Chostakovitch joue Chostakovitch (Melodiya)

0
La Scena Musicale's Discovery Box
120%
120%
  • User Ratings (0 Votes)
    0

****** (sur 5)

Image result for Shostakovich plays Shostakovich (Melodiya)La plupart des disques sont remplaçables. Quelques-uns sont mémorables, une mince portion d’entre eux est précieuse et, de temps en temps, on en trouve un qui est indélébile. Ce coffret est quelque chose. Je pense que c’est la première fois que je décris une compilation comme étant indispensable.

Les cinq disques comprennent tous les enregistrements de Dmitri Chostakovitch jouant ses compositions pour l’État russe. Le compositeur était un pianiste génial et son jeu peut être considéré comme faisant autorité – une référence pour toutes les interprétations futures. Les enregistrements n’en demeurent pas moins marqués par le lieu et l’époque. On est en Union soviétique, de 1946 à 1958, et une dernière séance a lieu dans l’appartement du compositeur à Moscou en 1968, alors qu’il était trop faible pour aller enregistrer en studio la Sonate pour violon et piano avec David Oistrakh.

Dans les enregistrements plus anciens, alors que Staline s’apprêtait à lancer sa deuxième vague de terreur, Chostakovitch joue onze chansons folkloriques juives au piano, accompagné de trois chanteurs. Aucun d’entre eux n’a une voix renversante. Le compositeur cherche un son intimiste et un air empreint de deuil : six millions de Juifs viennent d’être assassinés et on peut l’entendre entre les lignes de ce chef-d’œuvre. Chostakovitch a le don de saisir la rythmique de la parole juive et ses modes plaintifs. Les Rivkes et les Dovids de ses chansons véhiculent l’esprit juif. La voix principale est celle de la soprano Nina Dorliak, compagne de Sviatoslav Richter; la contralto est Zara Dolukhanova et le ténor Alexei Maslennikov. Certaines chansons n’ont pas une sonorité juive. Chostakovitch a pour objectif de transcender l’ethnicité pour atteindre l’humanité. J’ai retenu mon souffle tout au long de ce cycle musical. Pourquoi l’entend-on si rarement ?

Les enregistrements des deux Concertos pour piano sont assez familiers, même si de nouveaux auditeurs pourront être étonnés par le jeu du trompettiste Iosif Volovnik, un maître illustre de l’instrument. Le compositeur, en tant que pianiste soliste, se retrouve presque au second plan.

Oistrakh et le violoncelliste Daniil Shafran le rejoignent pour la musique de chambre, comme le Quatuor Beethoven pour le Quintette avec piano, op. 57. Il fait confiance à ses acolytes : ils ne le trahiront pas, se dit-il. Il joue avec son fils, Maxim, un Concertino pour piano à quatre mains, ainsi que la totalité des Vingt-quatre préludes et fugues.

Mais l’expérience devient réellement saisissante dans le disque final, où Chostakovitch, en 1954, s’assoit à son piano avec son ami et voisin, Mieczyslaw Weinberg, pour jouer à quatre mains sa nouvelle Dixième symphonie. Gardez cette date en mémoire : Staline est mort depuis un an et Weinberg vient d’être libéré de sa cellule du NKVD (la police politique soviétique) par l’intervention courageuse de Chostakovitch. La Symphonie no 10 souligne une ère de pure terreur tout en avançant timidement vers la lumière, osant à peine représenter un avenir meilleur. J’écoutais bouche bée. Rarement la musique a-t-elle reflété aussi fidèlement un moment de l’histoire, le projetant et l’immortalisant. « Indispensable » serait un euphémisme.

Inscrivez-vous aux actualités du blogue : www.slippedisc.com

Visitez mon site Internet : www.normanlebrecht.com

Lisez mon nouveau livre, Genius and Anxiety

 

La Scena Musicale - Coffret Découverte
Partager:

A propos de l'auteur

Norman Lebrecht is a prolific writer on music and cultural affairs. His blog, Slipped Disc, is one of the most popular sites for cultural news. He presents The Lebrecht Interview on BBC Radio 3 and is a contributor to several publications, including the Wall Street Journal and The Standpoint. Visit every Friday for his weekly CD review // Norman Lebrecht est un rédacteur prolifique couvrant les événements musicaux et Slipped Disc, est un des plus populaires sites de nouvelles culturelles. Il anime The Lebrecht Interview sur la BBC Radio 3 et collabore à plusieurs publications, dont The Wall Street Journal et The Standpoint. Vous pouvez lire ses critiques de disques chaque vendredi.

Laissez une réponse

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.