Critique : Les Concerts Populaires (8 & 12 juillet)

0

This page is also available in / Cette page est également disponible en: English (Anglais)

Lancés grâce à une initiative du maire Jean Drapeau il y a 52 ans, Les Concerts Populaires de Montréal ont pour mission de présenter de la musique classique de haute qualité aux citoyens de Montréal. Un des piliers de la saison d’été dans le quartier Hochelaga-Maisonneuve, Les Concerts Populaires, en collaboration avec le Comité Musique Maisonneuve, offre cinq concerts mettant en vedette des grands noms de la scène classique canadienne, à l’ombre du Stade Olympique au Centre Pierre-Charbonneau.

La série variée représente une véritable démocratisation de la musique. Lors des deux premiers concerts, l’atmosphère était conviviale, grâce aux artistes qui n’hésitaient pas à interagir avec le public malgré les dictats de la tradition. Le public leur a bien rendu, en réinvitant les deux groupes d’artistes sur scène pour deux rappels.

Advertisement / Publicité

À la demande générale, les cinq concerts de cette année mettent en scène des orchestres. Les Concerts Populaires ont amassé 50 000$ supplémentaires pour concrétiser cette initiative. Le Gala Comédies Musicales mettait en vedette La Sinfonia de Lanaudière sous la direction de Stéphane Laforest, qui sera de retour le 2 août pour un concert carte-blanche avec Marc Hervieux. Le 12 juillet, Valérie Milot et Antoine Bareil étaient accompagnés par un orchestre de chambre de 18 musiciens. Le prochain concert, le 28 juillet, mettra en vedette l’Orchestre de la Francophonie sous la direction de Jean-Philippe Tremblay, et la série se terminera le 4 août avec l’Orchestre Métropolitain de Yannick Nézet-Séguin.

Marc Hervieux, 8 July 2016, Photo: Michel Pinault

Marc Hervieux, 8 juillet 2016, Photo: Michel Pinault

 

Gala Comédies Musicales

Le 8 juillet, le premier des Concerts Populaires a ravi le public avec les extraits les plus connus de comédies musicales de New York à Londres, et de Paris à Montréal. Stéphane Laforest et la Sinfonia de Lanaudière se sont joints à la présentation bilingue des ténors Marc Hervieux et Robert Marian, de la mezzo-soprano Stéphanie Bédard et de la Soprano Geneviève Charest.

Hervieux, qui est impliqué dans la planification de la série de concerts, a débuté la soirée par “Maria” du West Side Story (1957) de Leonard Bernstein. Il a abordé la pièce avec un air de galante sentimentalité qui se prêtait bien aux longues lignes mélodiques. Il est revenu sur scène plus tard dans la soirée pour deux plaisantes interprétations: “If I Were a Rich Man” de Fiddler on the Roof (1971) et “Esmeralda” de Notre-Dame de Paris (1998).

Robert Marien and Geneviève Charest, 8 July 2016, Photo: Michel Pinault

Robert Marien et Geneviève Charest, 8 juillet 2016, Photo: Michel Pinault

L’hommage à Bernstein s’est poursuivi avec une interprétation animée de ‘I Feel Pretty” par Geneviève Charest, qui s’est aussi démarquée dans le rôle de Fantine lors de “‘J’avais rêvé” des Misérables (1980) et comme Christine dans “Phantom of the Opera” (1986), en compagnie de Robert Marien dans le rôle du fantôme.

Marien a également incarné le rôle du maladroit et naïf Don Quichotte, en compagnie de son compagnon Sancho Panza, joué par Hervieux, dans “I, Don Quixote”, tiré de Man of La Mancha (1964). Il a repris le rôle dans une interprétation vibrante de “La Quête”. Marien était définitivement à son meilleur en tant que Jean Valjean dans “Comme un Homme” des Misérables, et son ton mélancolique n’a j’amais tombé du côté de l’artificialité, un territoire risqué en comédie musicale.

Stéphanie Bédard, 8 July 2016, Photo: Michel Pinault

Stéphanie Bédard, 8 juillet 2016, Photo: Michel Pinault

La star de la soirée était Stéphanie Bédard, qui est apparue lors de la première saison de la série française The Voice : la plus belle voix. Bédard a interprété des classiques du succès francophone Starmania (1976), offrant une exécution rythmée de “Naziland” et une interprétation émouvante de “Le monde est stone”, ce qui lui a valu une ovation debout à mi-concert.

