Critique CD: Amata Dalle Tenebre (Deutsche Grammophon, 2021)

0
Advertisement / Publicité

This page is also available in / Cette page est également disponible en: English (Anglais)

84%
84%
  • 4.2
  • User Ratings (0 Votes)
    0

Amata Dalle Tenebre (Deluxe edition)
Anna Netrebko, soprano; Orchestre du Théâtre de la Scala de Milan; Riccardo Chailly, chef.
Deutsche Grammophon, 2021

Cela faisait déjà 5 ans qu’Anna Netrebko n’avait pas sorti d’album solo. Pour son grand retour à l’enregistrement, la soprano russe a choisi d’accompagner son nouveau disque, intitulé Amata Dalle Tenebre, d’un film musical réalisé durant ses séances à La Scala de Milan. Il s’agit plus précisément d’une série de quatre vidéoclips en autant d’airs d’opéra où on la voit chaque fois endosser le costume d’un personnage différent sur la scène du théâtre italien : Aida dans l’opéra éponyme de Verdi, Lisa dans Pique Dame de Tchaïkovski, Didon dans Didon et Énée de Purcell et Isolde dans Tristan et Isolde de Wagner. Pour ces clips, entrecoupés d’extraits d’entrevues, Anna Netrebko a fait appel à la réalisatrice Elena Petitti di Roreto.

Avec les années d’expérience, la voix de la soprano a gagné en épaisseur et pris de l’ampleur dans le registre grave, ce qui lui permet aujourd’hui d’aborder des rôles comme ceux que nous venons de mention-ner. Sa prestation vocale d’Aida est particulièrement saisissante de ce point de vue. Dans certains passages, on dirait presque qu’elle fait résonner une voix de mezzo, bien différente de celle à laquelle nous sommes habitués. Son timbre de soprano demeure heureusement intact dans le registre plus aigu.

Advertisement / Publicité

Le reste de l’album comprend des extraits d’autres opéras de Wagner et de Verdi, mais aussi des airs de R. Strauss, Cilea et Puccini.

This page is also available in / Cette page est également disponible en: English (Anglais)

Partager:

A propos de l'auteur

Justin Bernard est détenteur d’un doctorat en musique de l’Université de Montréal. Ses recherches portent sur la médiation musicale, notamment par le biais des nouveaux outils numériques, ainsi que sur la relation entre opéra et cinéma. Membre de l’Observatoire interdisciplinaire de création et de recherche en musique (OICRM), il a réalisé une série de capsules vidéo éducatives pour l’Orchestre symphonique de Montréal. Justin Bernard est également l’auteur de notes de programme pour le compte de la salle Bourgie du Musée des Beaux-Arts de Montréal et chargé de cours à l’Université de Sherbrooke. Par ailleurs, il anime une émission d’opéra et une chronique musicale à Radio VM (91,3 FM).

Laissez une réponse

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.