Jean-Michel Dubé

0

Jean-Michel Dubé

Concours de musique du Canada – Section Tremplin

Par Olivier Gentil

Advertisement / Publicité

En juillet dernier, Jean-Michel Dubé a remporté le Concours de musique du Canada – Section Tremplin. En réunissant les quatre épreuves, ce défi représente près de trois heures de répertoire à interpréter. Pour l’occasion, il aura notamment présenté la 7e Sonate de Prokofiev, La Vallée d’Obermann de Liszt, une œuvre de Brahms et un impromptu de Schubert. En finale, le jeune pianiste a présenté le 2e Concerto de Beethoven.

Plus dernièrement, en septembre dernier, Jean-Michel Dubé a obtenu le 1er prix de la meilleure interprétation pour l’œuvre imposée au Prix de musique d’Allemagne, concours international présenté au cœur même de Berlin. L’œuvre en question a été écrite par Alex Shor, compositeur contemporain maltais. Actuellement, Dubé étudie en Allemagne le piano à quatre mains, en plus de travailler son jeu solo avec Philippe Cassard à Paris (en perfectionnement).

C’est à 3 ans que sa mère l’initie au piano. À 7 ans, il entre au Conservatoire de musique et d’art dramatique du Québec, lieu où il évoluera jusqu’à la maîtrise, puis en 5e cycle, et encore aujourd’hui par des perfectionnements avec ses professeurs André Laplante et Suzanne Beaubien. Prochainement, Jean-Michel Dubé vise à participer à différents concours internationaux, notamment l’International de Montréal en 2020 et les internationaux de Genève et Séoul, tous deux en 2021.

À l’occasion des 50 ans du décès d’André Mathieu en 2018, l’artiste nous offre une série de trois albums en hommage au compositeur, dont certaines œuvres interprétées sont encore inédites. « [Dans certaines pièces], j’ai dû faire des transcriptions parce qu’il manquait des passages, explique Jean-Michel Dubé. J’ai donc dû prendre des enregistrements d’André Mathieu lui-même et j’ai retranscrit les parties qui manquaient. Ç’a vraiment été un long travail de recherche ! » On y retrouve notamment certaines œuvres pour piano solo et de musique de chambre ainsi que certains concertos pour orchestre d’André Mathieu. Le projet inclut également la présentation d’une série de concerts nommé André Mathieu et ses influences, soulignant les plus belles œuvres du compositeur, parfois encore inconnues du public, mais également d’autres œuvres de compositeurs néoclassiques et postromantiques qui l’on influencé, dont Prokofiev et Liszt.

Jean-Michel Dubé a sans contredit le vent dans les voiles. Et son travail sur André Mathieu s’annonce plus que prometteur et très riche pour l’histoire et la connaissance de la musique canadienne. Son secret réside probablement dans un travail rigoureux et une vive passion pour ce qu’il fait. À ce titre, voici le conseil qu’il donnerait à une jeune relève désirant poursuivre en musique : « Je dirais de ne pas lâcher ! [La musique], c’est une discipline, mais c’est aussi une passion qui va tellement plus loin. Je dirais de toujours persévérer et de toujours croire en la musique. De foncer, et quand on a une idée, de ne jamais se faire repousser. De toujours aller au-delà de ses limites. »

Partager:

A propos de l'auteur

Laissez une réponse

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.