La Rentrée Culturelle : Un choix d’expositions d’art visuel et de musées

0
Advertisement / Publicité

This page is also available in / Cette page est également disponible en: English (Anglais)

Joan Jonas : From Away

DHC/ART, jusqu’au 18 septembre

Organisée par Barbara Clausen, commissaire invitée et professeure au département d’histoire de l’art de l’UQAM, From Away est la première exposition canadienne de l’artiste multimédia américaine Joan Joans, née en 1936. L’exposition met en valeur sa carrière partant de ses premières œuvres vidéo jusqu’à la plus récente intitulée They come to us without a word, de 2015. Tout comme la plupart de ses œuvres, cette exposition porte sur l’identité du genre, le récit non linéaire, la politique environnementale, les histoires de fantômes de la Nouvelle-Écosse et les œuvres de l’auteur islandais Halldór Laxness. www.dhc-art.org

Exposition Souvenirs de 1976

Parc olympique, jusqu’au 30 septembre

Il n’est pas trop tard pour se réchauffer à la flamme des Jeux olympiques de Montréal de 1976 et pour se débarrasser de la dépression post-Rio 2016 en visitant Souvenirs de 1976. L’exposition est divisée en trois parties : une visite guidée d’une heure du Stade olympique, une exposition à la Maison de la culture Maisonneuve (4200, rue Ontario Est) qui porte sur les hommes et femmes organisateurs et constructeurs de l’infrastructure des Jeux de la XXIe Olympiade et, enfin une exposition sur l’architecture du Big O, au Musée Dufresne-Nincheri (4040, rue Sherbrooke Est). Recevez 15 % de rabais sur un billet d’entrée sur présentation de la carte OPUS ou d’un titre de transport valide. www.parcolympique.ca/exposition

Advertisement / Publicité

Tamayo : Le moderniste mexicain solitaire

Musée des beaux-arts du Canada, jusqu’au 10 octobre 2016

Afin de marquer le 25e anniversaire de sa mort, le Musée des beaux-arts du Canada présente une rare occasion de connaître l’œuvre d’un des grands peintres mexicains, Rufino Tamayo (1899–1991). L’exposition porte sur sa carrière entière depuis ses représentations d’autochtones jusqu’aux tableaux abstraits de ses dernières années de travail. Contrairement à ses compatriotes plus connus comme Diego Rivera, José Clemente Orozco ou David Alfaro Siqueirios, Tamayo cherchait à représenter la culture mexicaine par rapport à l’univers à travers sa curiosité pour les objets quotidiens. www.gallery.ca

Resiliência : Récits de vie du Brésil

Musée de la civilisation, du 21 septembre 2016 au 27 août 2017

En collaboration avec le Museu da Pessoa du Brésil, le Musée de la civilisation invite les visiteurs à découvrir la diversité culturelle du Brésil à travers une série de documents vidéographiques.  Cette exposition montre la nature contradictoire de la culture, les effets persistants du colonialisme et les conséquences de la violence et des conflits sociaux qui ont constitué une source d’inspiration pour les artistes, poètes et écrivains résilients du Brésil. www.mcq.org

Robert Mapplethorpe, Melody (Shoe) [Melody (Chaussure)], 1987. Don de la Robert Mapplethorpe Foundation au J. Paul Getty Trust et au Los Angeles County Museum of Art 2012.52.22. © Robert Mapplethorpe Foundation, Used by permission

Robert Mapplethorpe, Melody (Shoe) [Melody (Chaussure)], 1987. Don de la Robert Mapplethorpe Foundation au J. Paul Getty Trust et au Los Angeles County Museum of Art 2012.52.22. © Robert Mapplethorpe Foundation, Used by permission

Focus : perfection Robert Mapplethorpe

Musée des beaux-arts de Montréal, du 10 septembre 2016 au 22 janvier 2017

Séduisante et dérangeante, une grande première canadienne du photographe Robert Mapplethorpe (1946—1989) ouvre ses portes le 10 septembre au MBAM. Elle dévoile quelque 250 photographies, majoritairement en noir et blanc : des nus, des natures mortes, des portraits de Richard Gere, Andy Warhol, Patti Smith et Yoko Ono… L’exposition présente le côté classique de son travail, sa recherche constante de perfection et son esthétique de l’humain. www.mbam.qc.ca

Orchestré : Gauthier et Ikeda

Musée d’art contemporain de Montréal, jusqu’au 30 octobre

Jean-Pierre Gauthier, Orchestre à géométrie variable, 2013-2014 Installation immersive, cinétique et sonore 19 compositions totalisant 68 min 27 s. Archets, bois exotique, tubes ABS, haut-parleurs, microphones, câbles, 19 micro-contrôleurs, transformateurs, moteurs Collection du Musée d’art contemporain de Montréal Acquis grâce au Programme de subventions d’acquisition du Conseil des Arts du Canada

Jean-Pierre Gauthier, Orchestre à géométrie variable, 2013-2014
Installation immersive, cinétique et sonore 19 compositions totalisant 68 min 27 s.
Archets, bois exotique, tubes ABS, haut-parleurs, microphones, câbles, 19 micro-contrôleurs, transformateurs, moteurs
Collection du Musée d’art contemporain de Montréal Acquis grâce au Programme de subventions d’acquisition du Conseil des Arts du Canada

Les installations de l’artiste montréalais Jean-Pierre Gauthier et l’artiste japonais Ryoji Ikeda vous offrent deux points de vue différents sur l’orchestration visuelle. L’Orchestre à géométrie variable de Gauthier est une sculpture cinétique à 19 compositions préprogrammées liant l’électronique, la robotique et les éléments musicaux. D’autre part, faisant son retour au musée pour la première fois depuis la version film de C4I en 2014, Data.tron d’Ikeda est basé sur des données infiniment petites pour décoder l’infini en trois ensembles de visualisation : défaillances informatiques, séquençage de l’ADN du chromosome 11 et les nombres transcendantaux. www.macm.org

Traduction : Fatima Hamdan

This page is also available in / Cette page est également disponible en: English (Anglais)

Partager:

A propos de l'auteur

Kiersten van Vliet was the Web Editor and an Editorial Assistant for La Scena Musicale from 2015–17.

Laissez une réponse

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.