Critique CD | to you through (Redshift Records, 2022)

0
Advertisement / Publicité

This page is also available in / Cette page est également disponible en: English (Anglais)

80%
80%
  • Redshift Records
    4
  • User Ratings (0 Votes)
    0

to you through
India Gailey, violoncelle
Redshift Records, 2022

Le nouvel album de la violoncelliste et artiste multidisciplinaire américano-canadienne India Gailey est singulier. Il regroupe quelques-unes des œuvres musicales qui ont compté dans sa vie et qui, avec le temps, ont pris une signification particulière pour elle. Comme elle l’explique dans le texte qui accompagne l’album, India Gailey a comme l’impression que ces œuvres font désormais partie d’elle. Elle est capable de les apprécier à un degré différent de la plupart des objets d’art auxquels elle est exposée. C’est donc une volonté de partage qui l’anime, au-delà des frontières. Ainsi, on passe du territoire de l’Islande avec Augun de la compositrice Fjόla Evans à celui de l’Australie tel qu’imaginée par India Gailey elle-même en passant par l’île paradisiaque d’Hawaï, terre natale de la compositrice Anne Leiehua Lanzilotti. Peu importe les origines, dans cet album, le temps et l’espace semblent suspendus. C’est ce que l’on appelle communément de la musique pla- nante. Une expérience mystique à chaque nouvelle pièce.

L’album débute par la texture sonore très dense d’Augun. India Gailey parvient ici à générer toute une palette de timbres grâce à différents positionnements de l’archet sur les cordes de son violoncelle. Même chose dans Ghost avec cette fois une exploration du registre suraigu de l’instrument qui se détache de la tessiture grave. Aux notes aiguës aux harmoniques supérieures s’ajoute la voix lim- pide de l’interprète, une voix que l’on retrouve dans diepenveen avec une égale pureté.

Advertisement / Publicité

India Gailey nous émeut une nouvelle fois par sa sincérité et sa sensibilité dans Orbit de Philip Glass. Cette musique n’est pas sans rappeler le style majestueux de Bach dans ses célèbres Suites pour violoncelle seul. Elle est certainement l’une de nos préférées sur l’album, suivie de près par Light is calling de Michael Gordon. Cette dernière œuvre fait abondamment usage de l’électronique et est sans conteste une expérience sensorielle et auditive à vivre en ayant préférablement des écouteurs bien collés aux oreilles. Enfin, ko’o inoa nous transporte dans un tourbillon exaltant de notes et de motifs répétés en boucle qui rappelle le minimalisme de Glass.

Voilà un album, to you through, qui ne se laisse peut-être pas apprivoiser dès la première écoute, mais qui mérite une deuxième, puis une troisième écoute pour en savourer toutes les subtilités.

This page is also available in / Cette page est également disponible en: English (Anglais)

Partager:

A propos de l'auteur

Justin Bernard est détenteur d’un doctorat en musique de l’Université de Montréal. Ses recherches portent sur la médiation musicale, notamment par le biais des nouveaux outils numériques, ainsi que sur la relation entre opéra et cinéma. Membre de l’Observatoire interdisciplinaire de création et de recherche en musique (OICRM), il a réalisé une série de capsules vidéo éducatives pour l’Orchestre symphonique de Montréal. Justin Bernard est également l’auteur de notes de programme pour le compte de la salle Bourgie du Musée des Beaux-Arts de Montréal et chargé de cours à l’Université de Sherbrooke. Par ailleurs, il anime une émission d’opéra et une chronique musicale à Radio VM (91,3 FM).

Laissez une réponse

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.