Critique: deuxième tour de la compétition « Aria » (CMIM)

0

Hier soir avait lieu la deuxième ronde du Concours international de chant de Montréal, dans la catégorie « Aria ». 8 candidats se sont relayés au cours de cette longue soirée de plus de deux heures d’opéra. Les amoureux de l’art lyrique avaient de quoi être comblés.

Voici nos impressions sur cette soirée et sur ces 8 candidats (4 femmes, 4 hommes) :

  • Il a fallu attendre la quatrième et dernière candidate pour entendre une voix de femme qui pourrait sans doute se rendre loin dans la compétition. Cette candidate est la soprano ukrainienne Olga Rudyk, impressionnante dans un air de extrait de Turandot (Puccini) et dans le célèbre air de Rusalka (Dvorak). Sa voix a atteint une belle maturité et on peut aisément l’imaginer dans de futurs rôles dramatiques.
  • Lauren Margison, soprano canadienne, a été très applaudie, mais sa voix ne se distingue pas par une identité et une originalité propres, contrairement à celles d’autres candidats.
  • Chez les hommes, on trouvait deux ténors, une basse et un baryton. Chacun a su tirer son épingle du jeu. Le baryton ukranien Oleksandr Kyreiev a rempli la salle de sa voix puissante et tonique, mais sa faible qualité de diction, notamment en français, pourrait compromettre ses chances d’arriver jusqu’en demi-finale.
  • Jongsoo Yang, basse sud-coréenne, a une élégance naturelle, un timbre chaleureux et une voix d’impact qui le mèneront très loin, peut-être même en finale. Les paris sont ouverts!
  • Terminons cette critique en disant quelques mots sur les deux ténors. Paradoxalement, celui qui avait le physique le plus imposant avait une voix relativement petite. Inversement, celui qui était le plus petit des candidats – et des candidates – en taille était aussi celui qui avait la voix la plus volumineuse. D’un côté, Andrew Haji; de l’autre Konstantin Lee, en remplacement de Kang Wang. Le ténor canadien, malgré sa voix plus fragile, a exprimé beaucoup d’émotion. Il s’est révélé un grand interprète dans l’air de Donizetti, extrait de L’Elisir d’amore, et dans un air en anglais de Stravinski, extrait de The Rake’s Progress. De son côté, le ténor sud-coréen nous a donné un véritable spectacle pour nos yeux et nos oreilles. Il possède cette voix claironnante tant recherchée dans les maisons d’opéra. Ses aigus sont d’une facilité déconcertante. Rien pour que pour sa performance – et son excellente diction –, il mérite une place en demi-finale.

En résumé, sur les 8 candidats de la soirée, les Ukraniens et les Coréeens ont été nettement les plus en vue. Ce sont eux qui peuvent nourrir le plus d’espoirs de succès. Mention spéciale pour Andrew Haji qui a donné de grands frissons au public.

Dernier tour dans la catégorie « Aria », ce soir jeudi 31 mai. Les places en demi-finales seront chères!

Partager:

A propos de l'auteur

Laissez une réponse