Critique CD | Encore baroque vol. 2 (Indépendant, 2023)

0

This page is also available in / Cette page est également disponible en: English (Anglais)

80%
80%
  • Autoproduit
    4
  • User Ratings (0 Votes)
    0

Encore baroque vol. 2
Pierre Lavigne, clavecin
Indépendant, décembre 2023

Suivant son premier album Encore baroque paru en 2022, le claveciniste québécois Pierre Lavigne présente Encore baroque volume 2 dont il a lui-même assuré la réalisation et la production en 2023. Comprenant un répertoire orienté vers les styles français et italien, Lavigne joue sur une reproduction d’un clavecin français de 1681 – un choix d’instrument cohérent pour le programme enregistré.

Le jeu de Lavigne démontre ses connaissances et son talent en matière d’interprétation historique dans les œuvres italiennes et françaises : élégance, sens de l’agogique et des subtiles variations rythmiques, bon goût dans l’ornementation. Parfaitement à l’aise dans l’écriture majestueuse et grandiose de la Toccata Terza de G. Frescobaldi, Lavigne démontre ses plus belles qualités musicales : sensibilité, lyrisme et flexibilité rythmique. Le Menuet en ré mineur de Zipoli est joué avec goût, la musique coule de source. Portant attention à l’humour et l’impétuosité de la Sonate no 4 de Cimarosa, Lavigne assure une belle qualité de jeu dans une oeuvre somme toute relativement modeste.

Le Concerto italien de J. S. Bach est cependant décevant. Le tempo lent du premier mouvement (Allegro) surprend l’auditeur s’attendant à un jeu techniquement plus assuré, majestueux et ferme. On entend un jeu maladroit, parsemés d’erreurs et des tempos instables. Un manque de qualité surprenante pour un disque autrement à la hauteur. Le deuxième mouvement est beaucoup mieux, palliant un peu l’impression laissée par l’Allegro. Lavigne parvient à réaliser un des défis principaux de ce mouvement : introduire du rubato expressif sur la base d’une basse fort régulière (figuration de type ostinato) sans que l’impression du tempo général soit perturbée. Son jeu expressif dans les deux mains révèle une sensibilité pour les changements harmoniques et les subtilités d’une mélodie magnifiquement ornementée par Bach lui-même. Le troisième mouvement s’enchaîne suivant une excellente cadence finale. Le Presto, joué parfois avec une virtuosité déchaînée, est parfaitement maîtrisé par Lavigne sur le plan du contrepoint et des voix qui s’entrecoupent. Relativement réservé en termes de tempo, le jeu solide de Lavigne laisse tout de même passer quelques imperfections de temps à autre.

Le disque se termine par les morceaux français de F. Couperin et Louis-Claude Daquin joués avec une admirable sensibilité, une douceur, et une belle pratique d’articulation et d’ornementation. Lavigne baigne avec aisance dans les sonorités, les couleurs et les fréquentes variations rythmiques de cette charmante et magnifique musique. Une interprétation pouvant servir de référence pour l’interprétation de ce répertoire sur le clavecin.

Pour ce qui est de la production sonore du point de vue technique, elle est généralement bien faite, mis à part quelques moments où le montage ne semble pas avoir été accompli dans les meilleures pratiques de l’art

.

Playlist

This page is also available in / Cette page est également disponible en: English (Anglais)

Partager:

A propos de l'auteur

Laissez une réponse

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.