Critique de Disque – Poems and Dreams

0
POEMS AND DREAMS. Rebecca Jeffreys, flûte. Alexander Timofeev, piano. 700261445427. 49 min 45 s

On trouve sur cet album un répertoire intéressant pour flûte et piano – ni trop classique, ni trop contemporain. Pour toutes les pièces, il s’agit d’un premier enregistrement.

Le choix de pièces permet à Rebecca Jeffreys d’exploiter tout le registre de son instrument et le piano est davantage traité comme deuxième soliste et non comme simple accompagnateur.

La première œuvre, Byzantine Dances de Russel Nadel, porte bien son titre, explorant des sonorités orientales et une rythmique dansante.

Intermezzo, de Francis Kayali, comporte trois mouvements : Prelude, Nocturne et Capriccio. C’est probablement l’œuvre la moins mémorable de l’album.

On enchaîne ensuite avec Romantic Sonata – Poems of Light de Jeffrey Hoover. Également en trois mouvements, la musique est imagée. Le compositeur, qui est par ailleurs artiste visuel, a peint un triptyque représentant chaque mouvement : Of Light And Shadow, Colors in the Clouds et Prism of the Heart. L’illustration sur la pochette est aussi de lui.

La pièce Acadian Dreams d’Adrienne Albert sort du lot avec ses références folkloriques. Amusante et joyeuse, elle pourrait sans doute figurer dans la trame sonore d’un film d’animation.

L’œuvre finale, Flute Suite in D Major op. 3 de Kevin W. Walker, est composée de cinq mouvements, tous différents. La maîtrise de l’écriture, la forme classique et le contenu riche en font l’œuvre la plus notable.

La sonorité de l’album est organique. Toutefois, la prise de son très rapprochée ne pardonne pas : on remarque chaque imperfection et imprécision. La rigueur rythmique n’est pas toujours au rendez-vous. Les deux instrumentistes manquent parfois de cohésion et leur palette de nuances est plutôt restreinte. L’émotion a du mal à transparaître. Malgré une bonne exécution dans l’ensemble, l’album semble manquer de vie.

Partager:

A propos de l'auteur

Laissez une réponse