Corona Sérénades : questions et réponses avec Anne Marie Sheridan, soprano (Irlande)

0

This page is also available in / Cette page est également disponible en: English (Anglais)

Rencontrez Anne Marie Sheridan, soprano (Irlande) pour les Corona Sérénades


Diplômée du Conservatoire de musique de Dublin et de la Wales International Academy of Voice, Anne Marie a interprété la mère dans Dead Man Walking, la servante dans Turandot (Opera Ireland), Fiordiligi dans Cosi fan tutte (Longborough Opera Festival), Vitellia dans La Clemenza di Tito (Giornata Opera), Helena dans le Songe d’une nuit d’été (Co-Opera Co.), Angelica dans Suor Angelica (Hawaii Performing Arts Festival et Zêzere Arts Festival), Madame Silberklang dans Der Schauspieldirektor, La Ciesca dans Gianni Schicchi (St. Paul’s Summertime Opera), Mimi dans La Bohème (Verdandi Camerata), Frau Fluth dans Die Lustigen Weiber von Windsor (Lyric Opera Studio Weimar) et Violetta dans La Traviata (Festival d’opéra méditerranéen). En concert, Anne Marie a chanté dans le Requiem de Dvořák, dans le Stabat Mater de Rossini et dans les Five Spirituals de A Child of our Time de Tippett. Le répertoire des récitals comprend les Vier Letzte Lieder de Strauss, Wesendonk Lieder de Wagner et Rückert Lieder de Mahler. Elle a été lauréate du Ballymena Feisceoil et du Feis Ceoil et demi-finaliste du prix Elizabeth Connell pour sopranos dramatiques et du Concours international de bel canto Vincenzo Bellini. Du côté des enregistrements, on retient The Silver Hound: Songs by Betty Roe.

Comment la crise vous a-t-elle affectée ?

Toutes mes représentations ont été reportées et, comme toutes les autres, la compagnie de théâtre avec laquelle je travaille ne pourra pas fonctionner avant de nombreux mois. Nous avons dû annuler le reste de notre saison et nous ne savons pas si les salles où nous jouions habituellement survivront. C’est une période très incertaine pour la communauté artistique et tout est difficile à planifier. Certaines de mes connaissances ont contracté le virus, mais même les cas assez graves se rétablissent, quoique lentement. Toute ma famille est de retour en Irlande et comme mon père est assez âgé, l’inquiétude qu’il tombe malade est présente. Je me suis efforcée de voir cette période comme une sorte de nouveau départ. J’ai eu de la difficulté au début, car je ne me trouvais pas assez productive. Mais cette pandémie mondiale a été effrayante et comme tout le monde, j’ai de bons et de moins bons moments. J’ai appris à être plus indulgente envers moi-même et à accepter que je ne peux pas faire grand-chose. J’ai plus de temps pour essayer des recettes que j’ai toujours voulu faire et j’apprécie un peu plus les petites choses de la vie.

Quels sont vos cinq opéras préférés ?

La Traviata. Chaque fois que j’entends quelque chose de Verdi, je suis étonnée de sa capacité à créer autant de belles mélodies évocatrices. Dès la première note de La Traviata, nous sommes transportés dans un fantastique voyage musical et émotionnel. La capacité de Verdi à peindre la tourmente intérieure des personnages tout en tissant une ligne et une harmonie aussi magnifiques fait que cet opéra se classe dans mon top cinq. Les enregistrements que je préfère sont ceux de Renata Scotto et d’Alfredo Kraus. Bien sûr, la Violetta de Maria Callas fait partie des interprétations légendaires.

Eugène Onégine
. J’adore la musique russe et cet opéra montre vraiment le meilleur de l’âme russe riche en harmonie. J’ai vu quelques productions et je suis tombée amoureuse dès le premier accord. Un de mes enregistrements préférés est celui où le regretté Dmitri Hvorostivsky interprète le rôle-titre.

Carmen
. Le concept de la liberté est aussi important aujourd’hui qu’il l’était lorsque Carmen a été composé. La capacité de Carmen d’être libre et d’être elle-même, malgré tout jugement extérieur, est une chose que j’admire énormément. Nous n’avons tous qu’une vie à vivre, et elle choisit de la vivre sans être liée à personne ni aux idées stéréotypées qu’on tente de lui imposer. Les mélodies sensuelles, brillamment composées pour raconter l’histoire d’une féministe aussi fougueuse et libérée, m’ont vraiment attirée vers ce rôle. L’une de mes productions préférées est celle jouée par Elīna Garanča et Roberto Alagna au Metropolitan Opera. Garanča porte vraiment l’essence du rôle et la chimie entre elle et Don José est palpable. Je recommande absolument !

Cavalleria Rusticana
. Je suis tombée amoureuse de la Sicile il y a quelques années et cet opéra me rappelle la chaleur et la beauté de l’île. La musique est tellement dramatique et émotive qu’il m’est impossible de ne pas être touchée, surtout au moment où on atteint l’intermezzo.

Requiem de Verdi. Pas strictement un opéra, mais c’est l’une de mes compositions préférées. Il y a un magnifique enregistrement sur YouTube de La Scala avec Leontyne Price, Fiorenza Cossotto, Luciano Pavarotti et Nicolai Ghiaurov sous la direction d’Herbert von Karajan.

Quels films, séries télévisées, musiques et livres recommanderiez-vous ?

Télévision : Velvet, La Casa de Papel, Les Opératrices de téléphone, Zone Blanche, Frasier.    Musique : toute œuvre de Beethoven, Queen, Frank Sinatra, Buena Vista Social Club, Ella Fitzgerald.    Livres : Des fleurs pour Algernon, Ne tirez pas sur l’oiseau moqueur, The Silk Road, 1984.

Pourquoi vous êtes-vous jointe aux Corona Sérénades ?

Pour apporter du bonheur et de la musique aux gens en cette période stressante et difficile.

Liens

  • Site web
  • Commandez une Corona Sérénades

 

 

 

This page is also available in / Cette page est également disponible en: English (Anglais)

Partager:

A propos de l'auteur

Laissez une réponse

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.