L’hebdo Lebrecht : Transatlantic (Orchid)

0
Advertisement / Publicité

This page is also available in / Cette page est également disponible en: English (Anglais)

60%
60%
  • Orchid
    3
  • User Ratings (0 Votes)
    0

Winston Churchill disait que la Grande-Bretagne et les États-Unis étaient divisés par une langue commune – c’est également vrai en ce qui concerne la musique et leurs compositeurs. Dans le répertoire post-romantique, les caractéristiques sont si fortes de part et d’autre qu’un auditeur ne pourrait jamais confondre Elgar avec Barber, et encore moins Britten avec Bernstein.

L’attrait de cet enregistrement offert par le violoniste Callum Smart et le pianiste Richard Uttley réside en grande partie dans l’effort qu’ils déploient pour trouver un terrain d’entente.

Advertisement / Publicité

La sonate pour violon d’Elgar, écrite au cours du dernier été de la Première Guerre mondiale, est un déni profond de tout ce qui se passait autour de lui. S’il s’ennuyait en composant, il se promenait dans les bois et descendait à la rivière pour pêcher à la mouche. Nulle part il n’y a trace du massacre incessant en France. La sonate a été créée dans son salon de Hampstead, un geste de normalité au mépris de la réalité.

La Romance d’Amy Beach, datée de 1893, occupe un univers à la Edith Wharton qui n’est que geste et très peu de substance. Elle a été créée lors d’une foire commerciale à Chicago et possède une ligne mélodique plutôt charmante qui n’a rien à voir avec le bruit et le sang des industries de Chicago.

Une Romance de 1899 du Londonien semi-africain Samuel Coleridge-Taylor n’est plus en prise avec les tensions de la courte vie du compositeur, sa pauvreté et les préjugés qu’il a dû affronter pour avoir vécu dans un mariage métis. Ce que Smart et Uttley font, et font bien, c’est de présenter ces pièces d’époque sans intervention manifeste, permettant à l’auditeur de tirer des impressions et des conclusions. Le résultat est l’un des rejets les plus atmosphériques de l’année.

Deux compositeurs contemporains sont en contrepoint, une jeune Britannique Kate Whitley et le Californien John Adams, bien établi. Whitley joue à des jeux post-modernes avec trois courtes pièces, nous taquinant avec des regards non consommés. Adams, dans Road Movies, c’est Adams : tout en rythme, peu de blues et une insistante impression de trains en marche.

NL 

www.normanlebrecht.com

www.slippedisc.com

This page is also available in / Cette page est également disponible en: English (Anglais)

Partager:

A propos de l'auteur

Norman Lebrecht is a prolific writer on music and cultural affairs. His blog, Slipped Disc, is one of the most popular sites for cultural news. He presents The Lebrecht Interview on BBC Radio 3 and is a contributor to several publications, including the Wall Street Journal and The Standpoint. Visit every Friday for his weekly CD review // Norman Lebrecht est un rédacteur prolifique couvrant les événements musicaux et Slipped Disc, est un des plus populaires sites de nouvelles culturelles. Il anime The Lebrecht Interview sur la BBC Radio 3 et collabore à plusieurs publications, dont The Wall Street Journal et The Standpoint. Vous pouvez lire ses critiques de disques chaque vendredi.

Laissez une réponse

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.