Y a-t-il moyen de nous sauver de la honte ? Le cinéaste Jean-Claude Labrecque dénonce la CSDM

0
La Scena Musicale's Discovery Box

Montréal, le 5 avril 2019. À la suite de l’annonce du non renouvellement de l’entente entre la CSDM et les Petits Chanteurs du Mont-Royal (lire ici), de nombreuses voix se sont élevées dont celle du cinéaste Jean-Claude Labrecque qui a tenu à exprimer son indignation. 

« Le chant et la musique tiennent depuis toujours, dans ma vie d’être humain, une importance capitale. Enfant, j’ai eu la joie de faire partie de la chorale de Limoilou. Je sais d’expérience tout le bénéfice social, artistique, voire civique qu’une jeune personne peut en retirer.

En 1964, j’ai fait la photographie de La vie heureuse de Léopold Z réalisé par Gilles Carle. La préparation de la séquence finale m’a amené à collaborer étroitement avec le Père Léandre Brault et Les Petits Chanteurs à la croix de bois devenus ensuite Les Petits Chanteurs du Mont-Royal.

La discipline, la générosité et le grand talent de cet ensemble m’avaient ébloui. Comme on le sait sans aucun doute, nombre de musiciennes et musiciens y ont débuté leur carrière professionnelle.

Plus tard, j’ai réalisé un film biographique sur le Saint Frère André. Mes contacts fréquents avec les gens de l’Oratoire ont fait que je me suis attaché à cette institution. Lorsque j’ai appris la disparition prochaine des Petits chanteurs, ma consternation n’a eu d’égale que ma colère. Il n’y a aucune – je dis bien AUCUNE ! – justification valable pour mettre fin à un organisme aussi prestigieux et vivant.

Une discographie considérable, des tournées internationales démontrent, s’il en était encore besoin, la haute qualité et le retentissement de ce cette chorale.

Voici un autre exemple du démantèlement des institutions culturelles québécoises préfiguré par Pierre Vadeboncœur dans son livre Un génocide en douce qui se poursuit imperturbablement en sous-main.

Cette lente et quasi invisible érosion des organismes voués, par leur nature même à la promotion du fameux « VIVRE-ENSEMBLE » se produit semble-t-il, avec l’assentiment des autorités publiques.

Cette histoire – ce scandale – concerne tout autant les nés-natifs québécois que les nouveaux arrivants québécois. »

À propos des Petits Chanteurs du Mont-Royal

Inscrite dans la tradition des grandes maîtrises dont les origines remontent en Europe au VIe siècle, la Maîtrise des Petits Chanteurs du Mont-Royal a été fondée en 1956 par le père Léandre Brault, c.s.c. Depuis le début elle a pour mission d’enrichir les services religieux de l’Oratoire Saint-Joseph du Mont-Royal par le chant sacré. Âgés de huit à dix-sept ans, les 210 garçons qui la composent proviennent d’origines culturelles diverses mais partagent une passion commune pour le chant. À la maîtrise, ils découvrent les grandes œuvres polyphoniques de toutes les époques et de tous les pays. Leur répertoire s’étend du chant grégorien aux œuvres vocales contemporaines.

https://pcmr.ca/

La Scena Musicale - Coffret Découverte
Partager:

A propos de l'auteur

Laissez une réponse

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.