HEC : de nouvelles possibilités de carrière

0

This page is also available in / Cette page est également disponible en: English (Anglais)

Devant les difficultés et l’incertitude du métier, de nombreux musiciens décident de réorienter leur carrière vers l’administration et la gestion des arts. Il y a ceux qui optent pour le D.E.S.S. en gestion d’organismes culturels ou, plus encore, pour une maîtrise en gestion des entreprises culturelles. C’est le cas, par exemple, du ténor Olivier Delaire, désormais adjoint administratif chez Ambiances Ambiguës, à qui le programme offert à HEC Montréal a permis de comprendre concrètement quels sont les enjeux et les réussites d’entreprises du milieu culturel, et ce, par l’intermédiaire de professeurs experts dans leur domaine. Il y a ensuite ceux qui choisissent de s’inscrire à la maîtrise internationale en gestion des arts (MMIAM). C’est le cas de l’Italienne Yumi Palleschi, diplômée de la 6e et plus récente cohorte à ce jour (juillet 2019). Elle était pianiste de concert aux États-Unis et a déménagé à Montréal après l’obtention de son diplôme. Elle est maintenant directrice administrative chez Joe Jack et John, chargée du budget et de la comptabilité. En équipe, elle travaille également au financement, aux partenariats et au développement de marché, ce qui inclut donc les communications externes. « Je suis contente que le programme MMIAM nous ait offert un enseignement à ce point diversifié parce que maintenant, je dois puiser dans à peu près tout ce que je sais », dit-elle.

La MMIAM en chiffres, c’est : une année intensive d’études dans 5 universités et 5 villes différentes (Dallas, Montréal, Bogota, Pékin, Milan) ainsi que 2 séminaires en Inde (Mumbai, New Delhi). Une occasion en or pour les étudiantes et les étudiants, dont beaucoup ont tenté une carrière
d’artiste auparavant, de tisser des liens avec des professionnels de la gestion à l’international et de forger leur expérience au contact de différentes cultures.

Advertisement / Publicité

Mentionnons d’autres cas de figure. L’Américaine Elise Sherron, diplômée de la 5e cohorte, continue, malgré son changement de parcours, de faire quelques contrats, à la fois comme pianiste et accompagnatrice. Elle travaille maintenant en Floride comme directrice des opérations au Punta Gorda Symphony et n’a donc pas complètement quitté le monde musical. Il y a aussi l’exemple de Daniela Alzate et de Wenhan Ou, issus respectivement des 1re et 2e cohortes du programme, et qui travaillent aujourd’hui en gestion des arts. Mme Alzate est Colombienne, ancienne pianiste et spécialiste du marketing au Teatro Mayor Julio Mario Santo Domingo, à Bogota (Colombie). Wenhan Ou, également pianiste, est professeur de gestion des arts au Conservatoire de musique Xinghai de Guangzhou (Chine). Tout ce que l’on peut désormais souhaiter aux musiciens qui désirent faire le saut vers un métier de gestion ou d’administration, c’est qu’ils puissent à nouveau profiter d’un programme comme la MMIAM, étalée aux 4 coins du monde.

Pour tous les détails, visitez le www.master-in-
international-arts-management.com

This page is also available in / Cette page est également disponible en: English (Anglais)

Partager:

A propos de l'auteur

Justin Bernard est détenteur d’un doctorat en musique de l’Université de Montréal. Ses recherches portent sur la médiation musicale, notamment par le biais des nouveaux outils numériques, ainsi que sur la relation entre opéra et cinéma. Membre de l’Observatoire interdisciplinaire de création et de recherche en musique (OICRM), il a réalisé une série de capsules vidéo éducatives pour l’Orchestre symphonique de Montréal. Justin Bernard est également l’auteur de notes de programme pour le compte de la salle Bourgie du Musée des Beaux-Arts de Montréal et chargé de cours à l’Université de Sherbrooke. Par ailleurs, il anime une émission d’opéra et une chronique musicale à Radio VM (91,3 FM).

Laissez une réponse

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.