L’hebdo Lebrecht : Johanna Martzy/Michael Mann (DG Eloquence)

0
Advertisement / Publicité

This page is also available in / Cette page est également disponible en: English (Anglais)

80%
80%
  • DG Eloquence
    4
  • User Ratings (0 Votes)
    0

L’écrivain allemand Thomas Mann a jeté une telle ombre sur la culture du XXe siècle que ses six enfants ont eu du mal à émerger dans leur propre lumière. L’aîné, Klaus, un romancier remarquable, s’est suicidé à 42 ans. Sa sœur Erika, avec laquelle il entretenait des liens symbiotiques, était une activiste médiatique bisexuelle. Une autre fille, Monika, a gagné sa vie pendant un certain temps en tant que pianiste. Elisabeth est devenue une experte en droit maritime et Golo était un historien allemand généralement aigri.

Le plus jeune, Michael Mann, était adolescent lorsque la famille a fui le nazisme. Il grandit en Californie et rejoint la section des violons de l’Orchestre symphonique de San Francisco de 1942 à 1947. Étant le fils de Mann, il aspire à une carrière de soliste et part en tournée comme altiste avec de la nouvelle musique écrite par des compositeurs qui ont connu son père – Ernst Krenek, Arthur Honegger et Darius Milhaud. Lorsqu’une maladie du système nerveux met fin à sa carrière de musicien, il devient professeur de littérature allemande à Berkeley. Le 1er janvier 1977, il est retrouvé mort, à 56 ans, apparemment d’un suicide.

Advertisement / Publicité

Au plus profond des voûtes de Grammophon, inédits sur support numérique, se trouvent les fruits de la carrière musicale de Michael Mann. La sonate de Krenek, qu’il a tournée avec Yaltah, la sœur de Yehudi Menuhin, coincée entre le modernisme de Weimar et le consumérisme américain. La pièce d’Honegger, accompagnée par Dika Newlin, élève d’Arnold Schoenberg, est un agréable tour d’horizons de sons contemporains sûrs et vaguement mélodieux. Les quatre pièces de Milhaud sont encore plus un voyage en fauteuil roulant, intitulées Californie, Wisconsin, Bruxelles et Paris. Michael Mann joue avec une profonde immersion et une concentration peut-être trop évidente. Un sourire ne serait pas de trop. Il est manifestement un musicien compétent, même s’il n’a pas le charisme d’un soliste, peut-être parce que son père, un paon, a accaparé tous les projecteurs. Peu importe : ces pièces valent vraiment la peine d’être écoutées et le jeu de Mann évoque de façon subliminale une décennie où la fine fleur de l’Europe s’est installée au bord du Pacifique.

Les enregistrements de Mann sont accolés à un album de la controversée violoniste hongroise Johanna Martzy, mais celle-ci est une histoire en soi, à partager une autre fois.

NL

Subscribe now to www.slippedisc.com

Visit the website: www.normanlebrecht.com

This page is also available in / Cette page est également disponible en: English (Anglais)

Partager:

A propos de l'auteur

Norman Lebrecht is a prolific writer on music and cultural affairs. His blog, Slipped Disc, is one of the most popular sites for cultural news. He presents The Lebrecht Interview on BBC Radio 3 and is a contributor to several publications, including the Wall Street Journal and The Standpoint. Visit every Friday for his weekly CD review // Norman Lebrecht est un rédacteur prolifique couvrant les événements musicaux et Slipped Disc, est un des plus populaires sites de nouvelles culturelles. Il anime The Lebrecht Interview sur la BBC Radio 3 et collabore à plusieurs publications, dont The Wall Street Journal et The Standpoint. Vous pouvez lire ses critiques de disques chaque vendredi.

Laissez une réponse

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.