Critique de disque : Matthew Larkin plays the organ of St. Paul’s Anglican Church

0
Advertisement / Publicité

This page is also available in / Cette page est également disponible en: English (Anglais)

Matthew Larkin plays the organ of St. Paul’s Anglican Church

Musique de Couperin, Bach, Mendelssohn, Franck, Reger, Howells, Willan, Duruflé, Messiaen, MacMillan, Jongen, Jarrett, Ager et Mallory

ATMA Classique ACD2 2857 (deux disques)

★★★★

Ce récital en deux disques de l’organiste d’Ottawa d’origine britannique Matthew Larkin couvre un vaste territoire stylistique, mais assoit l’auditeur au centre d’une église canadienne résonnante – St. Paul’s Anglican à Toronto, pour être précis. De nombreux instruments Casavant ont une sonorité majestueuse, mais l’op. 550 de 1914, également appelé Blackstock Memorial Organ, est particulièrement admiré pour sa « portée et sa beauté », pour citer l’un des lucides essai du livret de Larkin. L’organiste l’adapte avec succès aux subtilités fuguées de Duruflé, à la puissance symphonique de Mendelssohn, aux couleurs solennelles de Reger et aux inspirations mystiques de Howells et Messiaen (ce dernier représenté, curieusement, par la transcription par Larkin du huitième mouvement du Quatuor pour la fin du temps plutôt que par une composition originale pour orgue). Les barricades mystérieuses de Couperin, à l’origine pour clavecin, sonnent un peu lourd, mais on ne peut pas tout avoir. Les indispensables de Healey Willan, à qui cet instrument est le plus étroitement associé, incluent, utilement, la seconde Passacaille et fugue (plutôt que la première plus connue) − la ressemblance de cet ostinato avec la célèbre passacaille de Bach n’étant probablement pas fortuite. On trouve une exécution désinvolte du Cortège académique de sir Ernest MacMillan et un traitement consciencieux de l’Hymne du souvenir remarquablement simple et direct de Keith Jarrett. C’est un instrument très consistant; des pauses d’écoute sont conseillées. Mais les sélections (y compris certaines œuvres contemporaines non avant-gardistes) sont attrayantes et le jeu est adapté. ATMA a capturé l’acoustique du lieu de manière impressionnante.

This page is also available in / Cette page est également disponible en: English (Anglais)

Partager:

A propos de l'auteur

Arthur Kaptainis has been a classical music critic since 1986. His articles have appeared in Classical Voice North America and La Scena Musicale as well as Musical Toronto. Arthur holds an MA in musicology from the University of Toronto. Since 2019, Arthur is co-editor of La Scena Musicale.

Laissez une réponse

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.