Sous le bâton de Stéphane Laforest, la Sinfonia de Lanaudière a exécuté les arrangements avec brio, tenant souvent lieu de groupe rock pour les arrangements originaux, et s’aventurant parfois dans des rythmes et harmonies teintés de jazz. Leur énergie était contagieuse, et le public a rappelé les solistes è deux reprises. Le concert s’est terminé sur une bonne note: pour le deuxième rappel, les quatre solistes ont invité l’audience à participer à une audacieuse adaptation du “Do, Re, Mi” de Sound of Music.

Marc Hervieux, Élaine Marcil, Robert Marien, Stéphane Laforest, Stéphanie Bédard, and Geneviève Charest

Marc Hervieux, Élaine Marcil, Robert Marien, Stéphane Laforest, Stéphanie Bédard et Geneviève Charest, 8 juillet 2016

 

Old Friends: Hommage à Simon & Garfunkel

Les chouchous du Québec Valérie Milet et Antoine Bareil sont retournés à leur projet Simon & Garfunkel (lancé en 2011 sur l’étiquette Analekta) le 12 juillet, accompagnant cette fois leur hommage d’un orchestre de chambre de 18 musiciens. La soirée était certainement agréable, alliant mélodies connues avec des oeuvres moins souvent jouées de Simon & Garfunkel, tous savamment arrangées par Bareil.

Valérie Milot and Antoine Bareil, 12 July 2016

Antoine Bareil et Valérie Milot, 12 juillet 2016, Photo: Michel Pinault

Bareil, premier violon de l’Orchestre symphonique de Laval et membre de Quartango, dirigeait l’ensemble, qui a courageusement bravé les défis rythmiques du bossa nova et du swing, en plus de plusieurs changements de tempo difficiles à effectuer sans chef d’orchestre. Ayant récemment lancé son album Orbis avec Les Violons du Roy, Milot – qui gagne rapidement la réputation de meilleure harpiste au Canada – était la pierre angulaire de l’ensemble, son instrument polyvalent jouant le rôle de guitare, basse, piano, percussion et voix.

Valérie Milot, 12 July 2016, P

Valérie Milot, 12 juillet 2016, Photo: Michel Pinault

Comme Bareil l’a expliqué, le plus grand défi était de transformer la musique vocale répétitive et narrative de Paul Simon et d’Art Garfunkel en versions instrumentales qui restaient fidèles à l’original tout en y ajoutant de l’intrigue grâce à l’innovation et à la variation. Bareil a ajouté une audacieuse imitation fugale à “Woman” de Shawn Phillips et un rigaudon à “Peggy-O”. “So Long, Frank Lloyd Wright” s’est transformé en bossa nova, et le classique “Mrs. Robinson” est devenu un entraînant air de swing.

“Malt”, une composition de Bareil, a été inspirée par l’intérêt de Paul Simon pour la musique ancienne. Avec sa harpe, Milot a su dépeindre le son d’une vielle à roue lors d’une pièce qui voyageait fluidement entre le passé et le présent. Le concert lui-même avait la thématique du voyage voyage dans le temps, que ce soit au niveau de l’orchestre intergénérationnel ou des pièces qui restent pertinentes malgré les années qui passent. Des pièces telles que “For Emily, Whenever I May Find Her”, “El Condor Pasa”, “Scarborough Fair”, et “The Sound of Silence” ont été insufflées d’une nouvelle vie, grâce aux arrangements qui mêlaient le familier à l’inconnu via des modulations modales.

Antoine Bareil and Valérie Milot, 12 July 2016

Antoine Bareil et Valérie Milot, 12 juillet 2016, Photo: Michel Pinault

Le public reconnaissant a rappelé Milot et Bareil à deux reprises. Ils étaient préparés pour un premier rappel avec “Bridge over Troubled Water”, et se sont pliés à la demande du public avec une reprise de “Scarborough Fair”.

Il reste trois concerts à la série 2016. Le prochain concert, “L’Of et Tremblay : c’est la fête!” avec Jean-Philippe Tremblay et le jeune Orchestre de la Francophonie, aura lieu dans deux semaines, le jeudi 28 juillet à 19h30.

Traduction par Michèle Duguay

This page is also available in / Cette page est également disponible en: English (Anglais)

Partager:

A propos de l'auteur

Kiersten van Vliet was the Web Editor and an Editorial Assistant for La Scena Musicale from 2015–17.

Laissez une réponse

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.