L’hebdo Lebrecht : Prokofiev/Myaskovsky – Symphonies (LAWO Classics)

0

This page is also available in / Cette page est également disponible en: English (Anglais)

80%
80%
  • LAWO Classics
    4
  • User Ratings (0 Votes)
    0

Que diriez-vous si je renonçais à donner des étoiles aux albums ? Elles ne sont qu’une vague approximation de l’opinion d’un critique et elles pourraient bien être affectées par la météo ou encore les dernières nouvelles reliées au développement de la Covid. J’ai vu des classements qui reflètent à peine le texte d’un critique, tout comme les sportifs reçoivent des notes sur dix qui n’ont aucun rapport avec leur influence sur un match. Je sais que certains lecteurs ne regardent pas plus loin que la cote d’étoiles avant de se décider. Mais pour ceux qui lisent vraiment, est-ce que la note fait une différence pour vous ? Dites-le moi.

Prenez la paire de symphonies actuelle, la 5e de Prokofiev et la 21e de Myaskovsky. Le jeu de l’Orchestre philharmonique d’Oslo est remarquablement coloré et subtil, avec des nuances d’authentique forêt russe évoquées par le chef d’orchestre Vassily Petrenko. J’ai entendu le Philharmonique de Berlin jouer le Prokofiev avec un peu plus de mordant et de beauté, ce qui signifie que je ne peux pas donner aux Norvégiens cinq étoiles complètes en toute bonne conscience. C’est là que les choses se déforment. C’est une performance fabuleuse, avec ou sans étoiles.

L’Adagio sonore de la Cinquième de Prokofiev est merveilleusement façonné, un mélange impressionnant de peur et d’espoir, et de peur encore. Créée à Moscou en janvier 1945, la symphonie se voulait un hymne à la liberté au moment où Staline s’apprêtait à écraser une fois de plus les artistes. Le timing de Prokofiev a toujours été mauvais, politiquement parlant.

J’aimerais que nous entendions davantage parler de Nikolaï Myaskovsky (1881-1950). Myaskovsky garde ses symphonies courtes et ses émotions contenues. La 21e symphonie, commandée par l’Orchestre symphonique de Chicago en 1940, nous fait découvrir quatre mouvements entrelacés en un quart d’heure seulement. L’écriture, en particulier pour les vents, est exquise et l’atmosphère invitante. Petrenko dirige avec ferveur, tempérée par la retenue. L’équipe d’Oslo joue avec passion. Ils méritent cinq étoiles et je suis frustré de devoir en retenir une. C’est un système pourri.

www.normanlebrecht.com

This page is also available in / Cette page est également disponible en: English (Anglais)

Partager:

A propos de l'auteur

Laissez une réponse

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.