Critique de disque: Chebotaryan, Babadjanian, Piazzolla (Trio de l’île)

0

This page is also available in / Cette page est également disponible en: English (Anglais)

100%
100%
  • 5
  • User Ratings (0 Votes)
    0

Gayané Chebotaryan : Piano Trio. 
Arno Babadjanian : Trio pour piano, violon et violoncelle. Astor Piazzolla : Las cuatro ­estaciones porteñas
Trio de l’Île
Divine Art 25211
Durée : 54 minutes

On connaissait déjà le Trio de l’Île sur scène et l’osmose qu’arrivaient à créer ses musiciens. On peut désormais les entendre sur disque avec ce premier album paru chez Divine Art. Composé de la violoniste Uliana Drugova, du violoncelliste Dominique Beauséjour-Ostiguy et de la pianiste Patil Harboyan, le groupe présente des trios avec piano de compositeurs du XXe siècle, mais pas ceux que l’on appelle modernes ou contemporains. Chez deux compositeurs arméniens, Gayané Chebotaryan (1918-1998) et Arno Babadjanian (1921-1983), l’influence de la musique romantique russe se fait clairement ressentir. À ceux-là s’ajoutent Astor Piazzolla (1921-1992) et ses célèbres Cuatro estaciones porteñas.

Il y a une belle cohésion entre toutes ces œuvres. Que ce soit dans le Trio avec piano de Chebotaryan, le Trio pour violon et violoncelle de Babadjanian ou le cycle de Piazzolla, on retrouve une intensité commune, une ­passion qui les anime toutes. La musique est aussi pleine d’entrain, d’une énergie dansante, et pas seulement en raison des rythmes de tango qui caractérisent l’œuvre de Piazzolla. Par leur musicalité et leur synergie, les trois musiciens donnent tout l’élan, toute l’impulsion vitale à ces trios dont la plupart sont des découvertes. Frissons garantis !

This page is also available in / Cette page est également disponible en: English (Anglais)

Partager:

A propos de l'auteur

Laissez une réponse

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.