Festival Bach Montréal : Des concerts dans le lieu de votre choix

0

This page is also available in / Cette page est également disponible en: English (Anglais)

Le Festival Bach Montréal (FBM) entame son édition 2020 le 19 novembre à l’oratoire Saint-Joseph. Le programme choisi réunira quatre organistes et la Schola de l’Oratoire à 19 h 30 ou même plus tard, à votre convenance.

C’est que la célébration annuelle du grand Bach se met au numérique et, pour ce faire, une nouvelle plateforme a été aménagée : Québec Baroque au www.quebecbaroque.com.

« Québec Baroque offre la possibilité de rattraper beaucoup des prestations passées, même plusieurs jours après leur première diffusion », peut-on lire à propos du nouveau service en ligne.

De nombreux diffuseurs sont aux prises avec les défis de la représentation en ligne. Le FBM se trouve dans une situation inhabituelle en raison de la variété des artistes à l’affiche et des nombreuses salles où ont lieu ses concerts.

Le gala d’ouverture, mettant en valeur le puissant orgue Rudolf von Beckerath dans le sanctuaire supérieur de l’oratoire, pourrait difficilement être plus différent de l’offre musicale du lendemain soir : un programme de sonates de Bach par la flûtiste Mika Putterman et le pianiste Gili Loftus dans l’intime chapelle Notre-Dame-de-Bon-Secours.

Le 22 novembre dans le même lieu, du claveciniste Luc Beauséjour interprète les sonates pour trio BWV 525-530 de Bach avec le violoncelliste Juan Sebastian Delgado et Krystina Marcoux au marimba. Oui, vous avez bien lu… au marimba. Delgado et Marcoux ont connu récemment le succès grâce à leur duo décalé Stick & Bow.

Le soir suivant,  Nicolas Ellis et son Orchestre de l’Agora interprètent des œuvres de Corelli et de Telemann ainsi que la Suite orchestrale n° 3 de Bach à la salle Bourgie qui sera aussi le décor de programmes entièrement ou principalement consacrés à Bach, avec la participation de la pianiste Anna Saradjian (le 24 novembre, où sera notamment interprété le Concerto italien), celle du violoniste Kerson Leong (dans un répertoire solo le 25 novembre, incluant la Chaconne) et celle du Studio de musique ancienne de Montréal sous la direction d’Andrew McAnerney (le 26 novembre, dans les six motets).

Le festival convoque ensuite son propre orchestre, le 27 novembre à la Maison symphonique, sous la direction de Jean-Claude Picard, pour un programme comprenant la joyeuse Cantate n° 51 avec la soprano Anna-Sophie Neher et la plus sombre Cantate n° 56 avec le baryton Stephen Hegedus.

Le violoncelliste Stéphane Tétreault s’attaque aux suites pour violoncelle au cours de deux soirées (le 30 novembre et le 1er décembre) à l’espace « Off-Bach ». De retour à la salle Bourgie, le 2 décembre, le pianiste Serhiy Salov change de répertoire en jouant les Ballades de Brahms, op. 10, ainsi que ses propres transcriptions de la suite Casse-Noisette de Tchaïkovski et des extraits de l’Oratorio de Noël de Bach. Le 6 décembre, Yannick Nézet-Séguin, l’Orchestre Métropolitain et son chœur concluent à la Maison symphonique en offrant la Messe en si mineur de Bach.

Il est intéressant d’observer que le pianiste italien Filippo Gorini interprétera L’art de la fugue de Bach le 29 novembre, exceptionnellement au Musée national du cinéma de Turin (Italie).

La plupart des concerts coûtent 9 $. Le commanditaire principal du FBM est Canimex.

www.festivalbachmontreal.com

This page is also available in / Cette page est également disponible en: English (Anglais)

Partager:

A propos de l'auteur

Arthur Kaptainis has been a classical music critic since 1986. His articles have appeared in Classical Voice North America and La Scena Musicale as well as Musical Toronto. Arthur holds an MA in musicology from the University of Toronto. Since 2019, Arthur is co-editor of La Scena Musicale.

Laissez une réponse

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.