L’hebdo Lebrecht : Nino Rota – Chamber music (Alpha)

0

This page is also available in / Cette page est également disponible en: English (Anglais)

100%
100%
  • Alpha
    5
  • User Ratings (0 Votes)
    0

Au cours de l’été 1943, et pour des raisons encore obscures, le meilleur jeune compositeur de Milan a déménagé dans le sud de l’Italie, encore peu développé, et y est resté pour le reste de sa vie. Nino Rota, à 32 ans, était content d’être professeur à Bari, puis directeur de son Conservatoire. S’il n’avait pas eu besoin de gagner un peu d’argent supplémentaire dans l’industrie cinématographique de la dolce vita de Rome, on n’aurait peut-être plus jamais entendu parler de lui.

Le partenariat symbiotique de Rota avec le réalisateur Federico Fellini, à partir du Cheik blanc en 1952, l’a catapulté vers la gloire mondiale et a redéfini l’art de la composition pour le cinéma. Si nous pensons aujourd’hui que quelque chose ressemble à de la « musique de film », il portera l’une des deux empreintes suivantes : celle d’Erich Wolfgang Korngold à Hollywood ou celle de Rota à Cinecitta.

Comme celle de Korngold, la musique « sérieuse » de Rota souffre de la comparaison. Riccardo Muti, l’un de ses élèves à Bari, a fait revivre certaines de ses partitions de concert. Le présent album, avec un casting de vedettes de l’Orchestre philharmonique de Berlin, braque les projecteurs sur une paire de trios et un nonet que Rota a écrits à Bari au sommet de sa productivité cinématographique.

Homme privé, de petite taille et peu loquace, Rota avait un don rare pour l’introspection musicale. Fellini a dit : « Son monde était intérieur, à l’intérieur de lui-même, et la réalité n’avait aucun moyen d’y pénétrer ». Ses trios dansent sur toutes les portées, mais on y entend une petite voix immobile dans une nature sauvage et exilée. Le nonet n’est pas moins étonnant, atteignant une transcendance bien au-dessus du cours général de la conversation musicale, à l’égal du chef-d’œuvre contemporain de Martinu. Emanuel Pahud, Daishin Kashimoto, Aurélien Pascal et leurs amis sont tenus en haleine par des inspirations vives. Une paire de préludes de clôture m’a réduit au silence que seul Bach peut apporter.

NL

Subscribe NOW to https://slippedisc.com/

This page is also available in / Cette page est également disponible en: English (Anglais)

Partager:

A propos de l'auteur

Norman Lebrecht is a prolific writer on music and cultural affairs. His blog, Slipped Disc, is one of the most popular sites for cultural news. He presents The Lebrecht Interview on BBC Radio 3 and is a contributor to several publications, including the Wall Street Journal and The Standpoint. Visit every Friday for his weekly CD review // Norman Lebrecht est un rédacteur prolifique couvrant les événements musicaux et Slipped Disc, est un des plus populaires sites de nouvelles culturelles. Il anime The Lebrecht Interview sur la BBC Radio 3 et collabore à plusieurs publications, dont The Wall Street Journal et The Standpoint. Vous pouvez lire ses critiques de disques chaque vendredi.

Laissez une réponse

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.