20e anniversaire : Artistes gala « La relève »

0
Advertisement / Publicité

This page is also available in / Cette page est également disponible en: English (Anglais)

Voici les sept artistes qui se produiront au gala célébrant notre 20e anniversaire le 24 novembre. Chaque artiste a discuté avec La Scena Musicale de leurs œuvres préférées, les pièces qu’ils vont interpréter au gala, les défis de les interpréter, les points hauts de chacune des pièces et l’artiste qu’ils rêvent de rencontrer. Pour plus d’informations, cliquez ici.


david-dias-da-silva

David Dias Da Silva – Clarinettiste

Joly Braga Santos : Aria I
Bella Kovacs : Hommage a Manuel de Falla
Debussy : Première rhapsodie

Advertisement / Publicité

J’ai choisi la Première rhapsodie de Debussy parce que c’est une des pièces les plus importantes du répertoire de la clarinette. Deuxièmement, je m’identifie vraiment avec la pièce, car elle transmet beaucoup de qui je suis.

La pièce change beaucoup de couleurs, on parle d’une période française vraiment importante, l’impressionnisme. Pour un clarinettiste, la pièce est difficile, car il y a beaucoup de pianissimos, de fortissimos et de passages lents. Après, l’harmonie se fait un peu plus dense et c’est le passage du romantisme au style moderne. Le début est vraiment curieux et comme on trouve de la couleur, on se sent dans une autre planète. Le plus difficile pour le clarinettiste, c’est de tout mettre dans les 30 premières secondes. La fin est l’explosion totale de l’impressionnisme. Sabine Meyer est mon interprète préférée, même si elle est allemande et ne joue pas dans le vrai style français; j’aime beaucoup les couleurs et le son de sa version.

Quand on m’a appelé pour jouer au gala, j’ai dit oui, bien sûr. C’est une belle occasion de montrer la musique que je fais.

Rencontre de rêve avec un artiste

J’aimerais avoir un tête-à-tête avec Martin Fröst. Il a le style que j’aimerais avoir : mélange de musique et de théâtre, son interprétation en général.


Photo: Marc Robitaille

Photo: Marc Robitaille

Hugo Laporte – baryton

Duparc: Phydylé
Mozart : « Papagena ! », Die Zauberflöte
Rossini : « Largo al factotum », Il Barbiere di Siviglia

La mélodie française Phydylé est intime au début et finit de façon flamboyante, ce qui amène bien à l’opéra après. La difficulté première est d’installer la bonne atmosphère et d’amener les bonnes couleurs, car il y a de très grands écarts d’une strophe à l’autre. Il y a une montée, une espèce de crescendo au piano que vous allez entendre le soir du concert, puis la voix enchaîne. Jean-François Lapointe est mon interprète préféré de cette mélodie.

L’air du suicide de Papageno est comique et léger et c’est un personnage que les gens aiment , car c’est un adulte qui agit comme un enfant. Dans le rôle de Papageno, la plus grande difficulté, en plus de la langue allemande, bien entendu, est la comédie. Simon Keenlyside est inspirant dans le rôle. À l’opéra, on parle des hauts points dramatiques ou musicaux. Ici, il faut arriver à faire comprendre que ce n’est pas un vrai suicide, mais un appel à l’aide.

Les gens aiment une pièce qu’ils connaissent bien et l’air de Figaro est amusante pour bien finir. C’est une pièce pour baryton d’une grande difficulté technique. Si on donne tout au début et qu’on n’a plus d’énergie pour la fin, on fait une mauvaise impression. Le point culminant est celui que tout le monde connaît, lorsqu’il chante son nom : « Figaro, Figaro, Figaro » que Thomas Allen interprète fort bien.

Cela me fait plaisir de jouer au gala, car La Scena Musicale est un périodique sérieux, très actif dans le monde de la musique et que je veux encourager.

Rencontre de rêve avec un artiste

Je voudrais rencontrer Leo Nucci. Il a une technique que j’admire énormément et il a chanté dans toutes les grandes maisons d’opéra.


Photo: Nicolas Saint-Germain

Photo: Nicolas Saint-Germain

Emily Oulousian – pianiste

Beethoven : Sonate pour piano, op. 7, 1er mouvement
Chopin : Étude en mi majeur, op. 10, no 3 « Tristesse »
Prokofiev : Toccate en ré mineur

La sonate de Prokofiev est très moderne : beaucoup de notes, d’accords, de descentes et de montées. C’est une des pièces les plus difficiles que j’aie jouées, car les deux mains travaillent ensemble. Le défi, c’est quand les deux mains sont aux extrémités et doivent remonter et redescendre en même temps. C’est impossible à jouer à la vitesse de Martha Argerich, pourtant toujours claire et précise, et que j’admire.

