Florie Valiquette : À la conquête de l’Europe

0
Advertisement / Publicité

This page is also available in / Cette page est également disponible en: English (Anglais)

«J’ai toujours su que je devrais un jour déménager en Europe, raconte la soprano originaire de Granby Florie Valiquette. Je ne savais pas où exactement, mais dans mon esprit, c’était une nécessité. » Après son passage à l’Atelier lyrique de l’Opéra de Montréal durant l’été 2015, Florie a fait quelques concours internationaux pour se faire entendre et prendre un peu plus de contacts à l’étranger. C’est au concours international Reine Sonja à Oslo, en Norvège, qu’elle est remarquée par la directrice de l’Opéra de Zurich, Sophie de Lint, qui lui propose un poste de jeune artiste. « C’était vraiment une porte ouverte sur l’Europe, explique Florie. Zurich est très international, beaucoup de grands chefs d’orchestre et de metteurs en scène y viennent. »

À l’époque, Florie espérait que – si tout se déroulait bien – elle pourrait rejoindre la compagnie de l’Opéra de Zurich et c’est exactement ce qui est arrivé. Elle a passé deux ans à Zurich, un an à l’atelier lyrique de l’Opéra et un an dans la compagnie. Étant sur place en Europe, il lui est devenu facile de se rendre à des auditions un peu partout dès qu’elle avait un peu de temps libre. « Mes agents ont pu faire pression pour m’obtenir des engagements en Europe et, comme je n’avais qu’un contrat d’un an à l’Opéra de Zurich et que je n’avais aucune garantie qu’il serait renouvelé, j’ai saisi l’occasion de passer des auditions. » En conséquence, la soprano a obtenu plusieurs engagements pour l’année suivante et comme ces engagements étaient principalement en France, elle a décidé de s’installer à Paris.

Advertisement / Publicité

Photo : Conny Butzbach

Aujourd’hui, la carrière de Florie se déroule principalement en Europe. Néanmoins, elle adore avoir la chance de revenir chanter au Québec. Elle est donc ravie d’avoir été invitée à tenir le rôle de Zerlina dans Don Giovanni de Mozart à l’Opéra de Québec en mai. « J’ai vraiment hâte, d’autant plus que Zerlina est le premier rôle que j’ai chanté sur scène lorsque j’étais étudiante à l’Université de Montréal. »

Florie se dit également fière de la formation qu’elle a reçue au Québec. « Je dirais que l’Atelier lyrique de l’Opéra de Montréal a vraiment été un programme parfait pour moi. Par exemple, non seulement Chantal Lambert, la directrice, m’a donné beaucoup de liberté pour poursuivre mes cours de chant à New York en privé, mais j’ai également reçu des bourses de l’Atelier pour le faire. » Tout en lui permettant de poursuivre sa formation musicale, l’Atelier lui a également ouvert de nombreuses portes au Québec. « Grâce à eux, je me suis sentie vraiment solide pour passer à l’étape suivante et aller chanter à l’étranger. »

Cette saison a été chargée pour la soprano canadienne. En effet, Florie a fait ses débuts dans Les noces de Figaro de Mozart dans le rôle de Susanna au Luxembourg en octobre et à l’Opéra royal de Versailles en novembre et décembre. Elle a enchaîné avec une nouvelle production d’Offenbach à l’Opéra de Rouen, puis au Théâtre des Champs-Élysées à Paris et aura une production de Werther à l’Opéra de Bordeaux. Elle se produira également en concert dans le monde entier, notamment à Versailles au printemps. Des concerts sont prévus au printemps à Versailles et avec Christophe Rousset et Les Talents Lyriques, ainsi qu’un projet Mozart avec l’Insula Orchestra dirigé par Laurence Equilbey.

Mozart : Don Giovanni, Opéra de Québec,
14, 17, 19 et 21 mai.

www.operadequebec.com
www.florievaliquette.com

This page is also available in / Cette page est également disponible en: English (Anglais)

Partager:

A propos de l'auteur

Laissez une réponse

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.