30e Festival International Nuits d’Afrique

0
Advertisement / Publicité

De grands moments pour célébrer les 30 ans d’histoire du festival !

Lisez la critique du festival par Hassan Laghcha ici.

Montréal, le 26 juillet 2016 – Dimanche s’achevait la 30ème édition du Festival International Nuits d’Afrique. Pendant 13 jours de festivités, du 12 au 24 juillet, plus de 700 artistes venus de 35 pays se sont produits dans six salles du centre-ville et sur deux scènes de concerts gratuits au Parterre du Quartier des spectacles. Plus de 110 concerts et activités ont mis en avant toutes les tendances des musiques du monde. La programmation, encore plus diversifiée, audacieuse et novatrice, a fait la part belle aux légendes des musiques du monde et aux nouvelles générations d’artistes. Pour cette édition anniversaire, le Festival, pionnier des musiques du monde, a offert à son public une foule de nouveautés : une sixième journée de concerts gratuits en extérieur, un nouvel espace Agor’Afrique, agrandi et enrichi, accueillant la Sphère Nuits d’Afrique, son exposition rétrospective et ses projections immersives, la création du Prix Nuits d’Afrique pour la francophonie remis à Manu Dibango, la sortie d’une compilation rétrospective… Tout cela pour le plus grand bonheur des milliers de festivaliers !

 

8 séries de spectacles célébrant toutes les tendances des musiques du monde

En salle, légendes et nouvelles générations se sont côtoyées. À l’image de la soirée Manu Dibango rencontre la Relève au Théâtre Fairmount qui a parfaitement incarné cette  transmission. Avec un concert à guichet fermé, Veeby, Rookie Rook, Élété, Jab Jab et Proyecto Ire ont  rendu un hommage montréalais simple et émouvant au PÈRE de la musique du monde. Avec son charisme légendaire,  Manu Dibango a joué le jeu à la perfection, se disant très touché par l’accueil et le spectacle ! En guise de grand final de la soirée, le grand Manu a joué quelques uns de ses grands classiques devant une foule en délire, venant ainsi marquer d’une pierre blanche un nouveau grand moment de l’histoire du Festival !

Soulignons aussi la présence au Métropolis de deux autres groupes légendaires de la musique du monde qui ont façonné le genre : le rockeur algérien venu défendre 30 ans de musique raï Rachid Taha, et le monument de la musique haïtienne Tabou Combo.

Sur la scène internationale, on ne compte plus les nouvelles propositions artistiques audacieuses qui se démarquent par leur capacité à revisiter et moderniser la musique du monde. Trois de ces groupes ont donné le ton de cette tendance dès le début du Festival : le funk vintage, mais loin d’être déconnecté, (et mystique) de Vaudou Game, l’audace de BKO Quintet qui allie sur scène deux traditions musicales maliennes opposées, ou encore le maloya fusion, quasi électrique, intense et profond, de Grèn Sémé.

Nous devons souligner aussi le retour en force d’Inna Modja. En plongeant dans ses racines maliennes, la chanteuse propose un univers musical encore plus abouti où musiques urbaines côtoient à la perfection la musique traditionnelle de son Mali natal… Elle est pour beaucoup la révélation la plus prometteuse du Festival et symbolise parfaitement la musique du monde de 2016 !

Mention spéciale pour la soirée Canicule Tropicale et Beto dans le cadre de notre série Sound System à la Sala Rossa ! La nouvelle association avec le collectif montréalais a été couronnée de succès notamment grâce à la présence de Beto (Soundway Records), DJ et collectionneur de vinyles reconnu mondialement, qui a fait revivre aux jeunes générations le meilleur de la musique latine des années 40-70.

Yael Naim, une pause aérienne et magique en plein milieu du Festival au National ! L’artiste accomplie a laissé un souvenir doux et enchanteur aux festivaliers venus la découvrir avec sa formation complète pour la première fois à Montréal.

