Cité-Mémoire dans le Vieux-Montréal

0
La Scena Musicale's Discovery Box

Le Vieux-Montréal connaît actuellement une première internationale : l’avènement du plus grand parcours de projection multimédia ­permanent et extérieur au monde. Cité-Mémoire se décline en 19 tableaux animés qui font revivre des personnages qui ont marqué l’histoire de la ville et racontent des moments forts de son évolution, via une application mobile téléchargeable gratuitement. La Scena Musicale a rencontré deux architectes de ce legs du 375e anniversaire de la métropole québécoise.

Michel Lemieux and Victor Pilon, Photo: Jean-Francois Gratton

Michel Lemieux et Victor Pilon, Photo: Jean-Francois Gratton

« L’idée de départ était de créer un événement pour fêter l’anniversaire annuel de Montréal chaque 17 mai », raconte Martin Laviolette. Le directeur général et producteur délégué de Montréal en Histoires se rappelle avec émotion les détails de la gestation qui a duré huit ans de ce nouveau-né technohistorique, à un an des ­célébrations du 375e de Montréal. En fait, l’effervescence des préparatifs de ce grand événement a joué en faveur de la mise en œuvre accélérée du projet qui a bien résisté aux multiples changements des derniers temps au gouvernement et à la mairie. Martin Laviolette relate les circonstances du « coup de foudre professionnel» avec les concepteurs et réalisateurs Michel Lemieux et Victor Pilon qui a impulsé l’effort de conception de cet «événement historique dans un corpus contemporain », pour reprendre la formule/leitmotiv qui a inspiré l’équipe tout au long de l’entreprise. Objectif: donner à Cité-Mémoire un caractère novateur et unique à même de « révéler l’âme des personnages qui ont bâti et habité Montréal, cette ville curieuse, métissée, sensible, intelligente » et surtout « célébrer notre connexion, de tous et de ­chacun, avec notre histoire », comme l’a souligné lors de l’inauguration de ce grand musée à ciel ouvert, le 17 mai dernier, le tandem Michel-Victor, auquel s’était ajouté le dramaturge Michel Marc Bouchard pour former un trio qui force la reconnaissance. « Grâce à la ­renommée internationale des trois artistes, Michel, Victor et Michel Marc, on n’a pas eu à déployer un grand effort pour convaincre les bailleurs de fonds », dit Martin Laviolette, heureux de constater, chaque soir, l’engouement des Montréalais pour l’œuvre. « Le succès de cette nouveauté fait en sorte que les possibilités de son exportation à l’international pointent déjà à l’horizon, affirme-t-il. On est actuellement approchés par plusieurs villes, à travers le monde, qui sont intéressées par le projet. »

Conjuguer le spectaculaire et l’intime

« On a conçu le projet en se promenant dans les rues du Vieux-Montréal et en contemplant ses murs et façades et notamment les murs aveugles, qui n’ont ni fenêtres ni portes et qui sont d’habitude non éclairés et donc peu regardés. Pourtant, ces murs-là sont porteurs d’histoire », dit Michel Lemieux. Il raconte comment lui et Victor Pilon ont eu l’idée de « faire rejaillir dans ces murs aveugles les âmes/lumières des gens, célèbres ou non, qui ont fait l’histoire de Montréal» et procéder de manière à ce que «les mémoires de ces bâtisseurs ressortent des murs pour nous raconter des petits bouts de l’histoire de la ville ». « On voulait quelque chose qui ouvre une porte à la poésie et qui porte à la réflexion, poursuit Michel Lemieux, des projections qui permettent de conjuguer le spectaculaire et l’intime. L’histoire de Montréal chuchotée à l’oreille. Nous voulons que les gens comprennent que l’histoire n’est pas seulement un vieux livre ­poussiéreux et qu’ils font eux-mêmes partie de l’histoire. » Cette ­philosophie résume la marque de fabrique des productions de ces deux créateurs qui sont, selon les gens du milieu, en train d’opérer une révolution dans l’univers du multimédia scénique. Exemple éloquent: leur œuvre TORUK, inspirée du film Avatar et conçue pour le Cirque du Soleil et qui est actuellement en tournée aux États-Unis.

Advertisements

Carte blanche pour revisiter l’histoire… autrement!

Les batisseurs de ville, Credit: Lemieux Pilon 4D Art

Les batisseurs de ville, Credit: Lemieux Pilon 4D Art

Pour l’écriture des textes de ce projet qui allie et transcende plusieurs disciplines – histoire, théâtre, arts numériques, littérature, etc. –, le dramaturge Michel Marc Bouchard, dont les œuvres sont connues un peu partout dans le monde, était la personne tout indiquée.

