Critique CD: Luc Beauséjour. Mozart (Analekta, 2021)

0
Advertisement / Publicité

This page is also available in / Cette page est également disponible en: English (Anglais)

92%
92%
  • 4.6
  • User Ratings (0 Votes)
    0

Luc Beauséjour : Mozart
Luc Beauséjour, pianoforte.
Analekta, 2021

Très actif sur la scène musicale en tant que claveciniste, Luc Beauséjour ne se cantonne pas à un seul clavier. En 2016, il avait sorti un album de « moments baroques » au piano moderne. Cette fois, il choisit de jouer des sonates célèbres de Mozart ainsi que la Fantaisie en ré mineur tout aussi réputée au pianoforte. Si ces œuvres ont résisté à l’épreuve du temps, c’est certainement grâce au génie du jeune prodige. Ne serait-ce que par le répertoire, on est déjà conquis. L’originalité de l’album vient de l’instrument, contemporain de l’époque de Mozart, mais rarement utilisé de nos jours.

Fidèle à la période dite classique, Luc Beauséjour ne se laisse pas emporter par des élans romantiques. Il faut dire qu’à mi-chemin entre le clavecin et le piano, la sonorité plus sèche du pianoforte ne permet pas de tels épanchements. Cela dit, dans la Sonate no 11 « Alla Turca », on aurait aimé que Beauséjour varie davantage son interprétation au moment de répéter tel ou tel motif. Dans la Sonate no 13, déjà annonciatrice du style beethovénien à venir, le pianiste parvient à produire de meilleurs contrastes.

Advertisement / Publicité

Les subtilités du jeu pianistique auraient été mieux servies par une captation au plus près de l’instrument. Or, les sonorités du pianoforte semblent venir d’assez loin. Elles finissent donc par trop se répandre dans l’espace.

This page is also available in / Cette page est également disponible en: English (Anglais)

Partager:

A propos de l'auteur

Justin Bernard est détenteur d’un doctorat en musique de l’Université de Montréal. Ses recherches portent sur la médiation musicale, notamment par le biais des nouveaux outils numériques, ainsi que sur la relation entre opéra et cinéma. Membre de l’Observatoire interdisciplinaire de création et de recherche en musique (OICRM), il a réalisé une série de capsules vidéo éducatives pour l’Orchestre symphonique de Montréal. Justin Bernard est également l’auteur de notes de programme pour le compte de la salle Bourgie du Musée des Beaux-Arts de Montréal et chargé de cours à l’Université de Sherbrooke. Par ailleurs, il anime une émission d’opéra et une chronique musicale à Radio VM (91,3 FM).

Laissez une réponse

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.