L’Atelier lyrique de Chambly présente Carmen

0
Advertisement / Publicité

This page is also available in / Cette page est également disponible en: English (Anglais)

Christiane Fournier baigne dans le monde de l’opéra depuis l’enfance. Ses parents étaient de grands amateurs d’opéra et lui ont transmis cette passion. Et depuis qu’elle est toute petite, Christiane a un faible pour Carmen. « J’ai toujours trouvé l’histoire de la bohémienne fascinante. Cet opéra a longtemps habité mon imaginaire d’enfant et j’ai toujours rêvé de le monter », dit-elle.

Elle a cependant dû attendre 15 ans après avoir fondé l’Atelier lyrique de Chambly et piloter au-delà d’une centaine de productions avant d’avoir des chanteurs suffisamment expérimentés pour monter l’opéra et, par la même occasion, réaliser son rêve d’interpréter le rôle-titre. Un autre facteur à également favorisé la production de Carmen : la construction, en 2019, d’une salle de spectacle dans le nouveau complexe Pôle Culturel de Chambly.

Advertisement / Publicité

La première, qui devait avoir lieu le 21 mars 2020, a été annulée à cause de la pandémie. Avec la levée des restrictions, l’Atelier lyrique a recommencé à travailler l’opéra et une ­présentation est prévue pour le 11 décembre prochain, sous la présidence d’honneur du baryton québécois Gino Quilico. L’événement sera précédé d’une conférence du musicologue Pierre Vachon, directeur Action sociale et Éducation à l’Opéra de Montréal.

La Carmen présentée à Chambly se démarquera par rapport aux versions d’autres ­maisons d’opéra. Ici, Carmen n’est pas une jouvencelle, mais une femme qui a du vécu. Elle connaît les hommes, elle sait les manipuler et sa soif de liberté la conduira vers un ­destin tragique. C’est une Carmen qui connaît les enjeux et les dangers de sa façon de vivre et qui accepte le tout avec résignation. « D’autres opéras vont parfois présenter Carmen comme une femme dépendante, ­commente Christiane. Notre Carmen démontrera que l’expérience de la vie est un atout et qu’une femme peut avoir son indépendance, ses propres buts et sa personnalité. » De plus, l’Atelier lyrique a fait appel à des chanteurs de toute une gamme d’âges différents. « Nos plus jeunes qui jouent des bohémiennes ont 15 ans et les deux rôles principaux sont incarnés par des sexagénaires », explique Christiane.

Carmen est ici joué avec mise en scène, des costumes, des décors, etc. « Le décor sera minimaliste, on utilisera des projections sur grands écrans à l’arrière pour les paysages et beaucoup de jeux d’éclairage. » Cependant, l’accompagnement musical sera fait au piano, en utilisant parfois d’autres instruments comme la trompette et les castagnettes pour compléter l’univers sonore. En outre, une ­chorégraphe a créé une danse de flamenco qu’interpréteront les jeunes filles de l’équipe.

L’Atelier lyrique de Chambly aimerait ­mentionner l’excellente collaboration qu’il entretient depuis plusieurs années avec la Ville de Chambly. « La Ville nous subventionne et nous aide depuis 15 ans, souligne Christiane. Il est aussi à noter que l’Atelier lyrique reçoit l’aide de la MRC de la Vallée-du-Richelieu. Sans ces soutiens financiers, il ne nous serait pas possible de monter des opéras. »

L’atelier lyrique de Chambly présente Carmen, une soirée à l’opéra le 11 décembre à 19 h 30 au Pôle culturel de Chambly. Les billets sont en vente sur www.vosbillets.ca. www.atelierlyriquedechambly.com www.facebook.com/atelierlyriquedechambly

This page is also available in / Cette page est également disponible en: English (Anglais)

Partager:

A propos de l'auteur

Laissez une réponse

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.