Nicolas Namoradze: Un artiste en pleine ascension voué à un avenir prometteur

0

This page is also available in / Cette page est également disponible en: English (Anglais)

Né en Géorgie et élevé en Hongrie, le pianiste et compositeur Nicolas Namoradze a lancé sa carrière internationale en 2018 en remportant le plus récent concours international de piano Honens. Tenu à Calgary tous les trois ans depuis 1992, ce concours qui déniche les talents d’exception offre l’une des bourses les plus importantes au monde. À 28 ans, Nicolas s’impose déjà comme un artiste voué à un avenir radieux comme en témoigne son emploi du temps bien rempli. Cet été, en plus de la parution de son premier disque sur étiquette Hyperion, il devait participer notamment au festival Toronto Summer Music et au Santa Fe Chamber Music Festival et se produire en récital au Japon avant que la pandémie de coronavirus change ses plans.

Avant le Honens, il avait pris le pari audacieux et peu habituel de quitter les feux de la rampe pendant quatre ans pour trouver sa voix en tant qu’artiste. Pour tous ceux qui l’ont déjà entendu, les résultats de sa retraite parlent d’eux-mêmes.

« J’ai toujours été bien conscient des dangers qui guettent ceux qui commencent leur carrière trop jeune. Pour moi, il ne s’agissait pas seulement de constituer un répertoire suffisamment vaste, je tenais aussi à trouver ma voix en tant qu’interprète, en sachant quels morceaux interpréter et de quelle façon. Ce retrait de la vie publique m’a également permis de faire preuve d’une plus grande créativité, autant dans le choix de mes œuvres que dans les activités que j’ai menées : composition, approfondissement de la musique électronique et étude d’un certain nombre de sujets non musicaux », confie-t-il. 

« Le plus difficile dans tout ce processus a été de conserver ma confiance sans les réactions positives qu’apportent les concerts ou les concours. Malgré les incertitudes, je devais croire que tout allait bien se passer et me montrer patient jusqu’à ce que je sente que le moment était venu de revenir. » 

En dépit de sa nouvelle renommée, le discours et la musique de Nicolas continuent d’être imprégnés d’une grande stabilité et d’un profond recueillement. 

« Une journée libre à la maison, en dehors des tournées, consiste généralement en quatre ou cinq heures de piano, du temps consacré à un projet de composition ou à ma thèse de doctorat, un peu d’exercice, une promenade, de la méditation et un peu de lecture ou un film s’il reste du temps, confie-t-il. Je mange au restaurant seulement si j’ai un rendez-vous. J’adore cuisiner et je prépare tous mes repas à la maison. » 

Son approche à la musique

Lorsqu’on l’interroge sur sa philosophie de la musique, il répond : « Si je voulais laisser une seule impression à un auditeur, ce serait probablement un sentiment de découverte – la réévaluation d’une œuvre par mon interprétation ou l’exploration de nouvelles avenues par le biais de nouvelles compositions. » 

Fidèle à sa philosophie, le répertoire de Namoradze met souvent en scène des compositeurs connus, notamment ses préférés Bach et Scriabine, ainsi que quelques maîtres moins connus.

« Lorsque j’élabore un programme, je me laisse guider par un thème, une idée musicale ou un récit dramatique. J’aime souvent juxtaposer l’ancien et le nouveau, le familier et l’inconnu. S’il y a un lien intéressant ou stimulant entre certaines pièces, alors tant mieux. »

En 2020, il accordera toute son attention à Beethoven en l’honneur de son 250e anniversaire de naissance. Le public l’entendra aussi jouer de nouveaux venus pour lui, Rachmaninov par exemple, qu’il a rarement joué par le passé, mais auquel il s’intéresse désormais davantage.

Des influences variées 

Parmi ses influences, ses professeurs de piano et ses mentors sont les plus notables, parmi eux Emanuel Ax, András Schiff, Elisso Virsaladze et Zoltán Kocsis. Il doit également beaucoup à son professeur de composition, John Corigliano « qui lui a apporté un regard nouveau sur l’architecture musicale ». 

Nicolas dit de son expérience de compositeur qu’elle est « l’une des facettes les plus importantes de mon développement en tant que pianiste, qui m’a permis de comprendre la difficulté de transmettre ses intentions en notation et l’importance de “lire entre les lignes” en tant qu’interprète ». 

« Ma composition a également été profondément influencée par mon expérience d’interprète, surtout en ce qui concerne la musique pour piano, qui est souvent inspirée par le simple fait de jouer de cet instrument. De plus, le fait de jouer beaucoup de musique non ou maladroitement conçue pour le piano m’a rendu particulièrement sensible à la mécanique de l’instrument pour lequel j’écris. Je me donne beaucoup de mal pour que l’écriture soit propre à un instrument, ou du moins qu’elle ne soit pas inutilement inconfortable à exécuter », précise-t-il. 

Outre la musique, Nicolas Namoradze se passionne pour le cinéma. Les films ont « grandement approfondi ma compréhension de la narration dramatique », dit-il en riant. Il s’intéresse également à la neurologie. « L’étude de la neuroplasticité a guidé mes processus conceptuels et interprétatifs », ajoute-t-il. Les voyages sont un avantage de sa profession. « Je peux souvent ressentir directement l’effet de certaines expériences dans un endroit particulier sur les interprétations que j’y fais. » 

« Au secondaire, j’étais un orateur éloquent, participant à plusieurs simulations des Nations unies dans le monde entier. Les gens m’ont souvent dit que j’aurais pu faire une belle carrière en politique, mais je suis très heureux de m’en être tenu à la musique », conclut-il. 

www.nicolasnamoradze.com

Traduction par Véronique Frenette

This page is also available in / Cette page est également disponible en: English (Anglais)

Partager:

A propos de l'auteur

Carol Xiong is ever-interested in connecting disparate cultures and human experiences. She holds a Bachelor of Music with honours in piano performance and music theory from the Eastman School of Music, as well as an ARCT with first class honours with distinction, in piano performance. She is currently pursuing her master's degree in piano interpretation at the Université de Montréal. You may find out more about her here: www.carolxiong.com

Laissez une réponse

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.