L’Hebdo Lebrecht | British piano concertos (Lyrita); British music for strings #3 (CPO)

0
Advertisement / Publicité

This page is also available in / Cette page est également disponible en: English (Anglais)

70%
70%
  • Lyrita et CPO
    3.5
  • User Ratings (0 Votes)
    0

Lyrita: ****

CPO: ***

La nécrologie de Joseph Horovitz parue cette semaine dans le Times indique qu’il n’arrivait pas à décider s’il était un compositeur de musique sérieuse ou légère. On pourrait en dire autant de la plupart de ses contemporains. Un album inattendu de concertos pour piano du milieu du siècle dernier offre un cocktail de crevettes composé d’une musique exceptionnellement compétente, mais sans grand intérêt intellectuel.

Le compositeur de cinéma John Addison a écrit une joyeuse Wellington Suite pour son ancienne école publique. Le Concertino d’Arthur Benjamin est une Rhapsody in Blue britannique − et plutôt bonne, tout comme celle d’Elizabeth Maconchy, dans le style d’un Hindemith ou d’un Martinů. Le Concertante de Humphrey Searle est une leçon de quatre minutes sur l’apprentissage du sérialisme, et le Nature Song d’Edmund Rubbra fait plus ou moins ce qui est écrit sur l’emballage. L’hommage à Thomas Arne, du XVIIIe siècle, par le militant antinucléaire Geoffrey Bush, se démarque du lot comme un délice captivant. Aucun de vos amis ne reconnaîtra le siècle auquel il a été écrit. La plupart de ces œuvres sont des premiers enregistrements, élégamment interprétés par Simon Callaghan avec l’Orchestre national du Pays de Galles de la BBC, dirigé par Martin Brabbins.

Advertisement / Publicité

Le label allemand CPO secoue les os des femmes britanniques enterrées. Ethel Smyth, qui connaît un renouveau plus conséquent, fait bonne figure avec sa première suite pour cordes peu connue, une divagation straussienne dans les bois d’Hansel-et-Gretel. Constance Warren (1905-1984) a enseigné la musique à Birmingham et a composé Heather Hill pour orchestre puissant, avec des échos de The Lark Ascending. Je suis moins enthousiaste face au Cringlemere Garden de Ruth Gipps, une vachette qui n’est pas encore prête pour la traite.

La compositrice qui attire le plus mon attention est Susan Spain-Dunk (1880-1962), une compositrice de la côte sud qui tenait plus d’Elgar que de Britten et qui a essuyé de brusques refus de la BBC. Sa Suite for Strings et une complainte plus tardive ont la profondeur et le caractère de sentiments qui caractérisent une compositrice aux dons authentiques. Douglas Bostock a dépoussiéré ces trésors avec son orchestre de chambre de Pforzheim. Si le soleil brille à Pâques, jouez-les avant midi. Aucun de ces compositeurs n’emprunte les sentiers connus.

Pour plus de contenu de Norman Lebrecht, abonnez-vous à https://slippedisc.com/

 

This page is also available in / Cette page est également disponible en: English (Anglais)

Partager:

A propos de l'auteur

Norman Lebrecht is a prolific writer on music and cultural affairs. His blog, Slipped Disc, is one of the most popular sites for cultural news. He presents The Lebrecht Interview on BBC Radio 3 and is a contributor to several publications, including the Wall Street Journal and The Standpoint. Visit every Friday for his weekly CD review // Norman Lebrecht est un rédacteur prolifique couvrant les événements musicaux et Slipped Disc, est un des plus populaires sites de nouvelles culturelles. Il anime The Lebrecht Interview sur la BBC Radio 3 et collabore à plusieurs publications, dont The Wall Street Journal et The Standpoint. Vous pouvez lire ses critiques de disques chaque vendredi.

Laissez une réponse

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.