Au Club Balattou, plusieurs GROS coups de cœur se sont succédés sur la mythique scène. On retient particulièrement : le blues envoûtant de Faris, la voix puissante et le ton décalé de la révélation camerounaise Kareyce Fotso, mais aussi le montréalais Ilam, qui a donné un de ses meilleurs live, un artiste habité et un show rodé à la perfection.

Du côté du Gesù et de la série Prestige c’est un carton plein pour Ana Alcaide ! Avec 3 ovations du public, l’espagnole Ana Alcaide a conquis le public pour cette grande première, que beaucoup ont qualifié de concert apaisant et d’une très grande sensibilité.

Avec ses trois soirées supplémentaires, les ‘afters’ du Festival, Les Étoiles Nuits d’Afrique, ont connu un franc succès cette année. Le choix des trois groupes hôtes y est pour beaucoup : Salamate Gnawa, Gotta Lago et Senaya ont chacun rempli leur mandat avec brio, en conservant le caractère festif et novateur propre à cette série de concerts.

 

En extérieur : un festival agrandi ! Une sixième journée et le succès d’un nouvel espace !

Avec une sixième journée de concerts et d’activités gratuits, le Parterre du Quartier des spectacles est devenu le carrefour international des musiques du monde. Plus de 450 chanteurs, musiciens et danseurs se sont succédés sur la GRANDE SCÈNE LOTO-QUÉBEC.

L’agrandissement du Village des Nuits d’Afrique a fait battre le cœur des milliers de spectateurs et c’est un pari gagné pour le nouvel espace Agor’Afrique sur l’îlot Clark ! Véritable oasis de fraicheur, cet espace unique a remporté un franc succès du public en rassemblant terrasses ambiancées, Village des Enfants et Sphère Nuits d’Afrique.

La création d’une deuxième scène dans la Sphère Nuits d’Afrique a vu défiler plus d’une quarantaine d’activités et concerts. Chaque soir, à la tombée de la nuit, les festivaliers ont pu se plonger dans les moments forts de l’histoire du Festival à travers une exposition rétrospective des 30 ans : une expérience immersive, en sons et en images !

 

Six Grands Événements coups de cœur pour ce 30ème !

Mexican Institute of Sound : De la world 2.0 pour la première fois au Village des Nuits d’Afrique : pari réussi ! En revisitant  les classiques mexicains des années 20 aux années 60, le trio a rempli la mission avec brio par un show explosif agrémenté de projections sur écran géant !

L’Afrique en Cirque : En ramenant une nouvelle génération d’artistes acrobates de Guinée, les Productions Kalabanté ont proposé un spectacle de cirque et de danse encore plus abouti ! Des figures époustouflantes, un accompagnement musical précis, ce nouveau spectacle a littéralement charmé les milliers de spectateurs.

Les Ogres de Barback : Avec leurs 20 ans de carrière et d’expérience de scène, il était temps de retrouver cette formation phare à Montréal ! Multi-instrumentistes hors pairs, les quatre Ogres ont galvanisé les festivaliers par leurs discours à la fois engagés et poétiques.

Sierra Leone’s Refugee All Stars : Musicalement au top, et débordant d’énergie positive, les Sierra Léonais ont une fois de plus donné un spectacle festif de plus de deux heures. Une soirée simple et très chaleureuse à l’image du groupe !

Orquesta Aragon : Un mot : la CLASSE ! Les musiciens ont ébloui les festivaliers par la maîtrise exemplaire de leurs instruments ! De la flûte traversière ensorcelante aux envolées des solos de violon, l’orchestre national de Cuba a transformé le Parterre du Quartier des spectacles en géante piste de salsa.

Meiway : Une foule immense s’est déplacée pour venir acclamer la STAR ivoirienne Meiway dimanche soir pour le grand concert de clôture du Festival ! Adulé par les spectateurs, le showman a donné un spectacle rodé à la perfection et est entré en véritable communion avec ses milliers de fans. Un final en apothéose qui a rejoint tout le continent africain et une ferveur du public rarement égalé au Festival !

Partager:

A propos de l'auteur

Laissez une réponse

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.