Emily D’Angelo: Enargeia (DG)

0

This page is also available in / Cette page est également disponible en: English (Anglais)

100%
100%
  • DG
    5
  • User Ratings (0 Votes)
    0

La plupart des premiers albums d’opéra se composent d’airs familiers interprétés de la même manière que toutes les grandes divas et sont gonflés par un battage médiatique approuvé par les agents. Pas celui-ci.

Je n’ai jamais entendu aucun des airs présents sur ce premier disque de la mezzo canadienne et je n’en sais pas plus sur elle sinon que, l’ayant promise à la célébrité il y a six ans, je découvre maintenant que ma première impression sous-estimait lamentablement sa formidable promesse. Ô Canada !

Advertisement / Publicité

Les chansons d’abord. Elles sont toutes écrites par des femmes − Missy Mazzoli, Sarah Kirkland Snider et Hildur Guðnadóttir, avec deux arrangements modernes de dévotions médiévales de la bienheureuse Hildegarde de Bingen. Chaque chanson est une révélation pour l’oreille. La pièce d’échauffement de Hildur remporte mon prix du vers d’oreille de l’année. Je ne m’en lasse pas, et Snider’s Dead Friends vous fera faire une pause de plusieurs minutes après les dernières notes. Les chansons sont accompagnées par des musiciens indépendants berlinois dans la sainte Jesus-Christus Kirche où même Karajan n’aurait pu demander un meilleur son. C’est un régal pour les sens et un stimulant pour les goûts blasés.

https://images.universal-music.de/img/assets/515/515134/4/720/emily-dangelo-enargeia-cover.jpgLa voix de D’Angelo est une merveille. Vers le milieu du mezzo, on pourrait la confondre avec Lorraine Hunt Lieberson ou Jennifer Larmore, mais elle va bien au-delà des attentes, offrant un penchant celtique dans un morceau et un réalisme à la Joan Baez dans un autre. Sa diction est claire comme les tintements d’une cloche et l’expression qu’elle insère dans la poésie est parfaitement calibrée. Il n’y a pas une chanson ratée sur cet album, et je ne me souviens pas d’avoir jamais dit cela à propos d’un premier album.

Emily D’Angelo ira loin, mais elle aura beaucoup à faire pour surpasser cette conception immaculée et originale. Le titre est le mot grec pour « guide spirituel ». Cette artiste sait où elle va.

NL

Abonnez-vous à https://slippedisc.com/

This page is also available in / Cette page est également disponible en: English (Anglais)

Partager:

A propos de l'auteur

Norman Lebrecht is a prolific writer on music and cultural affairs. His blog, Slipped Disc, is one of the most popular sites for cultural news. He presents The Lebrecht Interview on BBC Radio 3 and is a contributor to several publications, including the Wall Street Journal and The Standpoint. Visit every Friday for his weekly CD review // Norman Lebrecht est un rédacteur prolifique couvrant les événements musicaux et Slipped Disc, est un des plus populaires sites de nouvelles culturelles. Il anime The Lebrecht Interview sur la BBC Radio 3 et collabore à plusieurs publications, dont The Wall Street Journal et The Standpoint. Vous pouvez lire ses critiques de disques chaque vendredi.

Laissez une réponse

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.