Alexandre Da Costa: Préserver la recherche constante de la perception

0
Singing Valentines / Valentins chantants

This page is also available in / Cette page est également disponible en: English (Anglais)

On joue en salle comble depuis le début de la saison ! » Alexandre Da Costa se réjouit de ses premiers mois à la direction de l’Orchestre symphonique de Longueuil (OSDL). Il estime que ce bon accueil du public oblige à maintenir un effort constant pour assurer sa fidélité. « On est très choyés. Ce qui exige un travail de tous les jours pour garder cet engouement. »

« Cependant, c’est une chose d’attirer le public par une offre musicale nouvelle et rafraîchie, c’en est une autre de le garder tout au long de la saison », reconnaît Da Costa. Un des beaux succès des premiers mois de sa nouvelle mission fut Le Sommet des chefs, le premier concert qu’il a donné comme chef attitré et qui a réuni tous les chefs et collaborateurs de l’OSDL – le chef émérite Marc David, qui a dirigé l’orchestre pendant plus de vingt-cinq ans, Airat Ichmouratov, chef et compositeur en résidence et Xavier Brossard-Ménard, chef et directeur artistique de la Société chorale de Saint-Lambert.

Improvisation symphonique

Pour les prochains rendez-vous, Da Costa s’attarde sur une nouvelle expérience musicale : Improvisation symphonique avec l’artiste pluridisciplinaire Gregory Charles, le 20 février. Il annonce aussi la grande visite du musicien Christian Frohn, alto solo de l’Orchestre philharmonique de Vienne, pour le concert Simplement Mozart ! le 2 avril.

Pour la saison 2020-21, le nouveau directeur artistique annonce une programmation encore plus ambitieuse. « On va aller encore plus loin dans un format de moins en moins traditionnel – mais toujours dans le respect des attentes du public », promet-il, espérant avoir les coudées franches dans la conception de nouvelles aventures musicales qui traduisent le vent de changement que connaît le métier de chef d’orchestre. « Bien entendu, l’art d’un chef d’orchestre est de s’assurer, d’abord, que la proposition musicale soit attrayante pour le public, dit-il. Mais également et surtout, il faut veiller à ce que la vision artistique soit claire et qu’il y ait une belle connexion humaine entre les membres de l’orchestre. »

Éviter le copier-coller

Il évoque le risque de se plaire à vouloir refaire ce qui a déjà bien fonctionné. « C’est trop facile de faire du copier-coller ! »

Par ailleurs, il affirme qu’il a de la difficulté à comprendre le bien-fondé des arrangements symphoniques des musiques pop. « C’est un peu horrible. Certainement, ce n’est pas une manière adéquate de rallier d’autres publics, notamment les jeunes, à la musique classique ». Selon lui, il faut plutôt chercher à « bonifier le contenu, travailler le contenant et préserver cette recherche constante de la perfection qui caractérise merveilleusement la musique classique. »

L’OSDL, dirigé par Alexandre Da Costa, présente Improvisation symphonique avec Gregory et Alexandre le jeudi 20 février, 20 h, à la salle Pratt & Whitney Canada du Théâtre de la Ville à Longueuil. Christian Frohn, alto solo de l’Orchestre philharmonique de Vienne, sera à l’affiche de Simplement Mozart ! le jeudi 2 avril, 20 h, à l’église Sainte-Famille de Boucherville.

www.osdl.ca

This page is also available in / Cette page est également disponible en: English (Anglais)

Partager:

A propos de l'auteur

Laissez une réponse

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.