« Le grand amour de Michel Marc Bouchard pour l’histoire, son interdisciplinarité et sa grande finesse narrative ont fait qu’il était la personne idéale pour donner à l’écriture du projet la profondeur et la portée qu’il faut pour créer de l’émotion autour de faits historiques, pour se réapproprier l’histoire dans le présent et s’en inspirer dans le futur », indique M. Lemieux, en reconnaissant les difficultés manifestes avec lesquelles il faut conjuguer.

« On connaît le désintérêt par rapport à l’histoire, notamment chez les jeunes, dit-il. Mais il est possible de susciter leur intérêt pour les faits historiques par le biais du multimédia. » Il cite, à cet égard, l’engouement des jeunes pour les jeux vidéo qui traitent, entre autres sujets historiques, de la Seconde Guerre mondiale.

Bien entendu, cette entreprise inédite ne pouvait relever tous ses défis intellectuels, technologiques et financiers sans la latitude nécessaire pour que l’esprit créatif s’exprime et déploie ses pleines capacités.

« On avait carte blanche et une complète liberté pour réaliser ce ­projet novateur », affirme M. Lemieux, soulignant que dans de tels projets, comme d’ailleurs celui qui le lie avec Victor Pilon au Cirque du Soleil, « les choses ne peuvent aboutir que si les artistes ont une complète liberté d’action et d’inspiration ». Autrement, le succès en serait compromis. « Évidemment, il faut rester dans le budget et… demeurer réaliste », ajoute celui qui s’estime privilégié de contribuer à cette grande première qui confirme le leadership montréalais dans le domaine et qui « fera sûrement des petits ici et ailleurs ».

Cité-Mémoire: Mode d’emploi

La présentation de Cité-Mémoire, une production de l’organisme Montréal en Histoires, est prévue jusqu’en 2019, à raison de 11 mois par année. Du 18 mai au 17 septembre (jusqu’ à minuit) et du 18 septembre au 16 avril (jusqu’ à 23 h). Les œuvres se déploient dans un circuit de 5 kilomètres et émergent à même les murs, le sol et les arbres.

Pour vivre pleinement cette expérience multimédia immersive, il faut télécharger l’application gratuite Montréal en Histoires pour ­téléphone et tablette et disposer d’écouteurs. La bande-son et les contextes historiques sont disponibles en quatre langues (français, anglais, espagnol et mandarin). Les utilisateurs sont invités à se connecter au réseau gratuit Mtl WiFi.

L’application permet de créer son propre parcours, choisir un parcours d’une durée précise (30, 60 ou 90 minutes) ou tout simplement suivre la carte de façon aléatoire pour s’immerger dans chacune des projections qui durent de six à huit minutes. L’application offre, également, des parcours de jour comme de soir. Les parcours de soirée intègrent les tableaux nocturnes de Cité-Mémoire.

En plus des 19 tableaux accessibles actuellement, quatre nouveaux tableaux seront ajoutés en 2017, dont un tableau de 22 minutes qui sera projeté sur le mur du palais de justice donnant sur le Champ-de-Mars.

La revolte des castors, Credit: Lemieux Pilon 4D Art

La revolte des castors, Credit: Lemieux Pilon 4D Art

Réalité augmentée

Les parcours permettent aussi de vivre des expériences en réalité augmentée, qui consiste à superposer des images virtuelles 2D ou 3D sur des éléments réels, ce qui modifie notre perception de la réalité. Les lieux d’expériences en réalité augmentée sont identifiés par des bornes aux couleurs de Montréal en Histoires ainsi que dans l’application.

À noter que dans les stationnements très éclairés, l’éclairage s’ajuste automatiquement dès le début de la projection. On estime de trois à quatre heures la durée moyenne du temps nécessaire pour voir tous les tableaux. Le parcours peut se faire en deux temps. Plusieurs personnes peuvent regarder en même temps une même projection. Une fois que l’on est sur l’endroit approprié, l’application se connecte directement avec le système de projection qui déclenche le film et sa trame sonore. Une fois la projection terminée, l’application nous propose ­d’obtenir plus d’informations concernant le contexte historique.

L’application permet également d’avoir accès à des réalités ­augmentées et des informations concernant certains lieux historiques qui ne font pas partie du circuit, comme, par exemple, la basilique Notre-Dame.

» Cité-Mémoire: Vieux-Montréal, jusqu’au 17 septembre, de la tombée du jour à minuit (à l’exception de certains tableaux); du 18 septembre au 16 avril, de la tombée de la nuit à 23 h (à l’exception de certains tableaux).
www.montrealenhistoires.com/cite_memoire

La Scena Musicale - Coffret Découverte
Partager:

A propos de l'auteur

Laissez une réponse

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.