Beethoven : Le Christ au Mont des Oliviers (Naxos)

0
La Scena Musicale's Discovery Box
100%
100%
  • Naxos
    5
  • User Ratings (0 Votes)
    0

https://myscena.org/wp-content/uploads/2019/06/Beethoven-christ-on-mount-of-olives.jpgN’étant pas du genre à laisser le public longtemps sans une nouveauté, Beethoven a écrit cet oratorio en 1803 pour un concert à Vienne qui incluait déjà ses deux premières symphonies et son troisième concerto pour piano. Puisqu’il a achevé l’oratorio le matin même du concert, les répétitions ont été rudes et les musiciens étaient de mauvais poil. Même avec le recul, on ne sait pas trop comment ils ont assimilé cette œuvre épisodique, qui passe d’envolées inspirées au remplissage de notes.

Dans les mouvements les plus sublimes – l’introduction orchestrale et l’aria pour ténor Meine Seele ist erschüttert, (« mon âme tremble »), nous reconnaissons la matière brute de ce qui deviendra Fidelio et la Symphonie nᵒ 9, touchant des profondeurs inexplorées de l’âme humaine. Et même dans les mouvements les plus simples, on reste béat d’admiration devant la fluidité orchestrale de Beethoven, son intégration des bois et des cuivres et sa faculté de maintenir l’harmonie malgré un texte laborieux. Le librettiste était d’ailleurs, soit dit en passant, rédacteur d’un journal du soir.

Bien qu’elle ait été assez populaire en Amérique au XIXe siècle, l’œuvre n’a pas été souvent enregistrée – presque pas du tout – par les chefs de premier plan. Personnellement, je préférais jusqu’à maintenant la version d’Eugene Ormandy de 1964 avec l’Orchestre de Philadelphie, comprenant des ensembles choraux et les solistes Richard Lewis, Judith Raskin et Herbert Beattie.

Je suis porté à croire que ce nouvel enregistrement dépasse la version plus lourde de Philadelphie à presque tous les égards. Leif Segerstam, le chef déjanté de la musique finlandaise, trouve le rythme idéal pour raconter ce drame biblique. L’Orchestre philharmonique de Turku et le chœur de la cathédrale locale font preuve autant de délicatesse que de lourdeur, et les solistes – Hanna-Leena Haapamäki, Jussi Mylls et Niklas Spangberg – sont sans conteste des artistes de premier rang. Le 6e mouvement, Heil euch ihr Erlösten, (« Salut au rédempteur ») va directement dans mon dossier d’écoutes à l’aveugle. De la musique sensationnelle, brillamment interprétée. Si seulement l’œuvre était de ce niveau d’un bout à l’autre.

Inscrivez-vous aux actualités du blogue : www.slippedisc.com

Visitez le site web : www.normanlebrecht.com

 

Traduction : Andréanne Venne

La Scena Musicale - Coffret Découverte
Partager:

A propos de l'auteur

Norman Lebrecht is a prolific writer on music and cultural affairs. His blog, Slipped Disc, is one of the most popular sites for cultural news. He presents The Lebrecht Interview on BBC Radio 3 and is a contributor to several publications, including the Wall Street Journal and The Standpoint. Visit every Friday for his weekly CD review // Norman Lebrecht est un rédacteur prolifique couvrant les événements musicaux et Slipped Disc, est un des plus populaires sites de nouvelles culturelles. Il anime The Lebrecht Interview sur la BBC Radio 3 et collabore à plusieurs publications, dont The Wall Street Journal et The Standpoint. Vous pouvez lire ses critiques de disques chaque vendredi.

Laissez une réponse

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.