Critique: les voix de Marie-Ève Munger et Marie-Nicole Lemieux dans tous leurs états

0
Advertisement / Publicité

Une fois n’est pas coutume, nous vous proposons ici deux critiques en une concernant deux récitals de voix féminines qui ont eu lieu à la salle Bourgie, respectivement le 26 novembre et le 1er décembre. Deux voix québécoises, ambassadrices de l’art lyrique à l’international comme en témoignent leurs engagements aux États-Unis et en Europe.

26 novembre: Marie-Ève Munger, soprano

D’aucuns habitués des récitals piano-voix seraient tentés de se dire: “Encore les mêmes lieder de Schubert”. C’est sans compter sur Marie-Ève Munger qui, par sa voix et son talent d’interprète, a soufflé un vent d’air frais sur ce répertoire. Accompagnée par l’ensemble Pallade Musica, tantôt au pianoforte par Mélisande McNabney, tantôt en compagnie de la violoniste Tanya LaPerrière ou de la violoncelliste Elinor Frey, la soprano a montré de la plus belle des manières pourquoi elle connaît une si brillante carrière à l’étranger: une voix voluptueuse, des aigus raffinés, un phrasé et des nuances remarquables jusqu’au moindre pianissimo. Dans Gretchen am Spinnrade, sur un texte de Goethe, le sentiment amoureux était palpable. Marie-Ève Munger a une nouvelle fois des merveilles en faisant résonner délicatement chaque note suraiguë comme s’il s’agissait de petites touches de couleur sur un somptueux tableau. Dans Ständchen, ce sont beaucoup d’émotions torturées qu’a exprimées la soprano à son public très prompt à l’applaudir. Excès d’enthousiasme, certainement.

Tout n’avait pourtant pas idéalement commencé. Le premier lied de la soirée, “Der Hirt auf dem Felsen”, a débuté par un solo mal assuré de la violoniste, notamment à cause d’une articulation désastreuse qui a quelque peu déstabilisé la chanteuse. Tania LaPerrière a rectifié un peu le tir dans le Notturno de Schubert, seule pièce instrumentale au programme; l’occasion d’apprécier la parfaite osmose entre les trois membres de Pallade Musica et l’ambiance intimiste qu’elles ont insufflé à l’œuvre.

Advertisement / Publicité

1er décembre: Marie-Nicole Lemieux

La prestation de Victor Fournelle-Blain en début de récital était d’autant plus remarquable que nous avions encore en mémoire les errements de celle qui l’avait précédé sur scène. Dans la mélodie “Gestillte Sehnsucht” extraite des Zwei Gesänge de Brahms, l’altiste a admirablement joué le rôle de duettiste au côté de Marie-Nicole Lemieux avec Daniel Blumenthal au piano. Il s’est particulièrement illustré par sa musicalité, sa sensibilité et son sens du lyrisme.

Côté chant, le répertoire mettait très bien en valeur la contralto et son registre grave. À l’image de sa voix, Marie-Nicole Lemieux est une artiste généreuse, très complice avec son public. Celui-ci pouvait suivre les moindres intentions expressives, les moindres inflexions de voix dans la langue de Massenet et ses 10 mélodies regroupées sous le cycle Expressions lyriques. Il était plus difficile de la suivre en allemand dans les 6 mélodies de Brahms également au programme, un compositeur dont le répertoire piano-voix avait déjà été exploré par Marie-Nicole Lemieux chez Analekta en 2004. À la mélancolie de Brahms, on a préféré les traits d’humour de Massenet. Il faut dire aussi que c’est dans le registre comique que Marie-Nicole Lemieux a resplendi le plus. C’est dans ces instants-là qu’opérait la magie, la chimie entre l’artiste et le public. La contralto n’a pas fait un, mais deux rappels en terminant par un autre lied de Brahms. Une manière de boucler la boucle.

Partager:

A propos de l'auteur

Justin Bernard est détenteur d’un doctorat en musique de l’Université de Montréal. Ses recherches portent sur la médiation musicale, notamment par le biais des nouveaux outils numériques, ainsi que sur la relation entre opéra et cinéma. Membre de l’Observatoire interdisciplinaire de création et de recherche en musique (OICRM), il a réalisé une série de capsules vidéo éducatives pour l’Orchestre symphonique de Montréal. Justin Bernard est également l’auteur de notes de programme pour le compte de la salle Bourgie du Musée des Beaux-Arts de Montréal et chargé de cours à l’Université de Sherbrooke. Par ailleurs, il anime une émission d’opéra et une chronique musicale à Radio VM (91,3 FM).

Laissez une réponse

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.