L’étude est très romantique et un peu nostalgique, car elle évoque le nationalisme de Chopin. Il faut faire ressortir les différentes émotions, bien faire les lignes et les voix. Le point culminant vient lors des gros accords que les deux mains font en sens inverse. Ça prend énormément d’énergie et c’est très technique. J’aime beaucoup Evgeny Kissin, l’un de mes interprètes préférés.

Beethoven est l’un de mes compositeurs préférés. J’aime beaucoup jouer ses pièces et j’apprends sa sonate cette année. C’est à la fois très technique et très musical. Je m’habitue vraiment facilement à ses pièces. C’est un défi de maintenir mon niveau et de m’améliorer chaque fois. Pour Beethoven, j’aime beaucoup Daniel Barenboim, toujours très majestueux.

J’ai accepté de jouer au gala parce que c’est une belle expérience et que je peux partager ma passion de la musique avec tout le monde. Pour moi, faire partie du 20e anniversaire, c’est un honneur et un rêve aussi qui se réalise, car j’ai toujours voulu m’impliquer dans le monde de la musique classique et aider à la promouvoir.

Rencontre de rêve avec un artiste

Piotr Ilitch Tchaïkovski, car c’est grâce à Casse-Noisette que j’ai développé une passion pour la musique classique à l’âge de 4 ans. Aussi, Tchaïkovski était un homosexuel. Je voudrais savoir comment il a vécu ça et si cela a influencé sa musique.


Photo: Pierre Arsenault

Photo: Pierre Arsenault

Piano Caméléons: John Roney & Matt Herskowitz – Pianistes

S. Bach: Prélude no. 2 en C mineur, WTC book 1
Debussy: Clair de lune
Chopin: Étude en C mineur, Op. 10, No. 2, “Révolutionnaire”

Matt Herskowitz: L’idée derrière le choix du Prélude J.S. Bach est d’ouvrir avec ce qui est en quelque sorte notre marque du commerce, quelque chose qui combine  notre interprétation et nos arrangements. Le Clair de lune de Debussy est une pièce que tout le monde connaît. Nous avons fait quelque chose de nouveau avec la pièce tout en conservant son caractère et son contexte. L’Étude “Révolutionnaire” de Chopin est une pièce de résistance mais une résistance polonaise. Elle démontre un autre côté de l’aspect virtuose que nous faisons et elle nous permet aussi de jammer librement.

John Roney: Nous essayons de rendre hommage aux compositions des auteurs même lorsque nous improvisons. Plusieurs des artistes jazz qui mélangent des genres s’approprient les propriétés de jazz et laissent de côté la partie textuelle de la musique originale. C’est un bon équilibre de jouer la musique originale et la nouvelle partie que nous avons ajoutée et d’improviser sur place.

MH: Il n’y a pas de précédent pour la sorte d’interprétation que nous faisons.

JR & MH: Nos musiciens favoris et nos influences musicales sont vastes et variés : Oscar Peterson, Keith Jarrett, Oliver Jones, Thelonious Monk, Jacky Terrason, Vladimir Ashkenazy, Michel Petrucciani, Martha Argerich et Vladimir Horowitz.

JR & MH: Nous avons accepté de jouer au gala car c’est un honneur et un plaisir de supporter une grande  importante institution culturelle telle que La Scena Musicale. Nous voulons aussi contribuer à la cause avec notre musique et nous aimons jouer.

Rencontre de rêve

JR: Oscar Peterson. Je traînais devant sa maison avec une tondeuse pour couper son gazon mais il n’était jamais à la maison. Je voudrais prendre un selfie ave Keith Jarrett car je sais qu’il détestera ça. C’est l’une des personnes les plus respectées qui joue du jazz et du classique.

MH: Mieczyslaw Horszowski. Il avait un son particulier et qui restait le même, peu importe le piano sur lequel il jouait. Seulement une poignée de personnes dans l’histoire peuvent faire ça. J’étais chanceux de le connaître un peu et d’avoir eu une leçon avec lui.


