Critique CD | Music of the City and the Stars (Centredisques, 2022)

0
Advertisement / Publicité

This page is also available in / Cette page est également disponible en: English (Anglais)

80%
80%
  • Centredisques
    4
  • User Ratings (0 Votes)
    0

Music of the City and the Stars
Andrew Paul MacDonald, guitare électrique; Quatuor Saguenay
Centredisques, 2022

Le compositeur canadien Andrew Paul MacDonald a tenté quelque chose d’inédit dans les deux compositions originales de l’album Music of the City and the Stars : une fusion de guitare électrique et d’ensemble à cordes. Il y a une différence notable entre les deux, mais c’est précisément pour cette raison que le thème général de l’album est à ce point efficace.

Le premier concerto, Lyra, est une œuvre de sept mouvements qui raconte l’histoire de la lyre dans la mythologie grecque. Ayant comme point de départ la conception de l’instrument par Apollon, l’œuvre suit Orphée dans ses nombreux projets musicaux et s’achève par l’édification par Zeus d’un mémorial à Orphée. L’écho naturel de l’ensemble à cordes, moins puissant que la réverbération amplifiée de la guitare électrique, permet à cette dernière de jouer le rôle de la lyre dans le décor planté par les cordes. Le contraste entre les deux est particulièrement réussi dans Orpheus and Hades, alors que les violons interviennent au moyen de cordes piquées avec énergie pour créer une atmosphère hostile et mystérieuse.

Advertisement / Publicité

Inspiré du jazz, le concerto qui l’accompagne, Restless City, est plus complexe sur le plan sonore, ce qui fait que même si l’expérience n’est pas aussi accessible qu’avec Lyra, elle reste impressionnante par sa capacité à unifier les instruments disparates

This page is also available in / Cette page est également disponible en: English (Anglais)

Partager:

A propos de l'auteur

Laissez une réponse

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.