L’hebdo Lebrecht : Peteris Vasks – Musica serena (BR Klassik)

0
Advertisement / Publicité

This page is also available in / Cette page est également disponible en: English (Anglais)

60%
60%
  • BR Klassik
    3
  • User Ratings (1 Votes)
    1.7

En réponse à l’Estonien Arvo Pärt depuis la Lettonie, Vasks écrit des œuvres longues, lentes et contemplatives avec une grande inspiration venant des lacs, des forêts et des paysages naturels. La pièce titre de cet album, pour orchestre à cordes, est un de ces adagios à la Samuel Barber qui n’a ni début, ni milieu, ni fin, tout en offrant une image de l’univers à la fois reconnaissable et non menaçante. Une grande partie de la musique de Vasks est empreinte de deuil – pour l’occupation de son pays par l’Allemagne et la Russie, pour ses amis décédés – mais sa grande réussite est de ne jamais être morbide. Il y a toujours de l’espoir quelque part sur un rivage de la Baltique.

Contrebassiste à qui on a interdit des cours de composition sous le régime soviétique, Vasks – qui souffle 75 bougies cette année – a le don de créer des conversations différenciées entre les sections de cordes, créant ainsi une image sonore qui va de la banalité quotidenne à la fureur explosive au sein de Musica dolorosa.

Advertisement / Publicité

La pièce phare de cet album, jouée par l’orchestre de la radio de Munich sous la direction d’Ivan Repusic, est un concerto pour violoncelle avec un final sans paroles pour soprano solo. C’est tellement inattendu que l’oreille doit se frotter vigoureusement pour y croire. Mais la beauté est au rendez-vous et les deux solistes, Uladzimir Sinkevich (violoncelle) et Anna-Maria Palii (soprano), s’accordent parfaitement l’un à l’autre. Vous aurez à l’esprit, entre autres précédents, la troisième symphonie de Gorecki.

En cette année où peu d’orchestres sont en mesure de jouer en effectif complet, les créations pour orchestre à cordes de Vasks sont exactement ce qu’il faut pour nous faire traverser l’obscurité et nous ramener à la lumière – à condition que les conseillers artistiques surpayés des grands orchestres écoutent suffisamment. En attendant, l’orchestre de la radio de Munich joue bien mieux que ce que l’on pourrait attendre de la quatrième formation de la ville.

NL

https://slippedisc.com/

 

This page is also available in / Cette page est également disponible en: English (Anglais)

Partager:

A propos de l'auteur

Norman Lebrecht is a prolific writer on music and cultural affairs. His blog, Slipped Disc, is one of the most popular sites for cultural news. He presents The Lebrecht Interview on BBC Radio 3 and is a contributor to several publications, including the Wall Street Journal and The Standpoint. Visit every Friday for his weekly CD review // Norman Lebrecht est un rédacteur prolifique couvrant les événements musicaux et Slipped Disc, est un des plus populaires sites de nouvelles culturelles. Il anime The Lebrecht Interview sur la BBC Radio 3 et collabore à plusieurs publications, dont The Wall Street Journal et The Standpoint. Vous pouvez lire ses critiques de disques chaque vendredi.

Laissez une réponse

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.