile : pour nombre d’artistes dont le travail prend racine dans l’humus patrimonial, le festival est un tremplin vers l’international. L’art autochtone a ses propres réseaux de distribution qui échappent totalement aux grands médias et le festival s’est beaucoup bâti sur ces partenariats. Présence autochtone expose au grand…

Partager:

La compagnie de théâtre des Premières Nations Ondinnok a été la première au Québec à rêver de donner de nouveaux moyens d’expression dramatique à sa communauté. Ondinnok est un mot huron qui désigne un rituel théâtral de guérison qui dévoile le désir secret de l’âme. Né dans l’urgence d’une véritable reconstruction culturelle, le théâtre d’Ondinnok vise à reconquérir un imaginaire, une terre de rêve et à rapatrier une mémoire pour dégager un avenir. Depuis sa première création Le Porteur des peines du monde (1984) et donc au cours de plus de trente années de créations métamorphiques, Ondinnok nous a entrainés dans…

Partager: