Carlos Núñez, le rock star à la gaïta, enflamme les Nuits d’Afrique

0

Une déclaration d’amour interceltique !

La première montréalaise de Carlos Núñez était une célébration haute en couleur des musiques du monde. Invité au Théâtre Fairmount par Nuits d’Afrique Productions celui qu’on surnomme le « Jimi Hendrix de la gaïta » a donné une prestation éblouissante. Grâce à son charisme joviale et sa spontanéité qui lui permet une complicité festive avec le public, l’artiste le plus en vue de l’inter celtisme  a conquis dès les premières harmonies une assistance venue nombreuse pour déguster musicalement les fruits de la nouvelle vague de la World Music.

Photo: Peter Graham

Photo: Peter Graham

Beaucoup de spectateurs (notamment les amoureux des musiques anciennes) qui ne connaissaient pas encore l’artiste ne s’attendaient pas à des prestations aussi entraînantes. Ils ont été agréablement surpris de se voir amener à la danse aux rythmes des prouesses éclectiques dans le vaste répertoire des musiques médiévales dans le style explosif et flamboyant qui caractérise Carlos Núñez. Le tout agrémenté par des  mélodies d’inspiration espagnole, bretonne, irlandaise, brésilienne, entre autres sources dont ce musicien-experimentateur insatiable puise ses compositions en repoussant continuellement les limites de ses instruments de la famille des flûtes et en tentant des mariages musicales des plus improbables entre la musique celtique et d’autres musiques comme le flamenco, le fado et le classique ainsi que les diverses ramifications de la  musique  latine : cubaine, mexicaine, brésilienne, etc.

Show man sensuel et acolytes inspirés

Photo: Elaine Graham

Photo: Elaine Graham

Carlos Núñez était visiblement ravi de l’accueil, on ne peut plus, chaleureux que lui a réservé l’assistance multiculturelle qu’il a su régaler et par ses melodies envoutantes et par les fréquentes mises en contextes culturelles et historiques des pièces jouées et les nombreuses histoires qui relatent des moments significatifs dans son parcours, racontés avec un ravissant sens de l’humour.

Il faut dire que Carlos Nunez ne tarit pas d’anecdotes artistiques au grand bonheur des spectateurs avides de connaitre toujours plus de détails saisissants, les plus croustillants possibles, sur la vie des œuvres et leurs auteurs.   Ce qui a donné au spectacle encore plus du contenu culturel et a contribué à le rendre encore plus divertissant notamment avec des moments d’interaction avec le public qu’affectionne Carlos Nunez, comme celui où il a invité deux spectateurs à monter sur scène pour donner lecture, avec son accompagnement musical, du premier poème celte découvert récemment dans le sud de l’Espagne.

Cette ambiance festive permettait non seulement à ce show man de déployer tout son dynamisme mais aussi de faire ressortir le meilleur de ses acolytes tout autant inspirés : Jon Pilatzke, le violoniste de la renommée troupe irlandaise : The Chieftains, la gracieuse chanteuse espagnole María Berasarte, le grand guitariste Pancho, sans oublier les deux acolytes basques à l’accordéon et au violon médiéval. À souligner la participation remarquable des membres de la Montréal Pipes and Drums aux cornemuses et aux tambours.

Photo: André Rival

Photo: André Rival

20 ans de créativité debordant les frontères musicales !

Cette première visite de Carlos Nunez à la métropole québécoise est pour lui un événement majeur qui coïncide avec la célébration de ses 20 ans de carrière en solo, avec, bien entendu,  l’accompagnement d’artistes qui partage avec beaucoup d’inspiration la sensibilité musicale novatrice de ce maître de la gaïta, de la cornemuse galicienne et autres flûtes.

Rappelons que le génie musicale de Carlos Nunez a été reconnu dès l’age de treize ans, quand il a  remporté, lors de sa première participation au Festival inter celtique de Lorient, le trophée Macallan qui récompense des musiciens pour leur maîtrise de l’instrument et leur capacité à restituer des airs traditionnels. Son talent musical lui a valu une reconnaissance internationale qui lui a  permis de multiplier des  collaborations avec des artistes renommés: Bagad Sonerien Bro Dreger, Luz Casal, Sinéad O’Connor,  Dan Ar Braz, The Dubliners, Sting, Dulce Pontes, Teresa Salgueiro, les « super-papys » cubains de la Vieja Trova Santiaguera, Noa, entre autres. Rappelons aussi que Carlos Nunez a été repéré en 1989 par le mythique groupe irlandais The Chieftains avec lesquels il se produira à côté de grands noms comme Bob Dylan, Joni Mitchell, The Who, Eddie Vedder (Pearl Jam), Bon Jovi, INSX et d’autres célébrités. La carrière internationale  de Carlos Nunez a pris son envol notamment avec la sortie, en 2000, de son premier album « Os Amores Libres ». Ce lauréat du Prix Ondas (Espagne) récompensant le meilleur live a obtenu deux nominations aux Grammy Latinos (Etats-Unis). Il compte  à son actif une dizaine d’albums, avec plus d’un million de disques à travers le monde. À 46 ans, la force de l’âge artistique, il promet encore plus d’audace dans l’exploration musicale…sans bornes !

Partager:

A propos de l'auteur

Laissez une réponse

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.