Photo: Owen Egan

Photo: Owen Egan

Chelsea Rus – Soprano

Gounod: “Ah je veux vivre,” Roméo et Juliette
R. Strauss: “Die nacht” et “Ständchen”
Puccini: “O mio Babbino caro,” Gianni Schicchi 

Le “Ah Je Veux Vivre” de Gounod dans Roméo et Juliette est un début excitant dans n’importe quel programme puisque l’aria lui-même dans l’opéra est chanté juste avant une grande fête. La clé est d’essayer de trouver un état d’excitation dans le personnage qui n’affecte pas trop les exigences physiques du rôle. Ruth Ann Swenson est mon interprète préférée de cette pièce car elle garde le tout léger et frais.

“O Mio Babbino Caro” de la comédie de Puccini Gianni Schicchi contient l’une des mélodies préférées du compositeur. J’admire Kiri Te Kanawa qui a une belle sincérité dans son ton de voix quand elle la chante.

Mon amour pour la musique classique vocale a commencé avec les mélodies. Ce mariage de poésie et de musique est unique. Je trouve l’écriture de Strauss pour le piano et la voix superbement colorée avec “Die Nacht” et “Ständchen.” Le plus beau point culminant vient dans “Ständchen,” qui est mis en place par un merveilleux décalage harmonique dans la section B de la pièce où les deux instruments sont à leurs registres inférieurs et ont l’espace pour remonter très haut. Il faut trouver la couleur de la voix avec le piano et essayer de trouver des outils expressifs pour faire ressortir les textes et les nuances de la musique. J’aime surtout l’interprétation du “Die Nacht” de Elly Ameling et la version “Ständchen” de Kathleen Battle.

Quand j’ai appris que j’étais invitée pour participer au concert-gala, j’ai senti vraiment que je faisais partie de la communauté montréalaise de musique classique et j’en étais très fière. C’est un honneur d’être parmi un groupe de jeunes personnes incroyablement talentueuses. Aussi, je partagerai la scène avec Michael McMahon que j’admire et qui m’a inspirée.

Rencontre de rêve avec un artiste

Je pense que Mozart et moi aurions quelques rires. Je serais contente de passer ma vie immergée dans son esprit musical et théâtral.


Photo: Amy Willis

Photo: Amy Willis

Joshua Peters – Violiniste

Beethoven: Sonate pour violon et piano No. 8 “Kreutzer”, 1er mouvement (“Adagio Sostenuto–Presto”)

J’ai toujours voulu jouer la sonate Kreutzer de Beethoven et c’était un bon moment pour m’y mettre. Même si c’est seulement le premier mouvement de la sonate entière, ce mouvement est une œuvre complète en lui-même. Il y a une bonne variété d’idées et d’émotions et c’est une pièce très puissante. Le concert sera l’occasion pour moi de jouer pour la première fois cette pièce en public. En tant que musicien, vous avez la responsabilité de rendre votre interprétation vive et importante pour un public qui entend la pièce pour la première fois même si vous l’avez joué plus d’une dizaine de fois. Il est important de se rappeler que vous interprétez quelques-unes des plus grandes œuvres d’art jamais écrites.

Avec Beethoven, il y a plusieurs surprises et contrastes et cela nécessite beaucoup de contrôle. La coda a des harmonies dévastatrices donc cela paraît très rapide et agressif, mais le tout va bien ensemble. Je suis très chanceux de jouer avec le pianiste Philip Chiu.

J’aime bien l’enregistrement d’Itzhak Perlmans avec Vladimir Ashkenazy, mais je pense que l’on peut apprendre beaucoup de la version de Martha Argerich et Gidon Kremer. Une bonne version est celle de Sayaka Shoji et Itamar Golan. Un des enregistrements les plus importants des sonates de Beethoven est celui de David Oistrakh et Lev Oborin. Ce morceau est l’occasion pour les violonistes et les pianistes de montrer leur personnalité.

C’est toujours une chance de jouer sur la scène montréalaise et c’est très difficile à faire en tant que musicien pigiste. C’est bon de dire oui à tous les concerts peu importe où et quand ils auront lieu.

Rencontre de rêve avec un artiste

Je voudrais discuter avec Leonard Bernstein. Ses œuvres sont très belles et elles ont beaucoup de personnalité. Je voudrais lui parler de ses compositions, de diriger des orchestres et de la façon qu’il entend la musique.

This page is also available in / Cette page est également disponible en: English (Anglais)

Partager:

A propos de l'auteur

Laissez une réponse

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.