Critique CD | Virtuosa (Leaf music, 2022)

0
Advertisement / Publicité

This page is also available in / Cette page est également disponible en: English (Anglais)

96%
96%
  • User Ratings (0 Votes)
    0

Virtuosa
Alexa Raine-Wright, flûte; Sallynee Amawat, violon; Andrea Stewart, violoncelle; Rona Nadler, clavecin
Leaf Music, 2022

En 2017, Infusion Baroque a publié la série Virtuosa, une collection de vidéos mettant en lumière la carrière musicale de quatorze femmes des 18e et 19e siècles. Toujours imprégné de la volonté de mettre en valeur les réalisations des compositrices face au sexisme, Infusion Baroque a sorti son nouvel album Virtuosa. Les 14 œuvres de l’album, provenant de six compositrices différentes, montrent la flexibilité tonale de l’ensemble : dans leur interprétation du Trio avec piano en sol mineur, op. 17 de Clara Schumann, ils contrastent les instruments pour instiller à l’auditeur un sentiment d’incertitude – le clavecin intermittent et staccato fournit une tension que le violon legato cherche constamment à résoudre. En revanche, leur interprétation de la Sonate en si bémol majeur, op. 11 d’Hélène Liebmann réunit le clavecin et les instruments à cordes pour une expérience ludique et harmonieuse. Ce contraste marque une différence dans le statut social des compositrices, mais les œuvres sont toutes liées par la respiration calme et rythmée des interprètes. Ce détail donne vie aux émotions théâtrales des œuvres, comme pour suggérer que toutes les compositrices présentées, quel que soit leur statut social, étaient unies dans leurs luttes.

Même si c’est un plaisir d’écouter l’album au complet, les œuvres dans lesquelles la flûtiste Alexa Raine-Wright prend la place principale sont les plus mémorables. Sonate pour flûte en fa majeur, composée par Anna Amalia, princesse de Prusse, est un exemple. Son père tyrannique, qui pensait que de telles activités étaient une perte de temps, lui ayant interdit d’étudier l’art, Amalia jouait du clavecin, du violon et de la flûte en secret. Raine-Wright s’assure de ne pas trop en faire dans son interprétation de la sonate pour flûte de la princesse en jouant à un faible volume avec un son doux mais plein d’entrain, dont la combinaison évoque les idées de rébellion et de gratification personnelle. Pendant ce temps, la Sonate pour flûte en la majeur a été composée par Wilhelmine von Bayreuth, la sœur aînée d’Amalia. La flûtiste maintient son volume et sa douceur afin de suggérer le secret partagé dans leurs études musicales par les deux sœurs, mais le tempo plus rapide et le rythme fluctuant transmettent la liberté vécue par Bayreuth à cause du soutien de son mari.

Advertisement / Publicité

Deux autres aspects mémorables de Virtuosa sont la soprano Ariadne Lih, dont la voix complète avec expertise le violon pour une majestueuse interprétation de Paratum cor meum, et Versailles de Linda Catlin Smith, dont l’atmosphère mélanco- lique est différente de toutes les autres œuvres de l’album.

This page is also available in / Cette page est également disponible en: English (Anglais)

Partager:

A propos de l'auteur

Laissez une réponse

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.