Das Rheingold de Wagner porte l’éclectique saison 2018-2019 de l’Opéra de Montréal

0

L’Opéra de Montréal présente, pour sa saison 2018-2019, la première mise en scène de l’opéra L’Or du Rhin de Wagner, un nouvel opéra avec la première canadienne de Champion, et le retour de la production annuelle de l’Atelier Lyrique, le tout soutenu par un casting majoritairement canadien. De quoi ravir les fans d’opéra et les gestionnaires des programmes de subventions.

L’Opéra de Montréal ouvre sa 39ème saison avec un classique du répertoire italien: Rigoletto de Giuseppe Verdi, mis en scène par Michael Cavanagh. Le baryton canadien James Westman interprètera le rôle-titre, Myriam Leblanc de l’Atelier Lyrique incarnera Gilda. Rame Lahaj dans le rôle du Duc et la basse Vartan Gabrielian en Sparafucile font quant à eux leur début à la compagnie.

La saison se poursuit avec Das Rheingold, premier volet de la tétralogie de Wagner. L’orchestre, intégré à la scène, libèrera ainsi la fosse pour une scénographie spectaculaire agrémentée d’une passerelle qui traverse la scène de jardin à cour, pensée par Brian Staufenbiel, et produit par le Minneasota Opera. Comme l’affirme le directeur artistique Michel Beaulac, « les talents canadiens seront mis à l’honneur dans cette mise en scène fort ingénieuse ». Parmi eux, Nathan Berg, Aidan Ferguson, Gregory Dahl, Caroline Bleau, Roger Honeywell et Steeve Michaud.

Dans la lignée des opéras américains contemporains déjà présentés à l’image de JFK ou Silent Night, cette année l’Opéra de Montréal propose Champion en première canadienne. Écrite et composée par le trompettiste de jazz Terence Blanchard (notamment connu pour son travail avec le réalisateur Spike Lee, Jungle Fever, 1991, Inside Man, 2006) et le librettiste Michael Cristofer (lauréat du prix Pulitzer), l’oeuvre raconte l’histoire du boxeur afro-américain et bisexuel Emile Griffith, qui a tué son adversaire sur le ring.

Carmen de Georges Bizet est à re-découvrir grâce à la relecture très personnelle du cinéaste Charles Binamé (Elephant Song, 2014, Le Coeur au poing, 1998). Le réalisateur souhaite à travers cette ré-interprétation retrouver l’essence de ce grand classique, comme il l’explique : « la barre est haute, c’est probablement l’opéra le plus connu, il faut trouver une clef créative. Pour moi c’est un voyage à l’essentiel, j’approche le récit comme une tragédie ». La canadienne Krista de Silva endosse le rôle principal aux côtés d’Antoine Bélanger pour le rôle de Don José.

Cette année l’Opéra de Montréal investi le théâtre Centaur (422 places) pour présenter, en toute intimité, l’opéra de chambre Twenty-Seven, de Ricky Ian Gordon et Royce Vavrek. Une stratégie qui selon le directeur Patrick Corrigan, « permet d’enrichir le répertoire, créer de nouveaux points de contact avec les publics et d’accroitre l’impact de l’opéra sur la vie culturelle de Montréal ». Les artistes de l’atelier lyrique sont mis en scène par Oriol Thomas, côté musique, on retrouve Marie-Eve Scarfone au piano et Stéphane Tétreault au violoncelle.

L’Opéra de Montréal, dans sa volonté d’ouverture et de collaboration avec les acteurs culturels montréalais, s’associe au Festival du Monde Arabe pour y présenter un récital qui mettra en vedette la soprano Joyce El Khoury, accompagné par Laurent Philippe au piano. La soprano donnera corps à un répertoire composé de pièces de Ravel, Fauré, Bizet et de mélodies arabes.

L’accessibilité étant au coeur des préoccupations de l’Opéra de Montréal, l’institution a revu à la baisse le prix de 800 sièges, offrant ainsi à son public des places à 25$ en tout temps, ainsi qu’une promotion à 99 $ pour les quatre opéras de la saison. Le prix des billets est dynamique, cela signifie qu’il est soumis à des changements selon la demande, et le prix des sièges premium, c’est à partir de 200 $. Mieux vaut donc les prendre le plus tôt possible. « C’est une manière de remercier les spectateurs qui nous soutiennent dès le début de la saison » souligne Marie-Pier Nicole, la responsable des communications et des partenariats de l’Opéra de Montréal.

Toujours dans cette optique de toucher un public plus large et notamment celui de la banlieue montréalaise, l’Opéra organisera ses discussions initiatiques Parlons Opéra / Let’s Talk Opera sur la Rive Sud et à Laval, en plus de celles déjà données à la Bibliothèque et Archives Nationales du Québec et au Victoria Hall Community Center.

L’Opéra de Montréal annonce aussi la création d’un opéra québécois, La beauté du monde, prévu pour 2021. Sur une idée originale de Michel-Marc Bouchard (Les Feluettes) et mis en musique par Julien Bilodeau. Rappelons que le compositeur a été récompensé par le prix Opus du compositeur de l’année pour Another Brick In the Wall – l’opéra, lui-même honoré du prix de l’évènement musical de l’année.

Rigoletto, 15-18-20 et 22 septembre 2018 à la salle Wilfrid-Pelletier.

Das Rheingold, 10-13-15-17 novembre 2018 à la salle Wilfrid-Pelletier.

Champion, 26-29-30 janvier et 2 février 2019 à la salle wilfrid-Pelletier.

Carmen, 4-7-9-11 mai 2019 à la salle Wilfrid-Pelletier.

Twenty-Seven, 23-24-26-28-30-31 mars 2019 au Théâtre Centaur.

L’Opéra au Festival du Monde Arabe, 1er novembre 2018 à la Salle Pollack de l’Université McGill.

 

Pour plus d’informations : lien du communiqué.

Partager:

A propos de l'auteur

Laissez une réponse